jeudi, décembre 1, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceL'Occident doit soutenir le mouvement de la jeunesse iranienne pour la réforme

L’Occident doit soutenir le mouvement de la jeunesse iranienne pour la réforme

Lord FraserPar Peter Fraser *

Miami Herald, 23 janvier – Le dernier round de négociations des grandes puissances pour empêcher l'Iran d'obtenir l'arme nucléaire la semaine dernière s’est terminé sans accord sur de nouvelles sanctions ; d’autres de consultations devraient avoir lieu. Mais Téhéran continue d’avancer son programme nucléaire.

L'ambassadeur de France auprès des Nations Unies, Christophe Bigot, a dit à juste titre que 2010 sera «une année iranienne », ajoutant « nous devons beaucoup travailler sur l'Iran. Nous prévoyons des décisions concrètes que le Conseil de sécurité des Nations unies devra prendre. Notre patience est à bout. » Mais la solution reste plus que jamais évasive.

Après une année d'accalmie, la semaine dernière le général américain David Petraeus a fait résonner les tambours de guerre contre l'Iran. Washington, a-t-il dit, a des plans pour s'occuper des activités nucléaires de l'Iran si les négociations internationales n’aboutissent pas à un consensus.

Le général Petraeus a déclaré à CNN que les sites nucléaires de l'Iran « peuvent certainement être bombardés » tout en ajoutant que, « les effets varieraient en fonction de qui le ferait, du genre de matériel et de leurs capacités » (…)

Ce régime iranien n'est pas en mesure de prendre du recul sur tout différend international, qu’il porte sur ses ambitions nucléaires ou son soutien au terrorisme en Irak et au Moyen-Orient. La survie du régime est fondée sur son élément de base de partisans croyant en sa force. Durement affaibli par la poursuite des manifestations hostiles au pouvoir à l'échelle nationale, le régime iranien doit montrer sa force sur la scène internationale avec son programme nucléaire et son soutien au terrorisme en Irak pour dévier l’attention de sa fragilité interne.

Mais un autre tambour qui retentit mérite notre plus grande attention – des jeunes Iraniens, hommes et femmes, scandant « A bas le dictateur ».

Les fondations du régime craquent face à des protestations de masse qui montrent peu de signes d’affaiblissement, et le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, sait qu'il doit agir pour freiner sa chute. Il pense que posséder des armes nucléaires est un moyen rapide de regagner du poids et de devenir une superpuissance au Moyen-Orient. C’est pourquoi Téhéran ignore les unes après les autres les dates limites fixées par la communauté internationale.

Des solutions sont manifestement difficiles à trouver pour l'Occident face à la menace nucléaire de l'Iran, ce qui pourrait expliquer que les négociations sans fin avec Téhéran ont échoué à tous les niveaux. L'exercice voulant agiter la carotte de mesures incitatives économiques et politiques a échoué et continuera d'échouer. Ce n'est pas parce que les carottes ne sont pas assez grandes ou brillantes, mais parce que Téhéran affaibli sur la scène intérieure n'a pas d'autre choix que d'aller de l'avant avec son programme nucléaire, car il sait tout aussi bien que ses détracteurs que devenir une puissance nucléaire signifie la survie.

Plutôt que de recourir à la guerre comme une option face à l'échec des négociations, les États-Unis et la communauté internationale feraient mieux de ne pas regarder plus loin que les rues de Téhéran. A la fin du mois dernier, alors que les Iraniens participaient en masse à une cérémonie religieuse nationale, des protestations majeures ont éclaté, avec le peuple appelant ouvertement à un changement de régime : ainsi, le désir et la méthodologie du peuple iranien pour un changement démocratique ont-ils été propulsés sur la scène mondiale en termes clairs.

Le changement démocratique par le peuple iranien est une option que beaucoup d'entre nous au sein du Parlement britannique soutiennent depuis de nombreuses années. Au côté du mouvement de l'opposition iranienne, le Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI), nous avons crié haut et fort que cela peut et doit être la solution à la menace de Téhéran, et pourtant, nous avons été longtemps ignorés.

Alors que l'Occident tentait un rapprochement avec Téhéran, le mouvement d'opposition a été marginalisé et ses solutions étouffées. A présent les paroles du Conseil sonnent vraies, un changement démocratique par le peuple d'Iran pour le peuple d'Iran doit être considéré comme la solution.

Les tambours de guerre ont été noyés sous les cris des protestations du mouvement d'opposition iranien. Le peuple d'Iran a mis une option sur la table que beaucoup ont historiquement ridiculisée. Soutenez le mouvement d'opposition iranien et le reste ira sans doute de soi.

* Lord Peter Fraser of Carmyllie, QC, ancien avocat général et Lord Advocate pour l'Ecosse, a supervisé l'affaire de Lockerbie.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe