mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondePour combattre les mollahs, aidez la résistance

Pour combattre les mollahs, aidez la résistance

Par Ali Keshavarzi

San Antonio Express, 18 novembre – Dans un article récent du Washington Times, James Morrison souligne avec raison que face à l’Iran, nous ne sommes pas limités à accepter un Iran nucléaire ou un bombardement du pays. A la place, nous pouvons soutenir les Iraniens dans leur quête de la démocratie.

En 1997, l’administration Clinton a mis sur la liste noire la résistance iranienne démocratique pour plaire l’ancien président Mohammad Khatami, poussée par l’illusion que les mollahs pouvaient changer. Aujourd’hui nous payons cette erreur en faisant face à un régime qui cherche à se doter d’armes nucléaires et qui tue des innocents en Irak.

En 1979, des diplomates américains ont été pris en otage et détenus pendant 444 jours à Téhéran.

En 1983, un camion piégé a explosé contre l’ambassade américaine à Beyrouth. Le 4 novembre 1986, Hachemi Rafsandjani, le futur de président, disait que le coup porté aux Etats-Unis au Liban "nous est attribué et il doit l’être."

Cinq ans plus tard, le 20 juillet 1991, l’ancien ministre du Corps de gardiens de la révolution, Mohsen Rafiqdoust, admettait que "le TNT et l’idéologie (pour le l’attentat contre la garnison des marines américains) ont été envoyés d’Iran."

Le 28 août, le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, a déclaré "être prêt à remplir le grand vide du pouvoir" dans la région.

Quelques semaines plus tard, il a dit à  l’Assemblée Générale de l’ONU, "je déclare officiellement que l’ère des relations de l’après seconde guerre mondiale est finie. La Palestine et l’Irak seront nettoyés des occupants et les peuples d’Europe et d’Amérique seront libérés de la pression des Sionistes."

Les alliés de l’Occident ne sont pas les mollahs, mais la résistance iranienne qui a utilisé son immense base pour fournir à la communauté internationale pour la première fois les informations essentielles sur les sites nucléaires clandestins de l’Iran en 2003.

Cette année, le Conseil national de la Résistance iranienne et les Moudjahidine du peuple d’Iran, l’OMPI, ont fourni au monde de nouveaux détails sur des camps d’entraînement terroristes de l’Iran et une liste de 32.000 agents iraniens en Irak. En outre, ils ont unifié le peuple irakien pour combattre l’ingérence de l’Iran et son terrorisme.

Les Iraniens ne veulent pas du régime des mollahs. Le mois dernier seulement, 40 personnes ont été exécutées en public. Les prisons débordent de prisonniers politiques. Les étudiants, les ouvriers et les enseignants sont en grève presque chaque jour.

Nos options sont : Acceptez un Iran nucléaire et faites une nouvelle guerre, ou reconnaissez le droit des Iraniens à lutter contre les mollahs pour une démocratie laïque.

Comme l’a souligné la dirigeante de la résistance Maryam Radjavi : le renversement du régime des mollahs est indispensable à la paix au Moyen-Orient. Nous devons y aspirer et nous chercher à retirer la résistance iranienne de la liste des organisations terroristes étrangères du Département d’Etat.

C’est ce que recommande des membres du Congrès des deux parties et cela aurait dû se faire depuis bien longtemps.