jeudi, février 9, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceSheila Jackson Lee : la Cité d'Achraf ne sera pas oubliée, je...

Sheila Jackson Lee : la Cité d’Achraf ne sera pas oubliée, je ferai pression pour sa sécurité

Sheila Jackson LeeCNRI – « Le Camp d'Achraf ne sera pas oublié. Je vais continuer à faire pression pour la sécurité des personnes dans ce camp alors même que le gouvernement irakien change. Donc si vous voulez défendre la cause qui vous tient à cœur, sachez qu'il existe de nombreux collègues qui, eux aussi, comprennent et savent », a déclaré Sheila Jackson Lee, membre démocrate de la Chambre des Représentants des Etats-Unis.

Elle s’exprimait dans une conférence au Congrès américain le 10 juin, où plusieurs membres de la Chambre des Représentants ont insisté sur la nécessité de maintenir la protection des États-Unis sur la Cité d'Achraf en Irak. L'appel bipartisan a été fait après l'annonce de l'armée américaine comme quoi les Etats-Unis ont l'intention d'évacuer le camp Grizzly d'Achraf et de le remettre aux forces de sécurité irakiennes le 1er juillet. Lors de la conférence, qui coïncidait avec l'anniversaire du soulèvement en Iran, de nombreux parlementaires ont également appelé à retirer la principale opposition iranienne, les Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), de la liste du Département d'Etat des organisations terroristes étrangères (FTO).

Voici l’intervention de Sheila Jackson Lee :

Merci beaucoup de croire dans les valeurs de cette nation que vous considérez désormais comme chez vous. Je vous remercie d'avoir reconnu la valeur d’adresser une pétition à votre gouvernement. Merci de montrer l'exemple dans le monde entier, comme quoi ce sont les voix qui parlent pour ceux qui ne peuvent pas parler, qui seront en mesure de continuer à dépasser les obstacles et à l'emporter.

Les droits de l'homme sont vivants et il est important de reconnaître le mouvement de résistance pour ce qu'il est, d’appeler à la démocratie, de se dresser pour ceux qui sont tombés, qui ont disparu et que l’on ne peut entendre.

Je suis bouleversée par la réponse des 100.000 personnes [en Iran] qui à travers vous, se sont dressées pour déclarer que le mouvement de résistance est un mouvement de démocratie et des droits de l'homme, que c’est un mouvement de liberté. C'est ce que nous devrions déclarer.

Nous sommes en plein votes, mais j'ai laissé l’hémicycle pour venir et vous faire savoir que beaucoup sont avec vous. Ce matin, lors d'une audition en commission des Affaires étrangères, j'ai soulevé la question du mouvement de résistance et comment nous pouvons redéfinir ce mouvement et pourquoi nous devrions prendre le temps de l'analyser et pourquoi nous devrions soutenir, sans violence, parce que vous en avez fait la demande, ces âmes courageuses qui se sont soulevées contre la dictature, qui sont descendues dans les rues, montées sur les toits et tombées dans un combat non-violent.

Nous devons leur rendre hommage en reconnaissant le mouvement de résistance des combattants de la liberté qui ne cherchent que la paix et la compréhension que tous les hommes ont été créés égaux et que les partisans et défenseurs de la résistance iranienne et les gens que vous avez laissés derrière, méritent de revendiquer la victoire par la liberté, la justice, l'égalité et la non-violence et une nation qui les respecte pour ce qu'ils sont (…)
 
Le Camp d'Achraf ne sera pas oublié. Je vais continuer à faire pression pour la sécurité des personnes dans ce camp alors même que le gouvernement irakien change. Donc si vous voulez défendre la cause qui vous tient à cœur, sachez qu'il existe de nombreux collègues qui, eux aussi comprennent et savent que si le temps semble s'être un peu arrêté, il est important de savoir que nous construisons des blocs, enseignons, cajolons et travaillons avec les leaders sensibles à ces questions.

Je crois que si nous persistons sur cette véritable cause et attitude et but de la résistance, nous serons en mesure de reconnaître votre plaidoyer, comme mon cher ami Ali Soudjani qui nous rappelle constamment au Texas ce qui est juste, que nous pouvons chanter non pas « nous vaincrons », mais « nous avons vaincu ».