Home Actualités Actualités: Terrorisme & intégrisme Signification et conséquences de l’entrée d’Ahmadinejad dans la course à la présidentielle iranienne

Signification et conséquences de l’entrée d’Ahmadinejad dans la course à la présidentielle iranienne

0
Signification et conséquences de l’entrée d’Ahmadinejad dans la course à la présidentielle iranienne

Signification et conséquences de l’entrée d’Ahmadinejad dans la course à la présidentielle iranienne

CNRI – L’ancien président du régime iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a annoncé de façon surprenante sa candidature à la prochaine élection présidentielle bien que le Guide suprême, Ali Khamenei, lui ait spécifiquement conseillé en septembre dernier de ne pas y participer. Cette décision illustre, selon les analystes, la faiblesse du Guide et les luttes intestines incontrôlable au sein des factions du régime.

La candidature d’Ahmadinejad indique différentes probabilités, dont son intention de passer un marché avec Khamenei le Conseil des gardiens, l’organe responsable de l’approbation des candidats, sachant que sa disqualification après avoir été le président pendant huit ans mettrait dans l’embarras Khamenei lui-même.

Précédemment, Khamenei avait disqualifié le religieux influent Ali Akbar Hashemi Rafsanjani en 2013. Bien qu’Ahmadinejad ne soit plus important que Rafsanjani, le disqualifier aurait des conséquences bien plus importantes pour le régime.

Ahmadinejad a accédé au pouvoir grâce à Khamenei, sa disqualification aurait donc des conséquences graves sur la base sociale des mollahs. Cela infligerait une nouvelle division au sein du régime et mènerait à un effritement des membres des gardiens de la révolution (pasdaran), des bassidjis (milice extremiste) et des services de renseignements.

Cependant, si Ahmadinejad passent l’étape des qualifications et entrent dans la course pour l’élection, Khamenei n’aura pas d’autre choix que de leur donner la voie libre. Ce qui aura comme conséquence de diminuer les chances d’Ebrahim Raïssi, le candidat préféré du Guide.

Or, même si Khamenei échoue à imposer Raïssi (Raisi) comme Président, il y aura toujours Rohani, qui est le deuxième choix de Khamenei et à qui il a lui-même conseillé de se présenter. Ahmadinejad serait donc une sérieuse épine dans le pied de Khamenei.

Quoi qu’il en soit, avec une telle personne entrant dans la course électorale, le statu quo sera perturbé, affaiblissant davantage le régime intégriste.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here