mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran Résistance"Que vous puissiez passer du monde du fascisme religieux à celui de...

« Que vous puissiez passer du monde du fascisme religieux à celui de la démocratie » – JP Brard

CNRI – « C’est le souhait que je forme, que, comme le tunnel de l’Alborz, vous puissiez passer du monde du fascisme religieux avec les mollahs à celui de la démocratie conquise par l’héroïsme des Iraniens qui se sont levés contre la dictature » a déclaré le député Jean-Pierre Brard à l’ occasion des festivités du Norouz, le nouvel an iranien. De nombreux Iraniens et Français de la capitale et de la province se sont retrouvés le 29 mars à Paris pour célébrer cette fête ancestrale qui tombe le premier jour du printemps et dure treize jours.

CNRI – « C’est le souhait que je forme, que, comme le tunnel de l’Alborz, vous puissiez passer du monde du fascisme religieux avec les mollahs à celui de la démocratie conquise par l’héroïsme des Iraniens qui se sont levés contre la dictature » a déclaré le député Jean-Pierre Brard à l’ occasion des festivités du Norouz, le nouvel an iranien. De nombreux Iraniens et Français de la capitale et de la province se sont retrouvés le 29 mars à Paris pour célébrer cette fête ancestrale qui tombe le premier jour du printemps et dure treize jours.

Le député Jean-Pierre Brard, l’ancien secrétaire d’Etat Alain Vivien, le Dr. Saleh Radjavi, représentant en France du CNRI, le président du Mrap Mouloud Aounit et sa vice-présidente Renée le Mignot, le président des Nouveaux droits de l’homme, Pierre Bercis, la coprésidente de la Fasti, Odile Favrat, ront notamment honoré cette soirée de leur présence.

Voici l’intervention de Jean-Pierre Brard :

Pour nombres d’entre nous, c’est un plaisir d’être avec vous, pour former des vœux. Parce que c’est la tradition à l’occasion d’un Nouvel an, mais former des vœux spécifiques pour ces amis qui se battent dans des conditions extrêmement difficiles, pour ouvrir les voies de la liberté et de la démocratie à leur peuple, dans les formes qu’il aura lui-même décidées.

Dans ce pays qui a fait la révolution française, qui a montré ce que sont des valeurs qui peuvent être universelles, à condition d’être revisitées par le génie de chaque peuple, c’est un plaisir particulier. J’ai eu la chance, il y a longtemps, très longtemps, d’aller en Iran. Je me rappelle le tunnel sous l’Alborz. Il est long, mais on quitte un paysage, pour en trouver un autre, de l’autre coté, qui est complètement différent. Et bien en ce Nouvel An, c’est le souhait que je forme, que, comme le tunnel de l’Alborz, vous puissiez passer du monde de fascisme religieux avec les mollahs à celui de la démocratie conquise par l’héroïsme des Iraniens qui se sont levés contre la dictature.

Et personnellement je garde une image devant mes yeux, même si c’est un jour de fête aujourd’hui, je veux quand même l’évoquer. L’image de ce jeune homme, autour du cou duquel on a déjà passé la corde qui va le pendre, et qui sourit, et qui fait un signe de la main, pour dire au revoir à ceux qu’il va quitter, mais c’est un au revoir d’espoir et de confiance dans l’avenir et dans ce qui reste derrière lui. Et notre rôle à nous, démocrates français, c’est d’essayer d’élargir le cercle des amis, qui serre les coudes, auprès de votre mouvement, pour trouver des appuis, à l’étranger, non pas pour remplacer la lutte du peuple iranien, mais pour lui venir en soutien et en particulier supprimer les mesures injustes, qui ont été prises à l’égard des patriotes iraniens en les désignant comme des terroristes.

Vous savez, terroristes en ce pays on sait ce que ça veut dire. Je vous rappelle l’affiche des fusillés, du groupe de Manouchian, les nazis les stigmatisèrent, comme des terroristes. Alors que c’était des patriotes qui venaient de partout pour écraser la dictature nazie et libérer notre peuple et pour ça, ils ont versés leur sang. Ils furent qualifier les terroristes par les nazis. Mais au lendemain de leur morts, et alors que furent placarder sur les murs du pays leurs photos, des bouquets de fleurs anonymes, apparurent sous les affiches pour célébrer leur mémoires, ce qui fut la preuve toute suite que les français se ne trompent point.

Permettez moi de terminer mon propos en renouvelant, au nom de tous ceux qui se reconnaissent dans votre combat, parce qu’ils y voient la suite du combat qui fut engagé aussi chez nous, des vœux de succès pour ce combat difficile dans lequel vous êtes engagés et au nom duquel nous recevront mercredi prochain à l’assemblée nationale une délégation de femmes irakiennes qui viennent chez nous nous visiter parce qu’elles refusent l’intervention des mollahs à l’intérieur de l’Iraq aujourd’hui.
Merci et bonne année.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe