mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistancePrévenir une confrontation avec l’Iran

Prévenir une confrontation avec l’Iran

By Ken Maginnis, membre de la Chambre britannique des Lords  le 6 avril 2012 à 04/06/12 – Malgré un nouveau cycle possible de pourparlers nucléaires avec l’Iran, il est de plus en plus difficile de comprendre exactement ce qu’est la politique de l’administration américaine envers ce pays. Comme jamais c’est toute la conversation tenace du Président Obama et de la Secrétaire d’État Clinton – les sanctions, les avertissements et les demandes des autres nations de s’aligner. La dernière déclaration d’Obama suggère que les Etats-Unis imposeront aussi des restrictions aux alliés des Etats Unis qui achètent du pétrole d’Iran. Cet ultimatum aux mollahs de Téhéran est évidemment destiné à communiquer, « Abandonnez vos ambitions nucléaires ou bien vous ne participerez pas au marché financier mondial ». L’intention est d’affaiblir l’autorité interne des mollahs à l’intérieur du pays et de créer une situation où la population sera encore plus agitée (troublée) alors que les conditions intérieures empirent.

Mais le problème est qu’il n’y a aucun encouragement envers l’opposition indigène d’Iran qui voit les membres des Moudjahidines du peuple (OMPI) toujours classifié par les Etats-Unis comme une Organisation Terroriste Étrangère (FTO) malgré le fait qu’ils se sont consacrés à rassembler l’aide international sous la direction inspirée de Mme. Maryam Rajavi et clairement basés sur des objectifs démocratiques. La question est très simple – l’Ouest poursuit-il  toujours l’idée fantaisiste qu’un règlement négocié de la crise nucléaire iranienne est possible ou reconnaît il que seul le changement de régime résoudrait les difficultés et enlèverait la menace d’intensification des crises au Moyen-Orient.

Il apparaîtrait à tout observateur objectif que l’inscription prolongée de l’OMPI sur la liste des organisations terroristes étrangères par le Département d’État américain est inévitablement une entrave pour progresser. Cela avait été à l’origine expérimenté pour apaiser les mollahs à un moment où les fonctionnaires américains s’attendaient à ce que les négociations pouvait être fructueuses. Le monde a assisté à l’échec de cette politique et au développement nucléaire continu en Iran au point où une bombe était probablement imminente.

La liste américaine de l’OMPI était, depuis le début, naïve au point d’être frauduleuse, tout comme l’étaient les listes semblables de l’Union Européenne et du Royaume-Uni. Mais la dernière désignation a été renversée par les tribunaux et n’existe plus. Pourtant, aux Etats-Unis, le Département d’État choisit encore d’ignorer ses tribunaux, ou même de réexaminer ses propres politiques. Pourquoi ?

Les allégations originales selon lesquelles l’OMPI a assassiné des américains dans les années 1970, ce que l’OMPI a fermement nié, n’ont jamais été étayées. Le fait est qu’aujourd’hui il y a des fonctionnaires américains qui sont directement impliqués dans le listing de 1997 qui reconnaîssent que cela avait été fait pour apaiser les mollahs.

L’allégation lâche selon laquelle que « les belligérants » soutiennent l’OMPI peut seulement être traitée avec le mépris. Examinons le « qui est qui » des partisans de l’OMPI et comparons les aux quelques apologistes du Département d’État qui n’ admettent pas qu’ils se sont trompés et en conséquence ont désigné l’OMPI comme un culte et ses partisans comme « des belligérants ».
J’ai eu le privilège d’assister aux conférences de l’OMPI avec d’ anciens responsables de la C.I.A., du FBI et du Ministère de la Sécurité Intérieure. Etaient là aussi, un ancien responsable des Chefs d’état-major, plusieurs autres généraux et l’Ambassadeur américain aux Nations unies. Etait présents aussi d’ anciens représentants des Etats Unis et des sénateurs, plus d’autres leaders politiques des deux partis.

Et permettez moi de ne pas oublier le lauréat du Prix Nobel de la Paix et la fille d’un autre, en plus d’autres militants des droits de l’homme. Belligérants, en effet ! Difficilement – Elie Wiesel a vu plus d’horreurs de guerre auxquelles n’importe quel être humain ne devrait jamais être soumis.

L’erreur de l’approche anti-OMPI est apparente. Quand, en 2008 et en 2009, les tribunaux européens et britanniques ont révisé l’affaire et ont examiné les documents confidentiels, ils conclurent que toute justification de retenue (conservation) de l’OMPI d’une liste terroriste était perverse.

Mais le plus convaincant de tout est que virtuellement tous les commandants militaires américains. responsables de la protection des résidents du camp d’Achraf apparentés à l’OMPI de 2003 à la fin de 2008 ont appelé au retrait des listes. Ceux-ci sont des personnes qui ont vu la situation de première main – qui ont vécu côte à côte avec l’OMPI pendant ces années.

De façon significative, l’OMPI soutient que la solution de la crise iranienne n’est ni l’apaisement (la politique de l’ouest vis-à-vis de Téhéran pendant les deux dernières décennies) ni l’intervention militaire étrangère. Mme. Rajavi, la dirigeante de la Résistance iranienne, a soutenu avec conviction durant les dernières années, que la résistance organisée à l’intérieur de l’Iran, où de plus en plus le peuple iranien ordinaire sont à la recherche d’ un changement vers la démocratie, est la seule solution viable pour la crise iranienne. Essayant de dépeindre l’OMPI comme le font les avocats de la guerre et les belligérants est une totale fabrication.

Toutes les demandes de l’OMPI est une fin de ses immorales, injustes et illégales enchainements de sorte que la politique iranienne dynamique puisse se jouer. L’OMPI est un mouvement populaire, avec le soutien du bas peuple en Iran et parmi la diaspora. De plus en plus il gagne le respect des démocraties occidentales. C’est pourquoi les mollahs essayent chaque méthode pour le combattre et c’est pourquoi plus de 100000 de ses membres et partisans ont été exécutés – pour avoir voulu la liberté.

 L’année dernière 36 résidents sans défense du Camp d’Ashraf, y compris des femmes, ont été massacrés par le gouvernement irakien sur l’ordre des tyrans de Téhéran. La seule justification superficielle de l’Irak était l’inscription l’OMPI sur la liste FTO du département d’État américain.

Une année plus tard il est temps de parler du carnage, assez est assez (cela suffit maintenant).

Sûrement les Etats-Unis  devront suivre la direction de l’Europe et l’opinion informée de ses propres soldats qui ont, loyalement, servi leur nation tant en Irak qu’en Afghanistan. Délester l’OMPI ne consiste pas à provoquer la guerre mais plutôt à l’éviter. 

Kenneth Maginnis, Lord Maginnis de Drumglass, est actuellement un membre du Chambre Haute britannique, la Chambre des Lords. Il était le Député de Fermanagh et de South Tyrone de 1983 à 2001.