vendredi, décembre 2, 2022
AccueilActualitésActualités: LibertyL'ONU doit agir pour empêcher d'autres attaques sur les opposants iraniens en...

L’ONU doit agir pour empêcher d’autres attaques sur les opposants iraniens en Irak

New York, 12 juillet 2013/PRNewswire/ Une conférence de presse à New York aujourd’hui a annoncé que des avocats américains avaient déposé une requête auprès du Conseil de Sécurité, du Secrétaire Général et du Haut-commissaire aux Droits de l’Homme au nom des opposants iraniens des camps d’Achraf et de Liberty, exigeant d’assurer la sécurité de plus de 3000 membres de l’opposition iranienne au Liberty en Irak. Étant donné la vulnérabilité du camp Liberty, la requête exhorte au retour immédiat des habitants au camp d’Achraf ainsi qu’à une action rapide pour s’occuper des besoins urgents en sécurité des habitants.

Le camp a subi des attaques de roquettes en février et juin derniers, lesquelles ont tué 10 personnes et blessé 170 autres. Le gouvernement d’Irak a refusé les requêtes urgentes pour renforcer la sécurité du camp. De graves allégations de mauvaise conduite professionnelle ont également été portées contre le représentant spécial du Secrétaire Général de l’ONU (RSSG) Martin Kobler par Tahar Boumedra, l’ancien directeur du Bureau des Droits de l’Homme de la MANUI (2009-2012), concernant la complicité du RSSG dans les maltraitances continuelles à l’encontre des habitants du camp.

La requête illustre les flagrantes violations de la Charte de l’ONU, les résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU instaurant et renouvelant la MANUI ainsi que les directives du HCR concernant le traitement des demandeurs d’asile et les personnes entrant sous la compétence du HCR.

Dans une conférence de presse aujourd’hui, M. Boumedra a fermement critiqué Martin Kobler pour le transfert forcé des opposants iraniens du camp d’Achraf au camp Liberty. « Les maltraitances continuelles subies par les habitants du camp Liberty étaient prévisibles. Fin 2011, M. Kobler a refusé de transmettre deux rapports commandés par l’ONU en Irak pour examiner la capacité du camp Liberty à héberger des milliers de personnes en toute sécurité. Le premier rapport a déclaré que le camp ne répondait pas aux normes internationales. Et le second a déclaré que le camp était vulnérable à une attaque aérienne. M. Kobler a enterré les rapports et déclaré aux Nations Unies à New York, à la communauté diplomatique et aux habitants eux-mêmes que le camp Liberty était prêt pour les transferts et serait sûr. », a déclaré M. Boumedra, ajoutant : « La MANUI, par une série de désinformations et de rapports trompeurs, s’est arrangé pour rassembler la communauté internationale derrière le plan de fermeture du camp d’Achraf et le transfert forcé de ses résidents au camp Liberty, un site semblable à une prison beaucoup plus exposé aux attaques des ennemis des résidents. Le Secrétaire général doit enquêter sur la mauvaise conduite de la Mission de l’ONU en Irak et son irrespect des valeurs essentielles de l’ONU ainsi que des principes de la Charte de l’ONU et du Pacte International relatif aux droits civils et politiques. »

Dr. Ramesh Sepehrrad, professeur-adjointe d’Analyse de conflit et de Résolution à l’Université George Mason, ayant six proches au camp Liberty, a déclaré : « La situation à Liberty dépasse la crise humanitaire ; c’est quasiment un champ de massacre. Le Secrétaire Général doit intervenir personnellement pour sauver nos chers proches. Il doit exiger des Irakiens qu’ils installent les murs en T, fournissent aux habitants les équipements de protection qu’ils avaient au camp d’Achraf, et s’assurent qu’ils disposent du matériel médical élémentaire pour répondre à leurs besoins. La prochaine démarche doit inclure leur retour à Achraf jusqu’à ce que le HCR tienne son engagement. »

« Les conditions à la « prison Liberty » sont absolument horrible. L’ONU et les États-Unis doivent prendre des dispositions, sans délai, pour y améliorer les conditions. Nous exigeons, comme l’ont fait près de 100 parlementaires américains, que les habitants soient ramenés à Achraf, où leur sécurité est relativement plus assurée. Le statu quo est insoutenable, inacceptable et ne garantira que davantage de perte de vie si l’on ne s’en occupe pas d’urgence », a ajouté Ali Tasslimi, président de l’Association des Iraniens Américains à New York et au New Jersey, qui a deux frères au camp Liberty.

La requête des résidents fait les recommandations suivantes :
Opérant en vertu de son autorité au Chapitre VII dans la mesure où il renouvelle le mandat de la MANUI, le Conseil de Sécurité devrait exiger le retour immédiat des habitants du camp Liberty au camp d’Achraf et qualifier  Achraf de camp de réfugiés sous le drapeau de l’ONU sous le contrôle du HCR ; le Secrétaire Général Ban Ki-moon devrait entamer une enquête personnelle détaillée sur la mauvaise conduite supposée du RSSG Kobler ; étant donné la situation d’urgence, le HCR devrait garantir le statut de réfugié collectif à tous les résidents ; et conformément à son mandat, prendre en charge l’entière responsabilité des résidents à Achraf et à Liberty, et leur assurer une protection internationale ; le Haut-commissaire de l’ONU pour les Droits de l’Homme devrait entamer une enquête indépendante et impartiale sur la gestion par les Nations Unies de la situation des habitants du camp Liberty et du camp d’Achraf, s’assurant de se concentrer en particulier sur les plaintes récurrentes des habitants au sujet des actions de la MANUI ; la MANUI et le HCR devraient exiger que le gouvernement d’Irak respecte les principes de l’ONU concernant la Restitution des Biens et Logement des Réfugiés et des Personnes Déplacées, qui exige que les personnes déplacées soient compensées pour tout logement, terrain et/ou propriété qui est impossible à récupérer ; et à la suite des enquêtes appropriées, les Nations Unies devraient fournir une compensation juste pour ceux qui ont été tués ou blessés en conséquence de toute mauvaise conduite de la part du personnel de l’ONU ; ces individus convaincus de responsabilité de toute mauvaise conduite devraient personnellement rendre des comptes.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe