vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyNous avons l'obligation morale et légale d’accueillir et de protéger les Achrafiens...

Nous avons l’obligation morale et légale d’accueillir et de protéger les Achrafiens – Congressman américain

CNRI – « Nous sommes censés encourager les Irakiens, avec diplomatie, à traiter ces gens aux camps d’Achraf et de Liberty au moins humainement. Mais ça ne marche pas. Les conditions de vie sont épouvantables. Je me suis rendu à la prison de Guantanamo Bay. J’ai été juge au Texas. J’ai visité des prisons dans le monde entier. Permettez-moi de vous dire que les conditions de vie à Liberty sont pires que dans n’importe quelle prison que j’ai vue », s’est indigné le congressman Ted Poe le 1 aout à Washington dans une réunion au Congrès américain sur la situation au camp Liberty, en présence de nombreuses familles d’Achrafiens.

Voici le texte de son intervention :

C’est formidable d’être ici avec des combattants de la liberté. Vous vous battez pour la liberté, pour les personnes que vous aimez et pour vos amis qui se trouvent à mi-chemin dans le monde entier, tout comme ils se battent pour la liberté en ce jour.

Deux ans et absolument aucun progrès n’a pas été fait selon moi. Et cela se résume à un simple désir qui est dans les cœurs et les âmes de chaque personne qui n’a jamais connu ou qui ne connaitra jamais le droit d’être libre, le droit d’être laissé tranquille. Et c’est ce que l’OMPI veut. Laissez-nous tranquilles ! Ne nous sanctionnez pas ! Ne nous faites pas de mal ! Ne nous torturez pas ! Ne tuez pas notre famille ! Laissez-nous tranquilles. Mais pour je ne sais quelle raison, ce n’est pas ce message que ce minus d’Ahmadinejad et son acolyte, le Premier ministre Maliki reçoivent. Et ils ne le reçoivent pas pour plusieurs raisons et l’une d’entre elles, c’est tout simplement qu’ils n’aiment pas l’OMPI. Et c’est pour cela qu’ils sont malveillants.

Je suis avec vous tous dans ce combat, depuis que plusieurs d’entre vous sont venus me voir dans le grand État du Texas dans une petite salle pour me raconter cette histoire, cette histoire d’une persécution d’un peuple qui veut juste qu’on le laisse tranquille.

Le gouvernement irakien veut que l’OMPI parte d’Irak dès que possible. Mais il fait tout ce qu’il peut pour être sûr qu’elle ne quitte pas l’Irak. L’Iran veut que l’OMPI reste en Irak. Et elle veut retourner en Iran. Laissez-moi de vous dire quelque chose : ça ne se fera pas. Ainsi, l’Irak a sorti cette idée : bon, vous êtes là, au camp d’Achraf, mais vous ne pouvez pas y rester avant de partir. Vous devez aller au camp Liberty et ensuite on vous laissera partir.

Ainsi, l’OMPI, soit dit en passant, je vais être très clair, n’a pas d’armes, ne peut pas se protéger. Ils doivent dépendre d’autrui pour s’assurer qu’on ne va pas les blesser ni les massacrer. Ils ont dit d’accord, on va faire le nécessaire pour quitter l’Irak. On aimerait être en sécurité avant de partir. Alors ces gens, ces combattants de la liberté ont accepté de quitter le camp d’Achraf et le camp Liberty.

Quand j’ai parlé de ça l’an dernier, quand ce nouveau plan est arrivé, d’être déplacé avant de pouvoir partir, j’ai dit qu’à mon avis c’était seulement une autre façon pour le petit gars du désert de s’assurer qu’il rendrait la vie horrible aux gens de l’OMPI, pour les torturer, les rabaisser, les intimider, parce qu’il ne pourrait pas les faire retourner en Iran.

Malheureusement ma prophétie s’est réalisée et ces mauvaises choses continuent à arriver à ces gens, à ces braves gens qui ne veulent rien de plus qu’on les laisse tranquilles et libres.

Alors où en sommes nous ? Eh bien, 2000 à 3000 résidents ont été transférés au camp Liberty. 1800 ont été enregistrés. 750 ont été entendus par le HCR, 300 ont obtenu le statut de réfugié. Mais le résultat final est : zéro transfert hors d’Irak. De toute cette histoire bureaucratique, le résultat final c’est qu’ils sont toujours en Irak. Ils sont au camp Liberty et aucun n’a été emmené dans un autre pays.

Et pourquoi ? Eh bien, je pense qu’il y a de nombreuses raisons. Nous reviendrons sur les choses épouvantables qui se passent au camp Liberty, que vous montrez ici sur ces affiches. Il y en a beaucoup.

Mais dans tout cela, il y a la plus grande puissance de la Terre, la nation la plus puissante qui ait jamais existé, les Etats-Unis d’Amérique.  Nous avons l’obligation morale et légale d’accueillir et de protéger ces gens qui se trouvent au camp d’Achraf ou au camp Liberty ou partout où ils sont déplacés en Irak. Nous avons cette obligation légale et morale.

Et que faisons-nous ? Eh bien, quoi que nous fassions, il est certain qu’on ne garde pas ces gens en toute sécurité au camp Liberty. Le département d’Etat …  Vous savez, le département d’Etat et moi, nous ne sommes pas sur la même longueur d’ondes sur beaucoup de choses. J’admire ces gens. Que Dieu les bénisse. Ce sont des diplomates. Je n’ai jamais été accusé d’être un diplomate, et je ne le serai jamais.

Nous sommes censés encourager les Irakiens, avec diplomatie, à traiter ces gens aux camps d’Achraf et de Liberty au moins humainement. Mais ça ne marche pas. Les conditions de vie sont épouvantables. Je me suis rendu à la prison de Guantanamo Bay. J’ai été juge au Texas. J’ai visité des prisons dans le monde entier. Permettez-moi de vous dire que les conditions de vie à Liberty, que nous laissons perdurer, sont pires que dans n’importe quelle prison que j’ai vue.

C’est, comme Rudy Giuliani l’a dit, rien de plus qu’un camp de concentration moderne où les gens vivent dans le malheur et où ils ne sont pas traités avec justice. Impossible d’obtenir de l’eau, impossible de vendre leurs biens avant de partir du pays. Donc, quelqu’un va les voler. Vous ne pouvez pas prendre soin de vos handicapés.

Les besoins de première nécessité sont ignorés. Pour quelle raison ? À mon avis, à cause du gouvernement Maliki. Le gouvernement Maliki a décidé de charger quelqu’un du camp Liberty. Je n’ai pas rencontré ce type. Il s’appelle colonel Kazem. Vous avez peut être entendu parler de lui. Je vais l’appeler le colonel Fox. Parce que c’est le renard qui garde le poulailler. Donc, le passé du Colonel Fox est intéressant parce que c’est le colonel qui a ordonné le massacre des 36 résidents du camp d’Achraf en avril dernier. N’est-ce pas charmant de charger le renard, le colonel Fox, des innocents du camp d’Achraf ? Et c’est lui qui empêche l’arrivée des besoins de première nécessité au camp d’Achraf et au camp Liberty.

Pourquoi ont-ils nommé le Colonel Fox à ce poste ? Ça n’a aucun sens pour moi, à moins que le gouvernement ne veuille poursuivre sa persécution. Certes, je ne peux parler que de ma propre expérience.

Permettez-moi de vous dire ce qui m’est arrivé l’an dernier quand je suis allé avec plusieurs membres du Congrès voir M. Maliki en Irak. Alors que nous lui rendions visite, nous avons fait cette requête. Nous voulions aller voir le camp d’Achraf et constater par nous-mêmes les conditions de vie. Tout le monde a entendu que c’est un camp de concentration. C’est ce qui a été dit. Laissez-nous y aller pour qu’on puisse en juger par nous-mêmes. Et M. Maliki s’est mis en colère. Il était furieux qu’on lui demande d’aller voir le camp d’Achraf. Et son refus a été catégorique : vous n’irez pas au camp d’Achraf.

Et l’une des principales raisons pour lesquelles il a refusé aux membres du Congrès américain d’aller au camp d’Achraf c’est parce que le département d’Etat continue à lister l’OMPI du camp d’Achraf comme une ancienne organisation terroriste. C’est ce qu’il nous a jeté au visage. C’est l’étiquette donnée par votre propre gouvernement. Vous ne pouvez pas y aller.

C’est donc parce que le département d’Etat traîne à radier l’OMPI. Parce que d’autres pays et Maliki est l’un d’entre eux, utilisent notre désignation comme une excuse pour torturer des gens.

Et juste pour vous montrer à quel point il était résolu, après avoir quitté cette délicieuse rencontre et être parti en avion ailleurs en Irak, le département d’État nous a appris que nous avions reçu l’ordre de quitter l’Irak. Nous avions été expulsés d’Irak simplement parce que nous avions posé trop de questions. Cela ne me dérangeait pas. J’ai déjà été expulsé d’autres lieux. On m’a chassé de Louisiane une fois.

En tout cas, le département d’Etat traine les pieds. Les tribunaux ont déclaré que le département d’Etat traîne les pieds. Le jour du jugement dernier doit arriver. Il est temps de faire justice. Il est temps de rendre justice aux gens du camp Liberty.

Ils veulent partir. Laissez-les partir. Et la raison pour laquelle personne n’a pu quitter le camp Liberty, c’est parce que les autres pays ne veulent pas les accueillir parce que les États-Unis les classent toujours comme une organisation terroriste étrangère. C’est vraiment simple : radiez l’OMPI. Laissez partir ces gens.

Les Etats-Unis sont la plus grande nation au monde. Nous avons eu nos propres luttes avec les droits de l’homme. Mais nous y croyons toujours. Nous prêchons cet évangile dans le monde et il est temps que nous mettions en pratique ce que nous prêchons et que les droits de l’homme existent pour tous les gens des camps d’Achraf et de Liberty. Car la justice consiste en ce que nous faisons et que la justice doit se faire maintenant, pas après. C’est comme ça.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe