mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: NucléaireRice veut qu’un vote sur le référé de l’Iran ait lieu rapidement

Rice veut qu’un vote sur le référé de l’Iran ait lieu rapidement

Rice veut qu’un vote sur le référé de l’Iran ait lieu rapidement Associated Press 16 Janvier – La Secrétaire d’Etat Condoleeza Rice veut qu’un vote ait lieu aussi tôt que possible sur le renvoi ou non de l’Iran devant le Conseil de Sécurité de l’ONU à propos de son programme nucléaire. Elle travaille actuellement à recueillir des soutiens pour cette décision.

Rice veut qu’un vote sur le référé de l’Iran ait lieu rapidement
"Nous devons au final montrer à l‘Iran qu’il ne peut pas impunément se contenter de rejeter les exigences légitimes de la communauté internationale",a déclaré Mme Rice alors qu’elle se rendait en Afrique pour l’investiture de Ellen Johnson Sirleaf à la présidence du Libéria.
Tout au long du week-end, Mme Rice s’est entretenue sur les récentes évolutions du programme nucléaire iranien avec  Kofi Annan, le Secrétaire Général des Nations Unies et plusieurs ministres des affaires étrangères des pays membres du bureau des gouverneurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique, l’organisme de l’ONU chargé de surveiller les activités nucléaires.
L’agence a jugé que l’Iran a agi en violation d’un traité international destiné à arrêter la prolifération de la technologie militaire nucléaire. Mais elle n’a pas encore voté le référé de l’Iran devant le Conseil de Sécurité, qui pourrait se prononcer contre d’éventuelles sanctions.
La semaine dernière, les ministres des affaires Etrangères de la Grande Bretagne, de la France et de l’Allemagne ont demandé à l’agence qu’elle organise une réunion extraordinaire pour voter le référé.
« Je pense qu’elle doit avoir lieu le plus tôt possible », a déclaré Mme Rice. Dans l’attente de la prochaine réunion de l’agence qui est prévue au mois de mars, elle a déclaré que cela laisserait une ouverture par laquelle l’Iran pourrait s’engouffrer.
Les Iraniens vont essayer de tirer avantage de la situation  pour commencer à s’indigner, a poursuivi Mme Rice.
Mme Rice n’a pas l’intention de dire si les Etats-Unis disposent de votes suffisants pour leur permettre de parvenir jusqu’au Conseil de Sécurité ou si elle est tout à fait sure que des sanctions dures contre l’Iran peuvent être mises en place après coup. 
Lundi, deux lieutenants de Mme Rice rencontraient à Vienne et Londres les ambassadeurs du bureau des gouverneurs de l’agence et les alliés européens dans l’espoir de recueillir un soutien à la position américaine.   
Le soutien de la Chine et de la Russie, deux pays qui détiennent un droit de veto, est incertain. Le ministre des affaires étrangères de la Chine devait assister à l’investiture pésidentielle au Liberia mais aucune discussion formelle sur la question iranienne n’était prévue avec Mme Rice. 
Quoique puisse être le résultat du vote, je pense sans l’ombre d’un doute que tout le monde est convaincu que l’Iran a commis l’irréparable, a assuré Mme Rice.
Malgré la montée de la pression internationale, le bras de fer avec l’Iran sur ses velléités nucléaires s’est intensifié ces dernières semaines avec la multiplication des provocations du nouveau président ultra conservateur.
L’Iran a levé les scellées de sa principale centrale d’enrichissement d’uranium, a repris les recherches sur la combustion nucléaire après une parenthèse de deux ans et, plus récemment, a menacé de s’opposer à des inspections de petite envergure de l’O.N.U. sur ses installations si son pays était envoyé devant le Conseil de Sécurité. 
Mme Rice a déclaré qu’elle ne croyait pas que l’Iran – un pays dont l’activité commerciale est élevée – puisse supporter le type d’isolation à laquelle ont fait face d’autres pays qui ont été envoyé devant le Conseil de Sécurité.
« Pour eux beaucoup de choses sont en jeu ici », a-t-elle dit.
La communauté internationale, a dit Mme Rice, a essayé de négocier avec l’Iran un accord qui aurait abaissé le risque de prolifération nucléaire tout en permettant à l’Iran de développer l’énergie nucléaire.
« Les Iraniens n’ont rien fait mis à part rejeter tout cela en bloc. Ils sont isolés. Ils sont complètement isolés ».
Les Etats-Unis dissent que l’Iran veux fabriquer des armes atomiques. Mais l’Iran clame que son programme nucléaire a pour seul but de produire de l’énergie et que ses ambitions sont purement pacifiques. Cependant, l’Iran a également  protesté en invoquant son droit à l’enrichissement d’uranium, avec lequel il est possible de produire du combustible pour des bombes nucléaires. 
Mme Rice a également fait à nouveau part de son désir d’aborder la situation iranienne d’un point de vue diplomatique, plutôt que militaire.
« Nous continuons à dire que le président considère toutes les éventualités, il considère toujours toutes éventualités, a-t-elle dit. La voie que nous suivons est une voie diplomatique. »