jeudi, février 2, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafL’Archevêque de Canterbury prie pour les réfugiés iraniens détenus en otages

L’Archevêque de Canterbury prie pour les réfugiés iraniens détenus en otages

Locusthoney.blogspot.com, 23 septembre – Je prie aujourd’hui pour tous ceux qui sont en otages dans un centre commercial à Nairobi, tout comme pour leurs familles et amis qui attendent avec inquiétude des nouvelles. Je prie également pour leurs ravisseurs, afin qu’ils puissent voir et comprendre que l’hostilité et la violence ne seront jamais autorisées à avoir le dernier mot.

Il n’y a rien de nouveau dans le fait de prendre des personnes en otage – et plus elles sont innocentes, mieux c’est, puisque cela donne davantage de poids aux ravisseurs. Le problème c’est que tandis qu’au départ il y a une grande couverture médiatique, finalement nous oublions les victimes : elles disparaissent d’abord des Unes, puis de toutes les pages, et enfin même de la mémoire.

Cela m’est revenu avec les articles sur le camp d’Achraf en Irak. Jusqu’à récemment, c’était un camp de réfugiés abritant des membres de l’opposition iranienne, entre autres. Les conditions y étaient très mauvaises. Très récemment, il a été attaqué, un nombre important de personnes ont été tuées et un certain nombre d’autres ont disparu en captivité.

En Syrie, le kidnapping est devenu une part ordinaire de la pression sur les communautés. En avril, deux évêques métropolitains d’Alep – Mgrs Gregorios Ibrahim de l’Église Orthodoxe Syriaque et Paul Yazigi de l’Église Orthodoxe Grecque d’Antioche – ont été enlevés, et leur chauffeur a été tué, tandis qu’ils étaient en mission humanitaire. Depuis, un prêtre jésuite, le Frère Paolo D’Oglio SJ, a également été enlevé.

Il s’agit d’une forme de terreur calculée pour saper le moral des proches des personnes qui disparaissent.

Les circonstances dans les guerres ne sont jamais simples ; le camp d’Achraf a une histoire très controversée. Mais ce n’est pas le sujet. La justice est toujours transparente ; l’usage du kidnapping et l’absence de procédure judiciaire sont toujours obscurs. Les otages entrent dans l’obscurité pour que la peur se propage parmi leurs amis et familles.

Que pouvons-nous faire ? D’abord, nous devons prier. Les prières sont efficaces, comme nous l’avons vu avec la libération de l’archevêque Ignatius Kattey du Nigeria la semaine dernière.

Beaucoup de ceux qui ont été libérés parlent de la paix qui provenait de la prière. La prière dit que nous sommes solidaires avec les victimes de l’injustice. Elle ne dit pas que les victimes sont parfaites, mais que nous sommes aux côtés de ceux qui subissent l’injustice.

Nous pouvons montrer – quand nous avons des liens avec la situation – que nous nous en préoccupons. Personne ne peut soutenir toutes les victimes de l’injustice ; mais quand nous sommes au courant, nous devons montrer que cela importe.

Par conséquent, faisons de cela une semaine de prière pour les otages, nous rappelant en particulier ceux du camp d’Achraf et de ceux en Syrie – ainsi que des personnes à Nairobi.

Nous ne pouvons pas prétendre comprendre toutes les complexités de la situation. Mais nous savons que de tels actes de prise d’otages, d’enlèvements ou de meurtres extrajudiciaires sont toujours mauvais.

Justin Welby

Posté par James Gibson

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe