vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeMembres du Congrès : Tenir l’Iran responsable de sa brutalité

Membres du Congrès : Tenir l’Iran responsable de sa brutalité

iran-brutalité-congrés

Communiqué de presse

Washington, D.C. – Aujourd’hui (26/4/2018), la Chambre des représentants (américains) a adopté la loi sur les droits de l’homme et la prise d’otages en Iran (H.R. 4744). La loi bipartisane met en lumière le long bilan du régime iranien en matière de violations des droits de l’homme et de prises d’otages. Elle prévoit également des sanctions à l’encontre des autorités iraniennes responsables de l’emprisonnement injustifié et politiquement motivé de citoyens américains.

Plus tôt cette semaine, à la Chambre, le président Royce a fait les observations suivantes :

« En janvier, cet organe s’est réuni – par un vote quasi unanime – pour soutenir le peuple iranien qui était engagé dans des protestations légitimes contre un régime oppressif.

À l’époque, des dizaines de milliers d’Iraniens étaient descendus dans la rue lors des plus grandes manifestations, depuis la révolution verte de 2009. Les protestations, qui visaient la stagnation économique, la corruption généralisée et le contrôle de l’économie par les Gardiens de la révolution (pasdaran), ont rapidement embrasé l’Iran alors que la population cherchait à exercer le droit fondamental de la liberté d’expression. De nombreux manifestants ont scandé des slogans visant le soutien onéreux de l’Iran au syrien Bachar el-Assad et à de groupes terroristes comme le Hezbollah.

Comme on pouvait s’y attendre, le régime des mollahs s’est empressé d’annuler les manifestations et d’asphyxier les médias sociaux. Plus d’un millier d’Iraniens ont été emprisonnés et des dizaines ont été tués. La résolution H.R. 676 a condamné cette violence brutale et a appelé à des sanctions ciblées pour obliger le régime à rendre des comptes.

Aujourd’hui, nous agissons pour répondre à cet appel. Le projet de loi dont nous sommes saisis, la résolution H.R. 4744, exige que l’administration détermine si de hauts responsables iraniens devraient être sanctionnés pour violation des droits de la personne. Il faut également déterminer si les entreprises iraniennes devraient être sanctionnées pour corruption publique. Et elle prévoit des sanctions à l’encontre des responsables de l’emprisonnement injustifié et politiquement motivé de citoyens américains par l’Iran.

Monsieur le Président, pendant des années, le régime de Téhéran a systématiquement écrasé toute opposition en Iran. Il utilise régulièrement des méthodes brutales sur son territoire, notamment la torture et les exécutions massives, dans le but d’exporter la violence et l’idéologie radicale à l’étranger. Depuis sa révolution de 1979, l’Iran est un État voyou.

Comme le précise cette loi, aujourd’hui, le régime n’honore pas de façon flagrante ses engagements à respecter les droits fondamentaux du peuple iranien. Beaucoup d’entre nous se souviennent des exécutions massives barbares qui se sont déroulées sur une période de quatre mois en 1988. Des milliers de prisonniers politiques ont été exécutés par pendaison et par peloton d’exécution pour avoir refusé de renoncer à leur affiliation politique.

Aujourd’hui encore, le régime persécute des groupes ethniques et religieux minoritaires, tels que les Baha’is, les chrétiens, les soufis, les sunnites et les musulmans chiites dissidents. Et nous nous souvenons tous de la façon dont l’ayatollah a violemment réprimé la dissidence politique pacifique pendant la révolution verte – au cours de laquelle l’administration américaine précédente a affiché un silence embarrassant. C’était une véritable opportunité que les États-Unis ont manqué.

Monsieur le Président, je tiens à remercier le président McCaul et le membre de haut rang Engel pour leur leadership dans ce projet de loi. Je suis heureux que nous ayons un appui solide et bipartisan pour cette action. Quelle que soit la façon dont on perçoit l’accord nucléaire avec l’Iran, il est essentiel que les États-Unis et nos alliés continuent de faire pression sur l’Iran pour ses actes dangereux et menaçants qui ne relèvent pas du JCPOA. C’est un domaine dans lequel les responsables des administrations Trump et Obama sont d’accords, et pour de bonnes raisons.

N’oubliez pas que c’est le même régime des mollahs qui détient des citoyens américains – y compris celui qui est en très mauvaise santé – sur de fausses accusations dans le cadre de l’un des plus importants stratagèmes de rançon jamais orchestrés. Ce régime, bien sûr, a tenu ses premiers otages américains en 1979 lorsque ses agents ont envahi notre ambassade américaine. Le mode opératoire du régime reste le même.

Il est vraiment temps que le régime subisse les conséquences de ses attaques contre les Iraniens et les Américains. »

 

Source : https://foreignaffairs.house.gov/press-release/holding-iran-accountable-for-its-brutality/

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe