vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomiePlusieurs sociétés se retirent du marché iranien à cause des sanctions américaines

Plusieurs sociétés se retirent du marché iranien à cause des sanctions américaines

iran-russia-oil-480

Alors que de nouvelles sanctions américaines planent au-dessus de l’Iran, de plus en plus d’entreprises se retirent du marché iranien. La dernière entreprise qui a réagi à la réintroduction planifiée des sanctions est le géant du pétrole russe Lukoil, qui a mis en suspens ses projets avec l’Iran. De même, les industries indiennes Reliance, qui possèdent le plus grand complexe de raffineries dans le monde, projettent de ne plus acheter de pétrole à l’Iran selon Reuters.

Lukoil

Le 30 mai, un responsable de Lukoil a déclaré aux investisseurs : « Il est trop tôt pour dire quels seront nos plans [concernant l’Iran]. Pour l’instant, nous mettons tout en suspense. »

La même position a été prise par le géant français de l’énergie Total, qui a déclaré en mai qu’il abandonnerait un grand projet de gaz en Iran, à moins que les États-Unis lui garantissent une dérogation des sanctions.

Alors que la Russie et la France ont voté pour rester dans l’accord et aider les entreprises à contourner les sanctions, il semblerait que les entreprises soient inquiètes et que cela ne leur permettrait pas d’accéder au marché américain qui est bien plus grand.

Lukoil, une des rares entreprises russes d’énergie qui se soit pas détenue par le gouvernement, avait été obligée de se retirer d’un projet iranien pour le pétrole en 2011 après une intensification des sanctions Américaines et Européennes.

Les industries Reliance

Alors que l’Inde ne fait pas partie de l’accord sur le nucléaire iranien, son gouvernement a annoncé la semaine dernière qu’il n’honorerait pas les sanctions américaines et qu’il continuera à faire affaire avec l’Iran.

Malgré cette déclaration, les industries Reliance a déclaré à la société nationale iranienne du pétrole qu’elles arrêteraient d’importer du pétrole de l’Iran à partir d’octobre ou de novembre.

Il s’agit très certainement du résultat des compagnies d’assurance qui émettent leurs préoccupations concernant les risques de faire des affaires avec l’Iran sans pouvoir garantir des envois de pétrole depuis l’Iran. Certaines sociétés de transport refusent de transporter du pétrole iranien.

Ces retraits auront certainement un effet important sur l’économie iranienne et mèneront les mollahs à la faillite.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe