lundi, juillet 22, 2024
AccueilActualitésActualités: NucléairePour arrêter la menace nucléaire du régime iranien, envoyez le dossier de...

Pour arrêter la menace nucléaire du régime iranien, envoyez le dossier de Téhéran au CSNU

Pour arrêter la menace nucléaire du régime iranien, envoyez le dossier de Téhéran au CSNU

Alors que les puissances occidentales poursuivent avec zèle les pourparlers pour ressusciter l’accord nucléaire de 2015 avec Téhéran, des rapports indiquent l’approche rapide du régime clérical pour enrichir de l’uranium de qualité militaire, ce qui est conforme à ses activités nucléaires provocatrices.

Mardi, un rapport de Reuters a confirmé que l’organisme de surveillance nucléaire des Nations Unies est actuellement engagé dans des pourparlers avec l’Iran concernant la source des particules d’uranium qui ont été enrichies jusqu’à une pureté de 83,7 % dans son installation d’enrichissement de Fordow. Ce niveau d’enrichissement est extrêmement proche de ce qui est requis pour la production d’armes nucléaires.

Selon CNN, le sous-secrétaire américain à la Défense pour la politique, Colin Kahl, a déclaré mardi que Téhéran pourrait produire suffisamment de matières fissiles pour une bombe nucléaire en seulement 12 jours.

L’évaluation de Kahl offre un avertissement sévère alors que l’Iran continue de violer les restrictions fixées par l’accord nucléaire, et les efforts pour rétablir l’accord restent au point mort. Mais comment Téhéran a-t-il réussi à aller aussi loin ?

La réponse réside dans l’approche faible des signataires occidentaux de l’accord nucléaire iranien de 2015 avec les puissances mondiales, officiellement connu sous le nom de Plan d’action global conjoint (JCPOA). L’accord, surnommé par les experts de Téhéran « l’accord du siècle », a imposé certaines restrictions au programme nucléaire du régime tout en présentant de nombreuses concessions à Téhéran.

Suite à la signature du JCPOA, Mme Maryam Radjavi, présidente élue du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), a souligné que l’accord n’empêche pas le régime iranien d’acquérir des armes nucléaires. Cela est rapidement devenu réalité lorsque Téhéran a commencé à violer ses engagements en vertu des termes de l’accord, à savoir l’expansion de son programme de missiles balistiques qui était une violation claire de la résolution 2231 du CSNU. Contrairement aux fausses affirmations des experts du régime selon lesquelles le retrait américain du JCPOA a poussé Téhéran à réduire progressivement ses engagements, le régime des mollahs n’a jamais honoré l’accord sur le nucléaire.

Dans une interview accordée en 2020 à la télévision d’État iranienne, Ali Bagheri Kani, le principal négociateur nucléaire de Téhéran et vice-ministre des Affaires étrangères, a reconnu comment le régime a utilisé les pourparlers nucléaires pour faire chanter l’Occident.

« Lorsque nous avons commencé à négocier en 2003, l’Iran n’avait aucun moyen de pression. Ainsi, nous avons accepté la suspension de l’enrichissement d’uranium… Certains ne croyaient pas que le programme nucléaire soit une composante de puissance, arguant que nous ne recherchions pas l’arme nucléaire… Mais les technologies sensibles et complexes ont une double finalité. Seuls les gouvernements investissent dans une telle technologie parce qu’elle a une dimension militaire… Nous voulions que les centrifugeuses continuent de tourner pour que les roues de nos économies puissent également tourner.

Le 22 janvier 2019, Ali Akbar Salehi, l’ancien chef de l’Organisation de l’énergie atomique du régime, a reconnu qu’il avait menti et trompé les autres parties impliquées dans les pourparlers nucléaires sur la centrale nucléaire d’Arak et qu’il avait caché certains des équipements interdits que le régime avait achetés.

Dans une interview accordée au quotidien d’État iranien le 27 novembre 2021, Fereydoun Abbasi, député au Parlement et ancien chef de l’Organisation de l’énergie atomique du régime, a reconnu que Mohsen Fakhrizadeh, l’ancien chef assassiné du projet d’armement nucléaire du régime, avait créé un système pour produire des bombes nucléaires.

Fereydoun Abbasi, ancien chef du nucléaire, admet que son prédécesseur Fakhrizadeh construisait la bombe
Bien que notre retenue sur les armes nucléaires ressorte clairement de la fatwa explicite de Khamenei sur l’interdiction des armes nucléaires, Fakhrizadeh avait créé ce système, et sa préoccupation n’était pas seulement de défendre notre pays. Nous soutenons également le front de la résistance », a-t-il déclaré.

Il convient de noter que le CNRI a été le premier à exposer les activités nucléaires du régime en août 2002, ainsi que le rôle de Mohsen Farkhrizadeh et son organisation « Defensive Innovation and Research Organization (SPAND)« , un programme élargi majeur avec une composante militaire.

Fereydoun Abbasi, former nuclear chief admits that his predecessor Fakhrizadeh was building the bomb

Téhéran traîne les pieds dans les négociations. Des séries de pourparlers futiles n’ont fait que gagner du temps au régime. Investir dans toute négociation avec Téhéran sur toute question importante est une course folle.

La principale vulnérabilité du régime est son manque de légitimité dans le pays, ce qui le conduit à s’appuyer sur des sources de pouvoir externes. Les violations des droits de l’homme, le terrorisme et les armes nucléaires sont vitaux pour Téhéran, car il manque d’une base populaire au niveau national. Ces orientations stratégiques sont essentielles pour le régime qui navigue trop près du vent.

L’approche négligente et apaisante des gouvernements occidentaux envers les actions provocatrices du régime iranien a permis à Téhéran de poursuivre ses ambitions nucléaires avec persistance. Cette inaction et ce mépris des intentions du régime ont donné aux mollahs en Iran le feu vert pour mettre en danger la sécurité mondiale. Rétrospectivement, la politique de l’Occident of l’apaisement envers l’Allemagne nazie dans les années 1930 a eu des conséquences catastrophiques. La croyance de Neville Chamberlain selon laquelle l’apaisement apporterait la paix à son époque s’est avérée fausse alors que l’agression d’Hitler devenait plus audacieuse.

La communauté internationale doit apprendre de l’histoire et adopter une position plus ferme sur le programme nucléaire du régime des mollahs avant qu’il ne soit trop tard. L’approche de la « paix à notre époque » a été une politique qui a échoué, et il est temps pour les puissances occidentales d’adopter une approche plus proactive et plus affirmée envers le régime iranien.