jeudi, décembre 8, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeMaryam Radjavi plus star que jamais

Maryam Radjavi plus star que jamais

L’Echo régional – Samedi dernier, près de 50.000 Iraniens se sont rassemblés au parc des expositions de Villepinte, au nord de Paris. Une mobilisation pour appeler à un changement du régime en Iran et pour demander un soutien au CNRI.

L’Echo régional – Samedi dernier, près de 50.000 Iraniens se sont rassemblés au parc des expositions de Villepinte, au nord de Paris. Une mobilisation pour appeler à un changement du régime en Iran et pour demander un soutien au CNRI.

Ils sont venus de toute l’Europe et de l’Amérique pour soutenir leur présidente, Maryam Radjavi. Samedi dernier, les sympathisants de la principale organisation d’opposition au régime iranien, le CNRI (Conseil  national de la résistance iranienne dont le siège est à Auvers-sur-Oise), étaient rassemblés au parc des expositions de Villepinte, au nord de Paris. Les organisateurs parlent de cinquante milles hommes et femmes venus appeler à un changement de régime et demander un soutien international aux  Moudjahidine du peuple, résistants du régime imposé par le président Mahmoud Ahmadinejad.

Tous demandent l’aide de la communauté internationale pour que soit adoptée une politique décisive à l’égard de l’Iran. Emmenés par la présidente qu’ils ont élue, Maryam Radjavi, ils ont clamé leur liberté. « La révolte générale de ces derniers jours déclenchée à la suite de la hausse du prix de l’essence, met en lumière le caractère explosif de la société iranienne et l’étendue du mécontentement populaire. Ce soulèvement témoigne  clairement de la volonté du peuple iranien à en finir avec le régime des mollahs. C’est un indice de la phase finale du régime. Il exhibe également la ruine des tenants de la politique de complaisance qui prétendaient de la stabilité et la puissance de ce régime.  Maintenant, il suffit d’ouvrir les  yeux et de voir cette déferlante sociale », a-t-elle lancé à ses  milliers de sympathisants.

Terroristes

Le 12 décembre dernier, les résistants iraniens savouraient déjà une première victoire dans leur quartier général de la rue des Gords à Auvers. Un grand rassemblement était organisé pour fêter la décision de la Cour de justice de l’Union européenne. Le 12  décembre, cette dernière a en effet annulé la décision datant de 2002, qui plaçait les Moudjahidine du peuple d’Iran sur la liste des organisations terroristes. Dans son arrêt, la Cour estime que la décision  prise par l’Union européenne vis-à-vis des Moudjahidine « viole les droits de la défense, l’obligation de motivation, et le droit à une protection juridictionnelle effective ». Cela entraîne également l’annulation de la décision du Conseil européen qui ordonne le gel des fonds à l’organisation des résistants iraniens. Mais la ferveur est rapidement retombée.

« Le 30 janvier dernier, le Conseil des ministres de l’Union européenne a fait part de son intention de maintenir l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI) dans la liste et a accordé un délai d’un mois à cette organisation pour présenter ses preuves. Tandis qu’il est tout à fait clair que le maintien de l’OMPI dans cette liste est un manquement au droit et la demande de preuve n’est qu’une supercherie », a ajouté Maryam Radjavi.

Où en est le dossier du 17 juin 2003 ?

Les résistants iraniens d’Auvers sont plus que déterminés. Ils demandent encore aujourd’hui, à la justice française de clôturer le dossier du 17 juin 2003. Il y a quatre ans, plusieurs dizaines de Moudjahidin, dont la présidente élue Maryam Radjavi, ont été  mis en examen après une descente des policiers au siège de la résistance iranienne. « Le dossier du 17 juin constitue un héritage déshonorant pour le précédent gouvernement français, qui dans sa complicité avec le régime et son but déclaré d’anéantir la résistance iranienne, s’est rabaissé au point de devenir l’exécuteur de la politique répressive d’une dictature religieuse. Ce dossier a été ouvert et maintenu uniquement dans le but affiché de mettre la résistance sous contrôle dans l’intérêt des mollahs. Ce dossier est infondé sur le plan du droit et c’est un complot sur le plan politique. Il est sans précédent dans l’histoire de la justice française. Il est dénué de fondement à tel point qu’ils ont dû embaucher des agents des  renseignements des mollahs comme témoins à charge dans ce dossier », a affiché Maryam Radjavi.

Samedi dernier, plusieurs élus locaux français et personnalités venus de différents pays étaient présents à la tribune du parc des expositions pour soutenir le mouvement. Citons entre autres le maire d’Auvers-sur-Oise, Jean-Pierre Béquet, ou encore Gilles Paruelle, ancien bâtonnier du Val d’Oise qui est l’un des avocats des Moudjahidine. Le dossier est loin d’être clos.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe