mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLondres : Les manifestants persistent et signent

Londres : Les manifestants persistent et signent

CNRI  – Les Iraniens de Londres poursuivent leur manifestation devant le Foreign Office contre la marque de terroriste collée aux Moudjahidine du peuple d’Iran (PMOI) : 

33e jour, jeudi 10 mai :
Un député conservateur accuse le gouvernement britannique d’essayer de convaincre l’UE “d’ignorer l’état de droit” en ce qui concerne le statut d’un membre capital du mouvement de la résistance iranienne.

“L’organisation des Moudjahidine du peuple d ‘Iran, la principale opposition démocratique iranienne, a été placée de manière illégale sur la liste du terrorisme de l’UE en 2002. Cela a été fait à la demande du régime des mollahs, et la présidence espagnole de l’UE à l’époque avait dit qu’il s’agissait d’un geste de « bonne volonté » envers Téhéran”, a déclaré le député britannique David Amess à un groupe d’Anglo-iraniens bravant le mauvais temps en ce 33e jour d’action, devant le Foreign Office.

“La décision de taxer l’OMPI de terrorisme a été prise par M. Jack Straw, alors ministre de l’Intérieur, qui l’a reconnu dans une interview sur la radio BBC Radio 4 le 1 février 2006”, a affirmé M. Amess.

M. Amess a accusé le gouvernement britannique d’avoir juré de “s’opposer avec véhémence à une décision de justice”. “Les efforts du gouvernement pour convaincre l’UE d’ignorer l’état de droit sont inacceptables”, a-t-il ajouté.

32e jour, mercredi 9 mai :
Les Iraniens ont convergé vers le Foreign Office afin de marquer le 32e jour de leur action pour appeler Londres à lever les restrictions pesant sur l’OMPI dans le cadre d’un verdict rendu par la Cour européenne de Justice.

Lors d’un jugement très clair le 12 décembre 2006, la justice européenne  a annulé la décision de l’UE de mettre l’OMPI sur la liste noire. Sous la pression du gouvernement britannique, l’UE a jusqu’à présent refusé d’appliquer ce verdict.

“Le principal objectif de l’opposition iranienne est d’amener la prospérité aux Iraniens”, dit Amir, 40 ans, qui réside dans le nord de Londres. Agitant un drapeau iranien, il dit soutenir l’OMPI depuis vingt ans.

“Le régime est bien plus faible qu’il n’y paraît et c’est pourquoi il ne pourra pas durer longtemps. Il va tomber sous peu. Ce que le gouvernement britannique et les autres Etats peuvent faire, c’est de soutenir l’opposition iranienne pour réaliser un changement démocratique bien plus vite que prévu”, ajoute Amir. 

A ses yeux, la signature d’accords commerciaux avec le régime des mollahs peut servir les intérêts à court terme de l’occident, mais à long terme cela donnera des résultats catastrophiques, donnant au régime l’argent nécessaire pour poursuivre son programme d’armement  nucléaire et ses activités terroristes.
 
Cependant il ne voit pas de problème pour qu’après le renversement des mollahs, la Grande-Bretagne et l’Iran poursuivent des échanges commerciaux dans un environnement plus stable.