mardi, janvier 31, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeL'Iran redémarre l'enrichissement d'uranium au laser, selon un exilé

L’Iran redémarre l’enrichissement d’uranium au laser, selon un exilé

L’Iran redémarre l’enrichissement d’uranium au laser, selon un exiléDe Michelle Nichols

Reuters, New York – L’Iran a réactivé un programme d’enrichissement d’uranium au laser sous couvert d’une société de matériel de laboratoire médical et industriel, a annoncé jeudi un exilé iranien résidant aux Etats-Unis, bien que certains experts restent sceptiques face à cette annonce.

Alireza Jafarzadeh, ancien porte-parole du Conseil national de la Résistance iranienne, groupe d’opposition iranien qui a été le premier à divulguer le programme nucléaire de l’Iran en 2002, a déclaré qu’une nouvelle usine avait été construite pour ce programme à Lashkar Ab’ad, à l’ouest de Téhéran.

 

Jafarzadeh affirme avoir reçu ces informations de sources qui se sont avérées exactes dans le passé et a appelé l’Agence internationale de l’Energie atomique à inspecter immédiatement la nouvelle usine opérant sous le nom de Paya Partov.

Bien que les révélations de Jafarzadeh se soient avérées exactes en 2002, certaines de ses annonces suivantes n’ont pas été confirmées.

« Ce hangar (usine) n’a pas été déclaré à l’AIEA. Ce hangar n’a pas été inspecté par l’AIEA », a affirmé Jafarzadeh lors d’une conférence de presse à New York. « Tous les signes d’un programme sophistiqué et de grande envergure sont là. »

L’Iran avait précédemment admis à l’AIEA avoir bâti une usine d’enrichissement d’uranium au laser à Lashkar Ab’ad en 2000, que le pays a cachée à l’agence de surveillance nucléaire de l’ONU. L’Iran assure avoir abandonné l’enrichissement au laser.

« Les informations que j’ai obtenues de mes sources indiquent que l’Iran est profondément engagé dans un programme d’enrichissement au laser, programme que l’Iran a affirmé à l’AIEA avoir abandonné », a annoncé Jafarzadeh.

Mais David Albright, président de l’Institut pour la Science et la Sécurité internationale, se méfie des allégations de Jafarzadeh et se demande pourquoi l’Iran placerait un site d’enrichissement secret dans une usine figurant sur la liste d’inspection de l’AIEA.

« Ils doivent produire la preuve de ce qui se passe à l’intérieur de ce bâtiment », a déclaré Albright, ancien inspecteur en armes de l’ONU. « Il ne s’agit que d’un bâtiment, d’une adresse et de quelques noms. »

Paul Leventhal, directeur de l’Institut de Contrôle nucléaire, a affirmé que l’AIEA devait immédiatement mener l’enquête sur les accusations de Jafarzadeh  car le Conseil national de la résistance a fourni des informations exactes dans le passé.

« Je ne suis pas surpris que des travaux d’enrichissement au laser aient lieu dans des endroits gardés secrets », a affirmé Leventhal. « Selon moi, l’agence ne considère pas suffisamment au sérieux les informations fournies par l’opposition (iranienne). »

L’enrichissement est un processus de purification d’uranium ensuite utilisé comme combustible dans des centrales électriques ou dans le développement d’armes. L’enrichissement au laser est une méthode hautement sophistiquée, mais inefficace, de purification d’uranium.

Les dirigeants occidentaux condamnent le non-respect de la date butoir fixée au 31 août par le Conseil de Sécurité de l’ONU pour que l’Iran suspende l’enrichissement d’uranium, activité qui selon ce pays est uniquement destinée à la production d’électricité.

Les Etats-Unis ont déclaré mercredi que l’Iran poursuivait « agressivement » le développement d’armes nucléaires, accusation niée par Téhéran. Washington avance que l’Iran doit maintenant faire face à des sanctions, mais les alliés européens pensent qu’il n’est pas trop tard pour trouver une solution négociée.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe