mercredi, février 1, 2023
AccueilActualitésActualités: LibertyOpposants iraniens - A Genève, Maryam Radjavi met en garde contre un...

Opposants iraniens – A Genève, Maryam Radjavi met en garde contre un nouveau massacre

27.02.2013 16:03  Genève
(ats) La présidente du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) Maryam Radjavi a mis en garde, mercredi à Genève, contre un nouveau massacre des réfugiés iraniens au camp Liberty, en Irak. Elle a lancé un appel à l’ONU, aux Etats-Unis et à la Suisse.
Reçue par le maire de Genève, Rémy Pagani, Maryam Radjavi a demandé au Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) d’assumer ses responsabilités en organisant le retour à Achraf des opposants iraniens transférés depuis le début de l’année au camp Liberty, près de Bagdad.
« Nous avons des informations précises qu’une autre attaque contre le camp Liberty est prévue. Ce sont des baraquements qui abritent 3200 personnes dans des conditions intenables et peuvent facilement prendre feu », a dit Maryam Radjavi à la presse au Palais Eynard.

Une attaque à la roquette le 9 février contre le camp Liberty a fait sept morts et plus de cent blessés parmi les opposants iraniens, réfugiés en Irak depuis 26 ans.
Pour empêcher un nouveau massacre, l’opposante iranienne a indiqué qu’il y a deux options: soit les Etats-Unis acceptent de prendre tous les réfugiés avant de les réinstaller dans des pays tiers; soit les réfugiés retournent au camp d’Achraf où les conditions de sécurité sont meilleures.
Appel au HCR et à la Suisse
Elle a appelé le HCR à donner à tous les opposants iraniens dans le camp Liberty le statut de réfugiés de manière collective. Le HCR a déjà reconnu que 2000 d’entre eux ont droit à ce statut, selon Mme Radjavi.
Elle a demandé à la Suisse, en tant que dépositaire des Conventions de Genève, de « prendre des mesures urgentes » pour assurer le respect de ces Conventions.
Un appel soutenu par le maire de Genève et le président du Conseil municipal Jean-Charles Rielle. Les deux personnalités ont dénoncé un « silence complice » face à des violations des Conventions de Genève.
Rémy Pagani a indiqué que le HCR n’a jamais répondu à sa demande d’organiser une rencontre avec Maryam Radjavi en sa présence. « Comme lors du génocide au Rwanda, comme lors du massacre de Srebrenica, l’ONU n’assume pas ses responsabilités », a-t-il affirmé.
Fascisme religieux
Maryam Radjavi a dénoncé de manière plus générale le « fascisme religieux » au pouvoir à Téhéran. Elle a affirmé que le régime est paralysé par les conflits au sommet et que la population iranienne, frappée par un chômage de 30% et une inflation de 50%, est prête à se révolter.
« Le mécontentement social est très fort, l’économie en faillite, alors que les mollahs cherchent d’abord à sauver la dictature syrienne et à acquérir la bombe atomique à n’importe quel prix », a déclaré l’opposante. Maryam Radjavi a ensuite présidé une réunion au Bâtiment des Forces motrices (BFM), en présence de plusieurs centaines de personnes.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe