vendredi, décembre 9, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeNe pas prendre l'Iran au sérieux est suicidaire

Ne pas prendre l’Iran au sérieux est suicidaire

Ne pas prendre l’Iran au sérieux est suicidaire Human Events 3 Janvier – par Thomas Sowell – Lorsque vous naviguez sur le Fleuve Niagara, vous trouvez des panneaux qui indiquent l’endroit où vous devez rejoindre la rive au risque d’être entraîné vers les chutes par le courrant. Sur la scène internationale , avec une Iran qui s’apprête à développer l’arme nucléaire, nous nous approchons dangereusement de ce point de non retour fatidique.

 

Il est vrai qu’on peut voir quelques signaux d’alarme dans les discours officiels, que ce soit parmi les hommes politiques, les media ou les cercles intellectuels. Il y a bien plus de discussions sur le fait que les agents gouvernementaux de prévention du terrorisme devraient ou non être autorisés à consulter les archives des livres empruntés dans les librairies publiques.

 

Avec ses déclarations fanatiques et haineuses sur son désir de voir Israël rayé de la carte, le gouvernement iranien nous donne lui-même la preuve de ce qu’impliquerait un Iran nucléaire. Mais ne déléguez personne pour savoir pour qui sonne le glas. Il sonne pour vous.

 

L’an passé, avant les élections américaines, Oussama Ben Laden avait prévenu que les lieux qui votaient pour la réélection du président deviendraient les cibles d’actes de rétorsion terroristes.

 

Nous pouvions alors ne pas en tenir compte. Mais ni nous, ni nos enfants, ni les enfants de nos enfants ne pourrons plus jamais l’ignorer de nouveau s’il se procure des armes nucléaires dans l’Iran nucléaire.

 

S’il est capable de rayer New York ou Chicago au cas ou nous décidons de ne pas céder à ses exigences, aussi outrageantes puissent-elles être, nous vivrons à sa merci – tant soit peu qu’il connaisse la pitié.

 

Nous aurons véritablement franchi le point de non retour. Que penserons de nous les générations futures, que nous avons égarés les signaux d’alarme, préoccupés par des archives de librairies tout en accordant aux terroristes étrangers les mêmes droits juridiques qu’aux citoyens américains ?

 

Nous avons pu dissuader la puissance nucléaire de l’Union Soviétique par notre propre puissance nucléaire. Mais vous ne pouvez pas dissuader les terroristes qui opèrent des attentats suicides. Vous pouvez seulement les tuer ou les empêcher d’obtenir ce dont ils ont besoin pour vous tuer.

 

Nous les tuons actuellement en Irak, bien que nos media semblent se désintéresser totalement de cette partie de l’histoire, tout comme s’ils semblaient ne pas s’intéresser au fait que le sort de la Civilisation Occidentale puisse être en jeu juste derrière les frontières de l’Iran.

 

Bien sûr, ils voudraient que nous empêchions l’Iran de devenir nucléaire – si cela peut être fait pacifiquement, par la diplomatie, avec l’approbation de l’O.N.U, et d’une manière qui n’offense pas « l’opinion mondiale »

 

C’est comme si nous nous trouvions sur le fleuve Niagara et que nous voulions accoster avant qu’il ne soit trop tard, mais que nous ne voulions pas allumer les moteurs par peur de déranger les voisins en faisant trop de bruit.

 

A ce point, nous avons le choix entre être sérieux et être suicidaire.

 

C’est là où nous en sommes aujourd’hui d’un point de vue international. Il y a plusieurs années, a été publié un livre, « Le suicide de l’Occident ». Il y a de forte chance que ce livre ait été en avance sur son temps.

 

Le dégoût, l’indécision, et les bonnes intentions de l’Occident sont ses plus grandes menaces car l’Occident a le pouvoir de détruire toute menace que ce soit. Mais il n’en a pas la volonté.

 

En partie parce que la plupart de nos alliés occidentaux ont été mis à l’abri des réalités brutales de la jungle internationale pendant plus d’un demi siècle passé sous le parapluie nucléaire américain.

 

Les peuples qui sont mis à l’abri du danger pendant des générations peuvent se blottir dans l’illusion que le danger n’existe pas – comme le fait l’Europe Occidentale. Elle fait partie de « l’opinion mondiale » qui nous fait hésiter à engager une action décisive pour empêcher qu’un scénario cauchemardesque d’armes nucléaires aux mains de fanatiques haineux ne devienne une réalité.

 

Ne demandez pas à l’Europe de soutenir toute action décisive que ce soit contre l’Iran. Mais cherchez la plupart de leurs intellectuels, et la plupart de nos propres intellectuels également, qui se tiendront prêts à toute opportunité de se draper de supériorité morale si nous agissons.

 

Ils seront capables de penser à toutes sortes d’alternatives plus efficaces pour fermer les sites de développement nucléaires iraniens. Ils seront capables de venir avec toutes sortes d’arguments abstraits et d’équité morale, du genre : « d’autres pays possèdent un armement nucléaire. Pourquoi pas l’Iran ?»

 

Débattre sur des questions abstraites est plus facile que de faire face à des choix concrets et parfois brutaux. La grande question est de savoir si nous somme sérieux ou suicidaires.

 

Le Dr Sowell est un collègue de haut rang à l’Institut Hoover.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe