vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceRadjavi : Le conseil de sécurité doit imposer des sanctions au régime...

Radjavi : Le conseil de sécurité doit imposer des sanctions au régime en Iran

Radjavi : Le conseil de sécurité doit imposer des sanctions au régime en Iran CNRI – Dans une réunion avec un groupe d’eurodéputés et de parlementaires belges mercredi, Maryam Radjavi, présidente de la République élue du Conseil national de la Résistance iranienne, a souligné que le programme nucléaire était anti-patriotique et s’opposait aux intérêts nationaux du peuple iranien. Elle a exhorté le Conseil de Sécurité de l’ONU à imposer des sanctions à la dictature religieuse. Elle a aussi appelé au retrait de l’OMPI de la liste du terrorisme et à l’expulsion du régime des mullahs de l’ONU.

Voici  des extraits de son discours :

Les actions et la politique du régime des mollahs ont créé une situation aussi sensible que dangereuse, et d’une très grande influence sur le destin de l’Iran, de la région et du monde. Ce matin, les mollahs ont exécuté dix personnes à la prison d’Evine. Ils ont annoncé immédiatement la nouvelle pour semer la terreur.

En réalité, avec vingt années de politique de complaisance et de concessions avec les mollahs en Iran, les Etats européens ont une grande responsabilité dans cette situation.

Aujourd’hui, en présence des élus des peuples européens, j’appelle ces Etats à abandonner la politique de complaisance et à soutenir un changement démocratique en Iran pour empêcher une guerre dans la région et les mollahs d’obtenir l’arme atomique.

Il y a trois semaines, une déclaration de la présidence du Conseil de Sécurité de l’ONU demandait au régime de suspendre dans un délai de 30 jours toutes ses activités d’enrichissement d’uranium. Les mollahs ont répondu à cette demande en produisant de l’uranium enrichi. Cependant, la réaction de la communauté internationale a été trop lente avec de nombreuses hésitations.

Je mets en garde tous ceux qui comme moi veulent éviter une guerre que ni l’hésitation, ni les négociations, ni les pertes de temps ne peuvent empêcher un conflit.

Si le président des mollahs a annoncé la semaine dernière, que son régime pouvait produire de l’uranium enrichi, hésiter davantage laissera le monde en état de choc quand les mollahs annonceront qu’ils ont testé une bombe. Il ne reste pas beaucoup de temps. Il faut imposer un boycott général à ce régime pour éviter la catastrophe que représentent les mollahs avec la bombe atomique.

Cependant, cette catastrophe ne se limite pas aux armes nucléaires. Il y a quelques jours, Khameneï, le guide suprême de la dictature religieuse, a organisé une conférence sous prétexte de soutien au peuple palestinien, pour y souligner trois points :

D’abord, la souveraineté d’un régime islamiste dans les pays musulmans, c’est-à-dire l’exportation de l’intégrisme et la création d’un empire islamiste mondial. Deuxièmement, il a encore insisté sur la destruction d’Israël. Et troisièmement, il a soutenu ouvertement le terrorisme et les opérations suicides. Ces trois points entrent dans le cadre des efforts du régime pour son ingérence en Irak et obtenir des armes atomiques. C’est pourquoi cela fait trois ans, que la Résistance iranienne avertit que l’ingérence des mollahs en Irak est bien plus dangereuse que la bombe atomique.

Les mollahs ont toujours cherché à faire de l’Irak, un tremplin pour dominer toute la région. Mais ignorer cette menace a ouvert la voie aux mollahs. Ces trois dernières années, en plus de son contrôle sur les organes politiques et de sécurité en Irak, le régime des mollahs a organisé l’assassinat systématique de nombreux présidents et professeurs d’université, de médecins et d’intellectuels anti-intégristes dans un complot contre la démocratie.

Par ailleurs, dans le plus grand pillage de l’histoire contemporaine, les mollahs ont détourné vers l’Iran plus de 20 milliards d’euros de pétrole irakien par le sud du pays. A cette fin, la dictature religieuse a divisé les régions pétrolières du sud de l’Irak entre les clans de son régime. Ces clans ont pour responsabilité la sécurité de la région et des installations pétrolières. Ils utilisent pour cela des voitures et des uniformes de la police pour piller ouvertement. Le pétrole détourné se monte à 500.000 barils par jour. Cela leur permet de financer l’ingérence dans ce pays.

En Irak aujourd’hui, la politique la plus efficace face à l’intervention de Téhéran, c’est d’écarter ce régime et ses agents. C’est le seul moyen d’empêcher les mollahs de mettre la main sur l’Irak et de faire avancer l’intégrisme dans la région.

C’est aussi la meilleure façon de garantir la paix, la démocratie et la tranquillité. Mais il ne reste plus beaucoup de temps pour cela. Il ne faut pas laisser la dictature religieuse s’imposer en Irak et ne pas la laisser profiter de négociations et de compromis dans ce pays.

En réalité, les mollahs ne vont jamais abandonner leur course aux armes atomiques ni leur contrôle de l’Irak car c’est une garantie pour la survie de leur régime. C’est pourquoi ils ont fait échouer toutes les tentatives de compromis.

Aujourd’hui, il existe une seule voie pour empêcher les mollahs d’obtenir la bombe atomique et pour empêcher la guerre : C’est un changement démocratique en Iran et cela ne peut se faire qu’avec le peuple iranien et sa résistance.

C’est pour cela qu’aujourd’hui, il est d’une extrême importance de supprimer la marque de terroriste collée aux Moudjahidine du peuple d’Iran, la force essentielle de la résistance, une étiquette collée à la demande des mollahs dans le cadre de la politique de complaisance.  Cette marque est le principal obstacle au changement en Iran.

Ceux qui veulent, en conservant cette étiquette, préserver leur relations avec la dictature religieuse, apportent la plus grande aide aux mollahs pour obtenir la bombe atomique.

Pour les mollahs, il n’existe pas de pression plus efficace que la levée des limitations injustes imposées à la Résistance iranienne.

La clé de la solution pour l’Iran se trouve dans les mains du peuple iranien avec sa résistance organisée. Un peuple, qui avec plus de 4000 mouvements de protestations l’an dernier, a montré qu’il était prêt au changement.

Par conséquent, permettez-moi d’annoncer au nom de la résistance iranienne :

1- le projet atomique des mollahs, est un projet opposé aux intérêts nationaux du peuple iranien, et contrairement à ce que dit le régime, la majorité absolue des Iraniens y est opposée.

2- Le conseil de Sécurité doit imposer un boycott à la dictature religieuse.

3- Il faut écarter d’Irak le régime des mollahs.

4- Il faut immédiatement retirer le nom de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran de la liste du terrorisme, une inscription faite à la demande des mollahs. Cette mesure sera le critère marquant la fin de la politique de complaisance.

5- Le régime des mollahs ne mérite pas de faire partie de la communauté internationale. Nous demandons l’expulsion de ce régime de l’ONU et la reconnaissance de la Résistance du peuple iranien pour la démocratie.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe