lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRassemblement d'Iraniens en Californie pour la protection des habitants de Liberty

Rassemblement d’Iraniens en Californie pour la protection des habitants de Liberty

The Orange County Register, Anaheim, 20 aout – Le Congressman Dana Rohrabacher (républicain), s’est joint à plus de 300 Irano-Américains le 17 aout lors d’une conférence appelant les États-Unis à user d’efforts diplomatiques pour intercéder en faveur de 3100 réfugiés iraniens dans une ancienne base militaire américaine en Irak.

Les réfugiés – dont beaucoup sont membres du groupe d’opposition des Moudjahidine du peuple (OMPI) – ont reçu la promesse d’être protégés par l’armée des Etats-Unis en échange de leur désarmement lorsque les forces américaines ont envahi l’Irak en 2003, d’après l’Association californienne pour la Démocratie en Iran qui organisait l’évènement.

« Nous, les États-Unis, on leur avait promis qu’ils seraient en sécurité qu’ils pourraient ensuite aller dans des pays qui leur donneraient refuge, » a déclaré Rohrabacher. « Nous ne pouvons pas rompre la promesse que nous leur avons faite sans faire comprendre à tous les autres qui s’opposent au régime qu’on ne peut pas nous faire confiance. »

La sécurité du groupe a été remise au gouvernement irakien lorsque les États-Unis ont retiré leurs troupes.

Pour des raisons inconnues, l’armée irakienne a depuis retiré les murs protecteurs qui entouraient les structures du camp, a déclaré Gus Castellanos, le directeur régional de la députée Loretta Sanchez, (démocrate).
Sept personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées lors d’une attaque à la roquette contre le camp en février, après que les barrières protectrices aient été retirées. La représentante du Congrès veut voir les protections renforcées dans le camp, a déclaré Castellanos.

« L’Amérique doit se tenir aux côtés de ces réfugiés dans le camp Liberty », a affirmé Rohrabacher. « Nous devons nous tenir aux côtés du peuple en Iran qui se bat contre les mollahs ou bien à la fin nous paierons un prix terrible pour avoir abandonné nos principes. »

L’Association californienne pour la démocratie en Iran demande aux États-Unis de travailler avec le gouvernement irakien pour transférer les habitants du camp Liberty – désormais appelé camp Hurriya – et appelle également le gouvernement à reconnaître l’OMPI comme un mouvement d’opposition légitime.

L’OMPI, également appelée les Moudjahidine du peuple d’Iran, s’oppose au régime religieux en Iran. Le groupe a renoncé à la violence en 2001 et l’administration de Barack Obama a retiré l’OMPI de la liste américaine du terrorisme en septembre, déclarant : « La décision aujourd’hui de la secrétaire [d’État] prend en compte la renonciation publique de l’OMPI à la violence, l’absence d’actes confirmés comme terroriste de la part de l’OMPI depuis plus d’une décennie, ainsi que sa coopération dans la fermeture pacifique du camp d’Achraf, leur base paramilitaire historique. »

Sanchez, Rohrabacher et le député Alan Lowenthal (démocrate) faisaient partie des 100 parrains de la Résolution 89 de la Chambre des représentants adoptée en février, qui condamne les attaques de ce mois contre le camp et appelle Obama à travailler avec le gouvernement irakien pour assurer la protection et la réinstallation finale des habitants du camp.

L’ancien ministre de la Justice Michael Mukasey, l’ancien congressman Patrick Kennedy ainsi que des collaborateurs de Sanchez et du député Ed Royce (républicain) ont pris la parole face à une audience enthousiaste et reconnaissante lors cette manifestation.

Mukasey a suggéré que l’audience commence à appeler les membres du Congrès pour demander que des améliorations au camp Liberty constituent une condition pour tout futur plan d’aide militaire à l’Irak.

« Les habitants du camp Liberty doivent être secourus, et les États-Unis sont la seule puissance sur terre qui puisse le faire », a affirmé Mukasey.

L’évènement de samedi marquait également le 25ème anniversaire des exécutions de prisonniers politiques en Iran en 1988, et de nombreux orateurs ont saisi l’occasion pour exprimer leurs inquiétudes et leur appréhension face au président iranien nouvellement élu Hassan Rohani.

« C’était encourageant de voir que les membres du Congrès se soucient réellement du peuple iranien, » a déclaré Keyvan Kaboli de San Diego, ajoutant qu’il comptait suivre le conseil de Mukasey et faire personnellement du lobbying au Congrès. « C’est la meilleure voie que nous puissions prendre pour atteindre nos objectifs. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe