samedi, janvier 28, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceL’opposition iranienne affirme que la démocratie au Moyen-Orient nécessite la chute du...

L’opposition iranienne affirme que la démocratie au Moyen-Orient nécessite la chute du régime iranien

EFE, (Espagne), 26 février  – L’opposition au régime, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a affirmé aujourd’hui que la consolidation de la démocratie dans les pays arabes nécessite également la chute du régime iranien. La présidente de cet organisme dont le siège est situé à Paris, Maryam Radjavi, a maintenu que « la voie vers un Moyen-Orient démocratique et pacifique passe obligatoirement par un changement de régime en Iran », sans lequel, à son avis, « la stabilité dans la région ne sera pas possible ».

Lors d’une conférence centrée sur les perspectives d’avenir pour ce pays, la dirigeante de l’opposition a déclaré que « si les gouvernements occidentaux veulent jouer un rôle positif dans l’histoire du Moyen-Orient, il est indispensable qu’ils modifient leur politique ».

« Ils doivent passer de l’amitié avec le fascisme religieux à l’amitié avec le peuple iranien. L’étape la plus importante est de reconnaitre la Résistance iranienne », a-t-elle souligné dans un tonnerre d’applaudissements.

Mme Radjavi a insisté sur le fait que les sanctions internationales contre le régime théocratique ne sont pas suffisantes. Elle a proposé « d’interdire les achats de pétrole et que les services de renseignement  occidentaux rompent leurs relations » avec leurs homologues iraniens.

Elle a également conseillé aux habitants de Tunisie, d’Égypte, de Libye, d’Afghanistan et d’Irak de « prendre garde » à l’intégrisme islamique, car leur combat, d’après ce qu’elle a déclaré, « sera infructueux s’ils ne se protègent pas de cet aspect ».

Radjavi a aussi déploré que les États-Unis et l’Europe aient fondé leur politique vis-à-vis de l’Iran « sur la complaisance envers le régime iranien (…) en prétendant qu’il s’agissait d’éviter le développement de l’intégriste », une politique qui selon elle « a soutenu les dictatures régionales ».

« La vie de ces dictatures s’est prolongée à cause de deux facteurs », a déclaré l’opposante : « l’existence du régime iranien comme épicentre de l’intégrisme, et la politique totalement erronée des États-Unis et de l’Europe » qui selon elle, « a bloqué la voie du changement en Iran ».

Elle a souligné pour cela la nécessité de l’instauration de la démocratie en Iran et a assuré que « la fin de l’intégrisme est possible », mais qu’aussi « la participation active des femmes est nécessaire » .

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe