samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: LibertyL’Irak empêche l’entrée de denrées alimentaires, de fleurs et d’arbres à Liberty

L’Irak empêche l’entrée de denrées alimentaires, de fleurs et d’arbres à Liberty

Liberty N° 43

Le jeudi 5 juillet, sur ordre du lieutenant criminel Sadeq Mohammad Kazem, des agents en civil ont empêché une nouvelle fois l’entrée d’un camion de denrées alimentaires à Liberty.  Ils ont ordonné d’étaler les 25 tonnes de cargaison sur le sol à des fins d’inspection, avant de les recharger dans les véhicules des résidents pour entrer dans le camp. Pourtant la police avait dit au représentant de la MANUI qu’elle pouvait inspecter la cargaison à l’intérieur du camion sans avoir besoin de la décharger. Ce camion avait été vérifié et inspecté trois fois par des policiers en uniforme et leurs chiens et d’autres dispositifs de contrôle comme des scanners et des sonars. 

Cette cargaison d’une valeur de 70.000 $ était composée de farine, de riz, de lentilles, de pois cassés, de fruits secs, de sucre, d’huile de cuisson et de biscuits. Son déchargement et rechargement dans une température extrême de 55°, sans aucun équipement adéquat a entrainé des dégâts irréversibles.

Hier, ces agents en civil ont également empêché l’entrée d’un petit camion transportant des plantes vertes et des fleurs. Sadegh a dit ce matin aux observateurs de l’ONU qu’on ne pouvait faire entrer aucun arbre dans le camp. George Yaghoub Bakoos, conseiller politique du premier ministre Maliki et n° 2 du comité chargé de la répression d’Achraf, avait cependant déclaré en présence du Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU dans une réunion de gestion du camp Liberty le 31 mai dernier, que l’entrée des plantes et arbres d’une hauteur inférieure à 150 cm était autorisée. Hier, toutes les plantes de la cargaison interdite avaient moins de 150 cm de hauteur. Le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU a cependant bien reconnu dans diverses lettres aux résidents leur droit aux espaces verts et à planter des arbres.

Début juin, ces mêmes agents en civil avaient retenu pendant 10 jours des aliments frais comme des fruits et légumes à l’entrée du camp et n’en avaient permis l’entrée que lorsque qu’une grande partie avait pourri.

La Résistance iranienne souligne que la répression arbitraire des résidents de Liberty par le gouvernement irakien est une violation flagrante et systématique du Protocole d’Accord selon lequel « le gouvernement irakien doit garantir » que le camp Liberty « sera compatible avec les normes humanitaires et les droits de l’homme » et « facilitera et permettra de fournir des services de base comme l’eau et de la nourriture ».

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 6 juillet 2012