lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceSelon la Résistance iranienne, l’Iran développe de nouveaux missiles balistiques de portée...

Selon la Résistance iranienne, l’Iran développe de nouveaux missiles balistiques de portée moyenne

Selon la Résistance iranienne, l’Iran développe de nouveaux missiles balistiques à portée moyenneROBIN HUGHES, Sous rédacteur en chef de JDW

Jane’s Defence Weekly – Le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), groupe d’opposition iranien basé à Paris, a divulgué le 6 mars à Londres que l’Iran développait une autre version de ses missiles balistiques Ghadr 101 de portée moyenne ayant allongé leur portée et que le pays avait accéléré sa production de missiles balistiques de portée moyenne Shahab 3.

Le CNRI est une coalition de groupes d’opposition exilés farouchement opposés aux dirigeants religieux d’Iran. Le département d’Etat américain considère le CNRI et sa branche armée, l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), comme une organisation terroriste.

Prévue pour coïncider avec la réunion de l’Agence internationale de l’énergie atomique à Vienne qui doit discuter du programme nucléaire iranien, l’annonce du CNRI indique que le missile amélioré Ghadr 101 (le Ghadr  110) découlerait selon eux de l’annulation par l’ancien ministre iranien de la Défense, l’amiral Ali Chamkhani, du programme de missiles Shahab 4.

Le porte-parole du CNRI, Hossein Abedini, a avancé qu’à la suite de deux lancements de Shahab 4 ayant échoué et qu’en raison du coût élevé du programme, qu’il a estimé à environ 1 milliard de dollars US, « Chamkhani… a ordonné de mettre fin à ce projet dans les derniers mois du mandat présidentiel de Khatami [Mohammad, président réformiste de l’Iran] ».

« Une des principales raisons de cet échec, c’est que le régime a tenté de rallonger la portée du missile : le ‘système de sortie’ et la ‘section de mise à feu’ n’ont pas résisté et ils ont explosé », a expliqué Abedini, ajoutant que leurs efforts futurs pour acquérir un missile balistique ayant une portée plus longue seraient investis dans le développement du missile Ghadr 110.
 
Lorsque l’Iran avait révélé son programme militaire spatial en 1998, le ministre de la Défense d’alors, l’amiral Chamkhani, avait déclaré que le futur missile balistique de portée intermédiaire, le Shahab 4, serait capable de lancer des charges puissantes en orbite. Depuis, on pense que l’Iran a abandonné son programme Shahab 4 et présenté et testé à la place en août 2004 un nouveau modèle Shahab 3 d’une plus grande portée.

Cependant, Uzi Rubin, ancien directeur de l’Organisation du missile balistique d’Israël, a exprimé son scepticisme face aux allégations du CNRI selon lesquelles le programme Shahab 4 aurait échoué. « D’autres sources iraniennes affirment que le programme Shahab est toujours en cours, mais qu’il s’agit d’un lanceur spatial plutôt que d’un missile balistique. »

« La raison qu’avance le CNRI pour l’arrêt du programme est une anomalie dans le système de propulsion. Le ‘système de sortie’ correspond probablement à la tuyère du moteur et la ‘section de mise à feu’ pourrait être la chambre à combustion du moteur de la fusée.

Ces informations concordent avec d’autres plus anciennes à propos de la conception d’un moteur de fusée qui a échoué. Je présume que le programme qui a pris fin avait pour objectif d’adapter un nouveau moteur de fusée plus puissant au Shahab 3. Cette nouvelle combinaison est peut-être ce à quoi fait référence le CNRI lorsqu’il parle de ‘Shahab 4’ », a déclaré Rubin.

Abedini a affirmé qu’environ 500 experts iraniens, assistés d’experts nord-coréens, travaillaient actuellement sur le Ghadr 110, une évolution du Ghadr 101 révélé par le CNRI en 2005, au Complexe d’industries de missiles Chahid Hemmat, au nord-est de Téhéran, sous les ordres du commandant du corps des gardiens de la révolution, Nasser Maleki.

Le porte-parole du CNRI a avancé que les Nord-coréens, qui résident dans un hôtel au Complexe d’industries de missiles Chahid Hemmat, assiste les Iraniens concernant le système de guidage du missile, la production de têtes nucléaires et le système de combustible.

Selon Abedini, les sources du CNRI estiment que le développement du Ghadr 110 est achevé à 70 %. « On estime que le premier de ces missiles sera terminé dans environ un an », a affirmé Abedini. « Ce missile, fonctionnant avec du combustible fluide [liquide] et solide, a une portée de 3000 km. Sa conception est telle qu’on peut en augmenter la portée. Ce missile aurait la portée la plus longue de l’arsenal des mollahs », a-t-il ajouté.

Abedini a également avancé que le Ghadr 110, « qui présente une plus grande maniabilité que le Shahab 3 », n’est pas une copie d’un missile russe ou nord-coréen connu. « Il est également différent des missiles Shahab 3 et Shahab 4. [La technologie du] Shahab 3 est utilisée dans la production de ce missile mais il y a eu beaucoup de modifications. Le Ghadr 110 pourrait être comparé aux missiles sophistiqués ‘Scud’ E [Taepo Dong-1 ou Ro-dong nord-coréens] », a-t-il dit.

On ne sait toujours pas cependant si le Ghadr 110 est un programme de missile complètement nouveau ou l’extension de la série de missiles balistiques Shahab de moyenne portée. En décembre de l’année dernière, le CNRI a affirmé que Téhéran, dans le cadre d’un « programme clandestin plus large », était en train de développer un nouveau missile balistique de portée moyenne appelé Ghadr 101. Les services de renseignements américains à l’époque avaient estimé que le futur Ghadr 101 était similaire aux missiles balistiques Shahab 3A et Shahab 4 à portée moyenne et à combustible liquide.

Rubin a déclaré à Jane’s en décembre 2005 : « La version qui a été testée récemment [en août 2005] et présentée au public mérite déjà le titre de Shahab 4 puisqu’elle est complètement différente du Shahab 3 qui la précède. Tout sauf le système de propulsion a été changé, la portée a été augmentée, ainsi que le véhicule de réentrée ».

Il a fait remarquer que « lorsqu’ils disent que le ‘Ghadr 110’ est à propulsion aussi bien ‘fluide’ que solide, cela porte à confusion. Peut-être qu’ils [le CNRI] veulent dire qu’il s’agit d’un missile à deux étages, un étage solide et un étage liquide. Ce n’est pas impossible mais cela contredit leur déclaration suivante selon laquelle le nouveau missile est comparable au ‘Scud’ E/Taepo Dong, qui est effectivement un missile à deux étages, mais tous étant [à combustible] liquide ».

« Je pense que le CNRI essaie de décrire un missile à deux étages, le premier étant à propulsion Shahab 3 et avec un réservoir de combustible, le second étant à propulsion Shahab 2 [‘Scud’ C] et avec un réservoir ou bien un nouveau moteur de fusée solide à large diamètre. Un tel missile est vraisemblable et aurait une longue portée », a expliqué Rubin.
Abedini a également affirmé que, depuis son élection, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad avait accéléré la production de Shahab 3.

« Selon des informations fiables obtenues par la Résistance iranienne, le régime en Iran possède actuellement plus de 300 Shahab 3 dans son arsenal … la première chaîne de production pour le Shahab 3 est opérationnelle depuis quelques années mais son rendement est de un à deux missiles par mois. L’accélération majeure [dans la production] s’est produite au cours de l’an dernier. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe