jeudi, juin 20, 2024
AccueilActualitésActualités: Droits humainsIran : Le ministre des Communications défend la censure d’Internet

Iran : Le ministre des Communications défend la censure d’Internet

Le ministre iranien des Communications et des Technologies de l’information, Isa Zarepour, a fermement défendu la politique du gouvernement Raïssi consistant à restreindre l’accès aux plateformes Internet étrangères populaires. Dans une récente interview accordée au journal officiel Shargh, Zarepour a qualifié cette politique de « logique » et conforme aux pratiques d’autres pays qui prétendent soutenir la liberté d’expression.

Le responsable de l’État a esquivé à plusieurs reprises toute responsabilité quant aux raisons qui sous-tendent les restrictions sur Internet, affirmant que ni lui ni son ministère n’avaient aucune autorité en la matière. Il a cité d’autres « organismes » comme étant responsables de prendre des décisions sur cette question.

Concernant les raisons pour lesquelles les réseaux sociaux sont interdits par le régime, Zarepour a spécifiquement cité le rôle d’Instagram dans le soulèvement de 2022, affirmant que la plateforme a joué un rôle important dans ce que le régime des mollahs appelle des « émeutes ». Il a déclaré : « Instagram ne peut pas fonctionner tant qu’il ne respecte pas les lois du pays. »

Malgré le mécontentement généralisé du public face aux interruptions d’Internet et les interférences intentionnelles sur le réseau, Zarepour a nié toute obstruction délibérée. Il a qualifié les rapports techniques faisant état de perturbations intentionnelles de guerre psychologique. Zarepour a expliqué que le réseau national n’est actuellement pas équipé pour gérer l’accès non filtré aux services bloqués.

La question de la censure d’Internet en Iran est encore compliquée par le projet de loi dit « Protection des utilisateurs dans le cyberespace », qui a été récemment réintroduit au parlement du régime. Ce projet de loi vise à intensifier les restrictions sur Internet sous couvert de protection des droits des utilisateurs.

Le classement de l’Iran dans l’Indice de liberté sur Internet 2023 est particulièrement bas, le plaçant au 68e rang sur 70 pays. L’Association du commerce électronique de Téhéran a rapporté que le ministère des Communications d’Ebrahim Raïssi a installé un équipement de censure Internet sans précédent au sein du réseau national. Cette décision permet aux autorités de censurer l’accès aux sites Web nationaux de la même manière qu’aux sites internationaux.