jeudi, juin 20, 2024
AccueilActualitésActualités: NucléaireIran, le recours au chantage et à la menace nucléaire

Iran, le recours au chantage et à la menace nucléaire

Iran, le recours au chantage et à la menace nucléaire

Poursuivant le chantage nucléaire des responsables du régime iranien, Fereydoon Abbasi, membre de la Commission parlementaire de l’énergie et ancien chef de l’Organisation de l’énergie atomique, a de nouveau menacé d’utiliser des armes nucléaires.

Dans une interview accordée au site Internet Rouydad24, Abbasi a déclaré : « Nous ne croyons pas aux armes de destruction massive, mais il est inacceptable que ceux qui possèdent de telles armes abusent de leur pouvoir. Tout le monde sait que nous avons la capacité de lancer des satellites, et un pays capable de lancer des satellites et de les placer sur des orbites spécifiques possède des normes élevées. »

Dans une réprimande adressée à Rafael Grossi, directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), il a déclaré : « La doctrine nucléaire iranienne n’est pas figée. Toutefois, l’AIEA a prouvé qu’elle n’est pas une institution indépendante. Même si l’Iran ne croit pas aux armes de destruction massive, il est inacceptable que ceux qui possèdent de telles armes abusent de leur pouvoir.»

Il a ajouté : « Les armes nucléaires ont deux conditions préalables principales : le matériel et la technologie. Nos adversaires savent depuis des années que nous avons la capacité de produire des matériaux et que nous sommes technologiquement avancés. Ceux qui sont bien informés comprennent ce que je dis. »

Dans une interview accordée au Guardian publiée le 14 mai, Rafael Grossi avait exhorté Téhéran à s’abstenir de toute menace nucléaire dans son discours.

Ces dernières semaines, divers responsables du régime iranien se sont livrés à un chantage nucléaire. Kamal Kharrazi, conseiller principal du guide suprême Khamenei et ancien ministre des Affaires étrangères, a menacé à plusieurs reprises que le régime pourrait être contraint de modifier sa doctrine nucléaire. De plus, Ahmad Bakhshayesh, ancien député, a déclaré qu’il pensait que le régime iranien possédait déjà des armes nucléaires mais qu’il ne souhaitait pas l’annoncer.

Pendant ce temps, Esmail Qaani, commandant de la Force Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique, a menacé trois pays européens : « Tous les criminels doivent savoir que leurs actions et leurs crimes sont notés. La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ne devraient pas penser que le soir où ils sont venus et ont amené leurs avions, l’affaire était réglée. Oui, cette nuit est désormais passée, mais leur compte n’est pas réglé avec nous. »

Il a tenu ces propos mercredi 15 mai, lors d’une cérémonie commémorative de Mohammad Hadi Haj-Rahimi, commandant de la Force Qods tué en Syrie. Qaani a déclaré : « Le régime sioniste, les États-Unis et tout l’Occident sont trop insignifiants pour s’opposer au Front de Résistance. Ce n’est pas seulement un slogan ; cela a été prouvé dans la pratique, et eux-mêmes le reconnaissent. »

Mohammad Hadi Haj-Rahimi a été tué le 1er avril lors d’une attaque israélienne contre le bâtiment du consulat du régime des mollahs, aux côtés de Mohammad Reza Zahedi, commandant du CGRI en Syrie et au Liban, et de cinq autres membres du CGRI.

À la suite de l’attaque, le régime iranien a fait face à des pressions internes pour venger la mort de ses hauts commandants. En conséquence, 12 jours plus tard, le régime a mené une opération baptisée « Vade-e Sadeq » (serment honnête en arabe), au cours de laquelle 331 drones, missiles de croisière et missiles balistiques ont été lancés depuis l’Iran vers Israël. De hauts responsables du régime, dont le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian, ont admis plus tard que les parties ciblées avaient été informées à l’avance de l’attaque.

Les rapports suivant l’attaque ont indiqué qu’Israël, en collaboration avec les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Jordanie, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, avait réussi à intercepter et détruire une grande partie des missiles et des drones lancés par le CGRI. De nombreux experts ont considéré les attaques de missiles et de drones de Téhéran comme un échec militaire, et l’opinion publique iranienne s’est concentrée sur l’incapacité du CGRI dans cette opération.

Cependant, Qaani a également lancé des menaces voilées aux voisins de l’Iran, déclarant : « Certains dirigeants régionaux qui comptent sur les États-Unis devraient se demander si l’Amérique les défendra plus que le régime sioniste. »

Il est évident que le principal État sponsor du terrorisme mondial se sent menacé en raison de son isolement régional et international croissant. Par conséquent, il cherche à compenser ses faiblesses inhérentes et la confluence des problèmes intérieurs en recourant au terrorisme ou à ses menaces par le biais d’intimidations nucléaires et balistiques. Pourtant, si le passé n’est qu’un prologue, la seule chose qui puisse dissuader ce régime d’exécuter sa rhétorique est une action résolue et décisive.