dimanche, janvier 29, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsL'Iran s'acharne contre l'avocat de Sakineh

L’Iran s’acharne contre l’avocat de Sakineh

Par Céline Lussato – nouvelobs.com – Créé le 21-02-2012 – Outre le fait que Javid Houtan Kian a été condamné en appel à six ans de prison ferme, ses conditions de détention ont été aggravées.

L’avocat de Sakineh Mohammadi Ashtiani, cette iranienne condamnée dans son pays à la lapidation pour adultère, a été condamné à six ans de prison ferme par la cour d’appel n°4 de Tabriz, a confirmé au « Nouvel Observateur » l’avocat iranien Nakhi Mahmoudi joint par l’intermédiaire d’Amnesty international. Ce dernier, lui-même réfugié en Turquie, a apporté la confirmation mardi 21 février de cette information révélée par « La Repubblica » la veille. Il précise les conditions de la condamnation et de la détention du détenu d’opinion.

Selon l’avocat, proche de Javid Houtan Kian, ce dernier a été condamné à un an de prison pour, selon le chef d’accusation, « propagande contre la République islamique », et à cinq ans pour « réunion dans le but de comploter contre la sécurité nationale ».

Selon leurs homologues joints à Tabriz (nord-ouest de l’Iran), Javid Houtan Kian se trouve désormais dans la section des « prisonniers sous méthadone », autrement dit des détenus toxicomanes, afin de rendre ses conditions de détention plus pénibles.

Accusations de complot
« C’est souvent le cas pour les détenus politiques ou de conscience en Iran, pour leur rendre l’expérience encore plus difficile », affirme Drewery Dyke, responsable du pôle Iran à Amnesty.

« Parfois, ils les incarcèrent avec les prisonniers les plus violents, les violeurs… Je ne suis finalement pas surpris de cette pratique menée à l’encontre d’un homme qui n’a fait que défendre sa cliente. Javid Houtan Kian est un prisonnier d’opinion. Sa situation est tragique. »

Javid Houtan Kian est donc condamné sur la base d’accusation de complot sans qu’il n’ait été précisé les détails de celui-ci.

Son arrestation remonte à octobre 2010, alors qu’il venait de donner une interview à deux journalistes allemands concernant l’affaire Sakineh. Le Quai d’Orsay avait quelques mois plus tard condamné les conditions de son incarcération, évoquant « de graves actes de tortures ».

Violations des droits de l’Homme
Sa condamnation en appel intervient alors que le Conseil des droits de l’Homme de l’Onu devrait examiner en mars le renouvellement du mandat du Rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des droits de l’Homme en Iran. Dans une résolution adoptée à l’Assemblée générale des Nations unies en décembre, les Etats membres ont déploré des « violations graves et récurrentes », y compris l’augmentation importante des condamnations à mort et d’exécutions particulièrement pour des crimes « qui ne sont pas clairement définis », et « les restrictions graves et systématiques » de la liberté de rassemblement, d’opinion et d’expression.

Un scrutin législatif est quant à lui prévu le 2 mars.
http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120221.OBS1956/info-obs-l-iran-s-acharne-contre-l-avocat-de-sakineh.html

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe