vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRadjavi: Le gouvernement des États-Unis doit respecter la décision de justice et...

Radjavi: Le gouvernement des États-Unis doit respecter la décision de justice et l’Etat de droit

Le temps est venu pour les gouvernements occidentaux de respecter la volonté du peuple iranien à renverser la dictature cléricale

Active Image
CNRI – Le samedi soir du 17 juillet, dans un rassemblement, au siège du Conseil national de la Résistance iranienne à Auvers-sur-Oise, suite à l'arrêt de la Cour d'Appel de Washington contre l'étiquette de terroriste collée à l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne a déclaré que le moment est venu pour le gouvernement américain de respecter la justice et l'Etat de droit et de reconnaître le retrait de l'OMPI de la liste du terrorisme. Elle soulignait qu'il est temps que les gouvernements occidentaux respectent la volonté du peuple iranien à renverser le régime du Guide suprême.

 

Des dizaines de personnalités françaises et européennes et un grand nombre d'Iraniens ont pris part à cet événement. Les Iraniens, brandissaient des drapeaux iraniens avec le lion et les insignes de soleil, mais aussi des bannières et des affiches violettes. Beaucoup d'entre eux portaient des tee-shirts de la même couleur.

Vendredi, dans un arrêt contre l'étiquette terroriste collée à l'OMPI, la Cour d'appel de Washington a renvoyé le dossier pour réexamen auprès de la secrétaire d'Etat. La Cour d'appel a souligné que le refus de retirer l'OMPI de la liste des organisations terroristes étrangères (FTO) viole en absence de preuves une procédure légale. Le tribunal a émis des doutes sur les preuves fournies à la Cour par le Secrétaire d'État.

Dans son discours qui a été interrompu à plusieurs reprises par les applaudissements de la foule, Mme Radjavi a énoncé les multiples exploitations du régime des mollahs de l'inscription de l'OMPI sur la liste noire, pour supprimer et limiter la résistance. Elle a souligné qu'au-delà de "l'intérêt d'un mouvement ou d'une organisation, il est question de la liberté et de la souveraineté du peuple iranien et d'enchainer la principale force libératrice de cette nation en lui collant une étiquette qui satisfait les mollahs."

Elle a rappelé que dès le début cette étiquette a été imposée à la résistance dans l'espoir de voir le régime se réformer. En retour, ce marchandage a conduit à la domination accrue de la faction la plus cruelle et la plus terrible des fascistes religieux au sein du pouvoir du guide suprême.

"Le peuple et la jeunesse d’Iran dans ses manifestations et ses révoltes durant l’année qui vient de s’écouler, ont demandé à M. Obama de dire de quel côté se positionnait son gouvernement. Du côté des mollahs ou du côté du peuple iranien ? A interrogé Mme Radjavi avant de déclarer : Je suis heureuse de voir que ces derniers mois le président Obama a dit plusieurs fois clairement qu’il sera du côté du peuple iranien. A présent, concernant l’étiquette terroriste collée à la juste résistance organisée de ce peuple, le temps de l’épreuve la plus sérieuse et la plus claire est arrivé."

Concernant la politique adéquate pour le traitement de la crise iranienne, la président-élue de la Résistance iranienne, a déclaré: "les sanctions contre ce régime sont des plus nécessaires, mais cela ne suffit pas. Parce que c’est par la Résistance d'une nation que le changement de régime devient possible. Et c’est dans le changement du fascisme religieux que la paix et la sécurité internationale seront garanties. Il faut donc enlever l’obstacle au changement. Il faut ouvrir les chaines qui entravent la résistance organisée de cette nation."

Tout en rappelant qu'il s'agit des demandes justes et légitimes de 24 Chambres et Sénats et d’environ 4000 parlementaires américains, canadiens, européens, australiens et de pays arabes qui représentent plus d’un milliards de citoyens, Mme Radjavi a souligné: "La véritable épreuve se situe exactement sur ce point, pour que le peuple iranien constate au moins qu’entre lui et son ennemi, vous n’êtes pas du côté des mollahs et de la dictature du guide suprême. Appliquez totalement les sanctions en armes et en pétrole et diplomatiques contre ce régime. Reconnaissez les droits des résidents d'Achraf conformément à la Quatrième convention de Genève et garantissez leur protection." A-t-elle conclut.
 
Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 17 juillet 2010

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe