samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLettre d’un prisonnier politique au sujet de la visite d’ambassadeurs étrangers à...

Lettre d’un prisonnier politique au sujet de la visite d’ambassadeurs étrangers à la prison d’Evine en Iran

Lettre d’un prisonnier politique au sujet de la visite d’ambassadeurs étrangers à la prison d’Evine en Iran

CNRI – Le prisonnier politique Reza Akbari Monfared, incarcéré dans la prison de Gohardacht (près de Téhéran), a écrit une lettre ouverte adressée aux consciences éveillées et aux militants des droits de l’homme pour dénoncer les intrigues du régime iranien qui a récemment fait visiter la prison d’Evine par des ambassadeurs de pays étrangers en Iran.

Voici la traduction de la lettre du courageux prisonnier de conscience :

Je vous parle depuis les abimes de la prison de Gohardacht au sujet d’un régime qui a été condamné plus de 60 fois par les Nations Unies pour ses violations contre le peuple iranien.

Récemment, un enregistrement audio appartenant à M. Montazeri, qui était l’héritier de Khomeiny à l’époque, a été publié après 28 ans, et ce document historique souligne les exécutions de plus de 30.000 personnes exécutées sans procès en 1998, la plupart étant des sympathisants de l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI) y compris des lycéens, des étudiants et enseignants, des travailleurs et des marchands du Bazar, ainsi que de nombreuses femmes.

Dans ce fichier audio inédit, l’ayatollah Montazeri, s’adressant aux membres de la « Commission de la mort » à Téhéran, dont l’actuel ministre de la Justice de Rohani, déclare de façon prémonitoire : « L’histoire vous retiendra comme les pires criminels. »

Oui, je suis informé au sujet des mères dont 6 enfants et des membres de la famille ont été exécutés par ce régime – qui n’a rien à envier à Daech – sans donner les corps des victimes à leurs familles ou même les informer sur les lieux d’enterrement. Ces familles endeuillées attendent encore d’être informés sur le lieu de sépulture de leurs enfants et des comptes par les responsables du régime au sujet de l’exécution de leurs enfants.

Alors que les familles endeuillées sont déçues par le fait que les responsables de ce crime contre l’humanité n’ont toujours pas rendus des comptes, ils se sont tournés, après 30 ans, vers la communauté internationale et ont lancé un mouvement de quête de justice pour les victimes.

Parallèlement, le régime a tenté de se blanchir et d’échapper à la responsabilité de ses crimes par divers moyens, notamment par la diffusion d’émissions de télévision trompeuses et en amenant visiter la prison d’Evine par quelques ambassadeurs irresponsables de différents pays qui ne connaissent rien sur la passée de cette sinistre prison. Ils leur ont montré des salles vides, sans que les visiteurs soient en mesure d’avoir des contacts directs avec les prisonniers politiques incarcérés dans la prison d’Evine.

Incontestablement, ces messieurs ambassadeurs sont devenus complices du régime dans ses crimes, bien que leurs représentants à l’ONU aient voté à plusieurs reprises pour une condamnation du régime pour ses violations des droits de l’homme.

Si le régime est honnête dans ses prétentions, je demande pourquoi il n’a pas permis à M. Ahmad Shaheed, ancien Rapporteur spécial de l’ONU, de visiter le pays, et, aussi, malgré l’insistance de Mme Asma Jahangir, la nouvelle Rapporteuse spéciale de l’ONU pour les droits de l’homme en Iran, le régime ne lui permet pas de visiter l’Iran pour rencontrer les prisonniers d’opinion en Iran. Des personnes qui sont condamnés à de lourdes peines de prison uniquement en raison de leur convictions et leurs luttes pour la défense des droits de l’homme. Pour qu’elle puisse rencontrer les prisonniers qui sont pris en otage et incarcérés simplement parce qu’ils ont des liens familiaux avec les membres de l’OMPI, ou parce qu’ils sont des journalistes, des militants des droits de l’homme ou des enseignants et syndicalistes condamnés à plus de 10 ans de prison ?

Reza Akbari Monfared
Prisonnier politique dans la prison de Gohardacht à Karaj
Le 7 Juillet 2017

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe