mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceSans surprise, on retrouve la Force Qods dans le camp de Nahr...

Sans surprise, on retrouve la Force Qods dans le camp de Nahr Al-Bared au Liban

Par Reza Shafa*

CNRI – Un an après la guerre de trente-trois jours au Liban, le rôle du régime iranien dans ce pays suscite une grande préoccupation. Téhéran a considérablement intensifié ses efforts pour alimenter les conflits dans cette nation déchirée. 

En mai, le conflit entre l’armée libanaise et le groupe du Fatah Al-Islam près du Camp de Nahr Al-Bared à Tripoli qui abrite de nombreux réfugiés palestiniens, est entré dans une nouvelle phase. Fatah Al-Islam a pris position dans le camp, se bat contre l’armée libanaise en utilisant des civils comme boucliers humains.

Selon des rapports crédibles et les informations reçues de l’intérieur du régime iranien et de son Conseil suprême de sécurité nationale (le CSSN), Fatah l’Al-Islam a été créé par le Corps des gardiens de la révolution (le CGR) et une de ses branches, la Force Qods, en 2005.

En 2006, il a été formellement présenté comme un groupe palestinien fonctionnant dans le camp de Nahr Al-Bared. Moins d’une année plus tard, avec l’appui logistique et idéologique de la Force Qods, il a réussi à construire quelques camps logistiques et d’entraînement. Avant les heurts récents avec l’armée libanaise, Fatah l’Al-Islam ne comptait pas plus de 900 membres.

Des informations indiquent que les commandants du Bureau du renseignement de la Force Qods surveillent de près les activités du groupe.

Un de ces commandants est Ahmad Seyedi qui travaille à l’ambassade du régime iranien à Beyrouth, mais dont la véritable mission est de coordonner des activités terroristes dans la région.

La force Qods tient des réunions pour le Fatah Al-Islam à l’ouest le Beyrouth dans la mosquée Rassoul Al-Akram dans le secteur de Ziyaheh. Il y a un hôpital voisin qui porte le même nom et qui sert aussi de lieu de rencontre pour le groupe et la Force Qods. Les deux lieux sont des couvertures utilisées par le régime iranien pour voir et organiser le groupe.

De plus, le CGR dirige d’autres camps de formation au Liban pour ses recrues locales, comme :
• à Al Dabusseh, près de la frontière libanaise avec la Syrie
• à  Al Massaneh
• Dans le secteur d’Al Manar il y a un camp près de la frontière libano-syrienne;
• à Al Tofah ;
• à Nahr Al-Bared
• Près de la route entre Halab et Afren près de la Turquie en Syrie

Il y a d’autre information corroborant le fait que le CGR tient des briefings pour les groupes libanais qui lui sont proches à l’Hôpital Al-Rameh près de la ville d’Al-Manar. Dans le sous-sol de ce bâtiment, des agents de renseignements du CGR préparent leurs hommes au Liban. Deux autres commandants du CGR nommés Haji Valli et Mohajiri tiennent aussi régulièrement des briefings au Liban, séparément de Seyedi.

Ce qui est étonnant, c’est que la Force Qods n’éprouve aucune crainte dans ses agissements au Liban. Il est peut-être temps de mettre fin à son influence dans tout le Moyen-Orient, à commencer par l’Irak.

* Reza Shafa est un expert des réseaux de renseignements du régime iranien, en Iran et à l’étranger. Il a mené des recherches poussées sur le VEVAK, les services secrets du CGR et la force Qods. Il contribue actuellement au site du CNRI.