samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Femmes« NON au simulacre des élections » dit Maryam A. Monfared, la...

« NON au simulacre des élections » dit Maryam A. Monfared, la célèbre prisonnière politique iranienne

« NON au simulacre des élections » dit Maryam A. Monfared, la célèbre prisonnière politique iranienne

CNRI – Maryam Akbari-Monfared, détenue politique, a exprimé son point de vue sur le simulacre des Présidentielles en Iran, dans une lettre envoyée depuis la prison d’Évine. Incarcérée depuis décembre 2009, cette prisonnière politique est en train de purger une peine de 15 ans de prison ferme.

Voici cette lettre dans son intégralité :

La campagne pour le simulacre des élections du régime théocratique a commencé. Une crainte visible surgit de toutes les infos publiées à ce propos par les médias du pouvoir. Tout le monde sait qu’avant chaque tour des élections en Iran, le Guide Suprême des mollahs fait le tri entre ses propres agents, avant que le Conseil des gardiens désigne un nombre limité de candidats pour les élections.

Le Président issu des urnes est le choix du Guide Suprême des mollahs et absolument pas celui des Iraniens.

Ce qui est étonnant, c’est que cette fois-ci, dans ce simulacre des élections, les factions rivales révèlent chacune la corruption et les pillages de leurs adversaires. Les retombées de ces dénonciations sont chaotiques pour le pouvoir en place et conduiront indéniablement à l’échec politique des deux factions. Cela indique la décadence et la désintégration des piliers de ce régime.

Rohani prétend apporter la modération et l’espoir, alors que nous avons vu qu’à plusieurs reprises il a prôné pour les exécutions, la répression et le massacre des jeunes de notre pays.

Le régime iranien a établi un record en ce qui concerne le plus grand nombre des exécutions au cours des quatre dernières années.

N’était-ce pas au sein de son gouvernement que tous ces responsables sont entrés en scène l’un après l’autre pour s’enorgueillir des massacres secrets des années 1980 et de ce qu’ils ont fait à notre peuple ?

Moustafa Pour Mohammadi, le ministre de la Justice de ce même Rohani, n’a-t-il pas été membre de la Commission de la mort à l’époque ? N’est-il pas actuellement l’un des dirigeants et un haut responsable de ce même régime ?

N’était-ce pas le même gouvernement qui a exécuté 25 jeunes Kurdes en un seul jour ?

N’était-ce pas M. Rohani qui a été le Secrétaire du Conseil de sécurité nationale en 1999, qui a joué le rôle principal dans la répression brutale du soulèvement des jeunes cette année-là ?

Malheureusement, comme nous l’avons constaté, la clé magique de Rohani n’a non seulement pas aidé à ouvrir les serrures, mais elle en a créé de plus grandes. Evidemment, sa clé a résolu des problèmes pour ses proches et ses associés.

Pour ce simulacre des élections, Rohani a entrepris des mesures ridicules telles que se balader et prendre des photos en compagnie des jeunes femmes pour s’attirer des suffrages, bien qu’il soit l’un de ceux qui ont imposé le port obligatoire de voile en Iran.

L’autre candidat, Raïssi, était l’un des membres de la Commission de la mort en 1988. Depuis l’avènement du régime théocratique, il a occupé différents postes tels que celui de Procureur adjoint et Procureur de diverses régions. Un coup d’œil à son dossier révèle son implication dans les exécutions collectives. Il n’a pas eu une seule journée d’expérience au sein du pouvoir exécutif. En d’autres termes, son expérience de l’exécutif est faite d’innombrables exécutions en 1988, qui ont conduit de nombreux parents à porter le deuil de leurs proches. Certains d’entre eux espèrent toujours un signe de vie de leurs enfants.

Moi, Maryam Akbari-Monfared, prisonnière politique à la prison d’Évine, j’ai séjourné dans diverses prisons du régime théocratique pendant huit ans. J’ai été témoin de la torture et de l’humiliation des femmes. J’ai vu ces scènes tragiques dans les prisons de Gohardacht, Rajayi-Shahr, Shahr-e Ray et Évine. Après tous ces constats je peux affirmer avec certitude que ce régime intégriste n’est pas capable de tolérer des réformes.

Le régime a feinté introduire des candidats différents (réformiste, intégriste, modéré, etc.), dans le but de transmettre un message de changement. Cependant, après des décennies, toutes ces promesses ne se sont révélées être qu’une propagande mensongère.

Le résultat a été un mécontentement général, une grande déception face au statu quo, l’exode des richesses du pays, et la rébellion ainsi que l’exode des jeunes. D’autres acceptent volontairement la prison, la torture et l’exécution.

Aujourd’hui, l’appareil répressif fonctionne dans le même cycle que par le passé, en 1981, 1988, 1999 et 2009. Sous la bannière de l’Islam, ils massacrent les jeunes.

Le régime recourt à n’importe quel crime pour prolonger son règne. Ils mettent en péril la sécurité des personnes d’autres pays, comme la Syrie, l’Irak, le Yémen, etc., pour atteindre leurs propres objectifs.

Dans son ensemble, le régime n’est ni capable de réformes ni en mesure de donner de l’espoir. C’est un régime illégitime aux yeux des Iraniens.

Par conséquent, mon vote est NON au régime islamique.

Maryam AKBARI-MONFARED
Prison d’Évine – Mai 2017

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe