vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeMaryam Radjavi : Les gouvernements européens se trompent sur la nature du...

Maryam Radjavi : Les gouvernements européens se trompent sur la nature du régime en Iran

CNRI – Dans l’après-midi du 1er octobre, Maryam Radjavi,  présidente élue de la Résistance iranienne a pris part à une réunion du groupe PPE-DC de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe à Strasbourg, où elle avait été invitée  à intervenir.

CNRI – Dans l’après-midi du 1er octobre, Maryam Radjavi,  présidente élue de la Résistance iranienne a pris part à une réunion du groupe PPE-DC de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe à Strasbourg, où elle avait été invitée  à intervenir.

Avant qu’elle ne prenne la parole, Luc Van den Brande, le président groupe a présenté Maryam Radjavi, soulignant son combat pour la défense des droits de l’homme en Iran et contre l’exportation de l’intégrisme et du terrorisme par les mollahs. Il a également évoqué ses conceptions pour un Iran libre qu’elle avait évoquées en ces lieux l’an dernier, ses convictions et son engagement en matière d’égalité des femmes et d’islam démocratique.

Avant d’entamer son intervention, Mme Radjavi a offert au groupe PPE-DC une liste de prisonniers politiques victimes des exécutions en Iran, comme le document le plus précieux de la Résistance iranienne.

« Nous sommes rassemblés à un moment des plus critiques, a déclaré Mme Radjavi dans son discours. L’an dernier, en ces lieux, j’avais dit que le monde se trouve à un carrefour dangereux. D’une part, la dictature religieuse est sur le point d’obtenir la bombe atomique et de l’autre, il y a la possibilité d’une autre guerre dans la région.

« A cette époque j’avais dit que le danger de l’ingérence et du terrorisme des mollahs en Irak était cent fois plus dangereux que la bombe atomique et j’avais mis en garde  contre les efforts du régime pour exporter l’intégrisme, le terrorisme et les crises à toute la région. 

« Aujourd’hui, je voudrais vous dire que la situation est bien plus dangereuse. L’Irak en ce moment est sous l’occupation officieuse des mollahs. La situation dans toute la région connaît une crise aigue. Le régime iranien se trouve au milieu de cette crise dont tous les maillons sont liés dans une même stratégie. »

Faisant ensuite allusion aux dégâts causés par la politique de complaisance avec le régime des mollahs, elle a lancé à l’adresse des  gouvernement européens : « Pourquoi, à cause d’intérêts économiques, mettez-vous un genou à terre devant les mollahs ? Les gouvernements européens doivent répondre de leurs actes devant leur peuple. Les mollahs ont ignoré trois résolutions de l’ONU mais l’Europe continue de vouloir dialoguer et de négocier avec eux. Dialoguer sur quoi ? Est-ce que c’est pour que les mollahs aient encore plus de temps pour obtenir la bombe nucléaire ?

« Les gouvernements européens se trompent de penser que le régime iranien pourrait être un acteur respectable et acceptable dans les affaires de la région et du monde. Ils se trompent de penser qu’ils peuvent contenir le terrorisme et l’intégrisme des mollahs. Avec la politique de complaisance, ils préparent le terrain à une guerre catastrophique. »

La présidente élue de la Résistance iranienne a souligné à cet effet l’importance décisive de la troisième voie, à savoir le changement démocratique par le peuple iranien et sa résistance.

« En plus de la répression impitoyable dans le pays, a-t-elle ajouté, l’obstacle au changement en Iran c’est le politique de complaisance de l’Europe. Cette politique résulte de trois facteurs : les intérêts économiques, une connaissance erronée de la nature du régime et la croyance dans le mythe de la modération. Une connaissance erronée de l’équation politique iranienne et du rôle décisif  du peuple et de la résistance iranienne.

« La reddition des gouvernements occidentaux devant les exigences des mollahs d’inclure l’OMPI, la principale composante de la Résistance, dans la liste du terrorisme est au coeur de cette politique. Cette étiquette permet au régime iranien de justifier l’exécution de ses adversaires. Par dessus tout, cette étiquette a enchaîné l’acteur principal du changement en Iran. »

Mme Radjavi a ajouté : « Aujourd’hui le temps est venu d’agir contre cette grande injustice. L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe doit s’élever contre cette violation du droit. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe