vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: AchrafOn ne peut pas faire confiance au pouvoir irakien pour enquêter sur...

On ne peut pas faire confiance au pouvoir irakien pour enquêter sur le crime qu’il a commis – député italien

CNRI – « Au nom du Comité Parlementaire Italien et des Citoyens pour un Iran Libre, c’est un honneur d’être ici avec vous aujourd’hui après le formidable rassemblement d’il y a trois mois à Paris », a déclaré Alessandro Pagano, député Italie et président du comité, le 20 septembre à Genève.

Il s’exprimait dans une conférence internationale autour de Maryam Radjavi, présidente de la résistance iranienne, de José Luis Rodriguez Zapatero ancien premier ministre espagnol, de Giulio Terzi, ancien ministre italien des Affaires étrangères, de Sid Ahmed Ghozali, ancien premier ministre algérien et d’autres personnalités. Tous ont condamné le massacre de 52 réfugiés iraniens à ACraf le 1er septembre et appelé à la libération des otages aux mains des forces irakiennes.

Voici les moments forts de l’intervention d’Alessandro Pagano : 

Avant tout, je souhaite exprimer mes condoléances à Madame Radjavi et aux familles des 52 héros qui ont été massacrés le 1er septembre, à tous ceux qui sont ici et ceux qui sont au camp Liberty ou ailleurs dans le monde. Notre ministre des Affaires Étrangères, Emma Bonino, a condamné ce crime dans les termes les plus fermes possible et exigé la protection des résidents de Liberty ainsi qu’une enquête indépendante et approfondie sur ces meurtres. Parmi plusieurs choses que je peux dire aujourd’hui, je souhaite attirer votre attention sur cette question qui a été ignorée à maintes reprises.

Je souhaite brièvement parler du mensonge et de la tromperie du gouvernement irakien. Il est temps qu’une plainte soit fermement formulée contre ce régime oppressif. Durant ces quelques années et au cours des cinq massacres, les résidents ont constamment indiqué et apporté la preuve de ces mensonges à l’ONU, au gouvernement américain et à l’UE. S’ils avaient prêté attention à ces documents, ils auraient saisi la sinistre intention et le complot du gouvernement irakien à la demande du régime iranien, et peut-être n’aurait-il pas eu besoin de faire le deuil de ces morts aujourd’hui, puis à chaque fois, avec des mensonges qui sont une insulte à la raison de la communauté internationale, ce régime tente de couvrir ses actions meurtrières pour échapper à toute responsabilité.

Après le crime extrêmement brutal du 1er septembre, Maliki a d’abord nié toute attaque contre Achraf et déclaré qu’il s’agissait des conséquences d’un conflit interne parmi les habitants du camp, parce qu’il pensait qu’il n’y aurait aucune photo ni vidéo diffusée pour que le monde sache ce qui s’est passé là-bas. Mais il a été surpris lorsqu’il a vu les photos et les films de ses meurtres apparaître sur Youtube et d’autres sites internet.

Après que la résistance iranienne ait révélé que sept habitants avaient été pris en otage lors de cette attaque et que de nombreuses organisations des droits de l’homme, le Parlement européen, le HCR et de nombreux parlementaires à travers le monde aient exigé la libération des sept otages, le ministère irakien des Droits de l’Homme a déclaré que ces sept personnes étaient détenues par les forces de sécurité irakiennes et que la raison de leur arrestation était que ces réfugiés sans arme et sans défense auraient attaqué les forces de sécurité irakiennes qui étaient armées jusqu’aux dents.

Dans la mesure où les menteurs ne se rappellent pas ce qu’ils ont dit, peut-être que le ministère irakien des Droits de l’Homme avait oublié que son premier ministre, dans un autre mensonge, avait totalement nié que les forces de sécurité étaient entrées dans le camp d’Achraf le 1er septembre.

Nous sommes face à un gouvernement dont le premier ministre n’a aucune honnêteté et ne dit aucune vérité, et sur les mains duquel se trouve le sang de 120 habitants. Dès lors, on ne peut faire confiance à ce gouvernement. On ne peut pas lui faire confiance pour protéger le camp Liberty, ce serait comme confier un agneau à un loup. Et de manière absolue, on ne peut lui faire confiance pour enquêter sur le crime qu’il a lui-même commis. Le coupable ne peut pas être son propre juge. On doit lui dire le plus fermement qu’aujourd’hui, et pas même un jour de plus, vous devez libérer les otages. De même, on doit lui dire de la manière la plus explicite qu’il n’a pas la compétence pour protéger ces personnes. La responsabilité de leur protection devrait être entièrement confiée à l’ONU et au gouvernement américain.

On doit lui dire : Si vous ne libérez pas les otages immédiatement et si vous n’autorisez pas l’installation de casques bleus de l’ONU au camp Liberty, vous devrez en prévoir des conséquences dans les relations économiques et politiques entre l’Irak et l’UE.

Pour terminer, je souhaite dire qu’à mon avis et selon l’opinion de l’Italie, organiser une telle rencontre près du siège international du HCR est très important et significatif, et aujourd’hui, en tant que président du comité des Parlementaires et Citoyens Italiens pour un Iran Libre, j’appelle madame Navi Pillay, la Haut-commissaire de l’ONU pour les droits de l’homme, à faire pression sur l’Irak pour libérer immédiatement les sept otages, dont six femmes, qui ont été enlevés lors de l’attaque contre le camp d’Achraf.

J’appelle également les États-Unis et l’ONU à faire pression sur l’Irak pour que les sept otages ne soient pas déportés en Iran, ce que Maliki veut. Et j’en appelle en particulier à l’ONU à mettre en place une mission d’enquête afin de mener une enquête précise et détaillée qui mettra en lumière les faits avec des preuves.

La vérité par définition n’est qu’une et à propos de cette vérité, si quelqu’un est reconnu responsable, il devra être poursuivi en justice par la cour pénale de La Haye pour ce crime, ce sur quoi la communauté internationale est unanimement d’accord.

Concernant ces questions, nous sommes précis et inflexibles. Il s’agit de la demande du peuple iranien. Il s’agit de la demande de ceux qui ont sacrifié leur vie pour la liberté. Il s’agit de la demande de tous ceux qui espèrent une meilleure vie.

Vive la résistance iranienne !
Vive la liberté !

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe