mercredi, février 8, 2023
AccueilMultimédia-oldMultimédia : Présidente élueSession intermédiaire du Conseil national de la Résistance iranienne

Session intermédiaire du Conseil national de la Résistance iranienne

Session intermédiaire du Conseil national de la Résistance iranienne

 La session intermédiaire du Conseil national de la Résistance iranienne s’est tenue les 6 et 7 juillet 2017 en présence de Maryam Radjavi.

La présidente élue a accueilli les membres du CNRI et les participants venus le premier jour en qualité d’observateurs. A l’approche de l’anniversaire du soulèvement du 21 juillet 1952 en Iran, elle a rendu hommage aux martyrs de cette révolte et au grand Mohammad Mossadegh, dirigeant du mouvement national iranien.

Le 21 juillet correspondant aussi à la date de la fondation du CNRI en Iran en 1981, elle a honoré la mémoire des martyrs de la résistance qui ont donné leur vie dans la bataille sans répit contre la dictature religieuse et garanti la crédibilité et le progrès de l’alternative démocratique.

Dans son discours d’ouverture, Maryam Radjavi a rapidement passé en revue les évènements majeurs de l’an passé avant d’affirmer que “ la résistance organisée et l’alternative démocratique sont clairement les seules capables en cette période de changement de transformer la situation sociale explosive en menace existentielle pour le régime.

L’expérience de ces 30 dernières années, a-t-elle rappelé en citant le président du CNRI Massoud Radjavi, a prouvé une vérité majeure, à savoir que si nous adhérons à nos principes nationalistes, patriotiques et démocratiques, si nous gardons nos rangs propres et prêts, et si nous faisons preuve d’endurance et de persévérance, le monde aussi avancera pas à pas pour se tenir à nos côtés.

Nous réitérons et soulignons, a-t-elle insisté, que le changement de régime et l’instauration de la liberté et de la souveraineté populaire, relèvent uniquement – dans le cadre de leurs capacités – du peuple iranien et de sa résistance et de personne d’autre. En nous appuyant sur la souffrance et la persévérance de ce mouvement et de cette alternative, nous sommes aujourd’hui des plus confiants dans la victoire et la libération de notre patrie.

“Je vous remercie tous pour votre attention et j’espère que les débats de cette session nous aiderons à endosser davantage de responsabilités sur une échelle plus vaste dans les circonstances cruciales d’aujourd’hui.

Lors du débat préliminaire, les membres du CNRI ont qualifié de grande victoire le rassemblement annuel de la Résistance iranienne cette année, car il s’agit du premier depuis la réinstallation de combattants de la liberté de l’OMPI du camp Liberty en Europe, ces derniers ayant participé au rassemblement via une connexion satellite.

Les membres du CNRI ont félicité les organisateurs et leurs compatriotes venus si nombreux. Ils ont noté que la réussite de ce rassemblement aussi splendide que bien organisé intervient malgré les nombreux problèmes de la Résistance, ainsi que les multiples projets et campagnes menés en parallèle et que cela a porté un coup dur au régime des mollahs sur le plan politique et international.

La session de deux jours du CNRI a examiné et délibéré sur les événements de l’année iranienne passée (mars 2016-mars 2017), notamment la réinstallation collective de l’OMPI depuis l’Irak vers l’Europe, l’échec de Khamenei de manipuler en sa faveur le résultat du simulacre d’élection, le développement du mouvement pour la justice pour les victimes du massacre des prisonniers politiques de 1988, l’impact du slogan de la résistance “Ni charlatan, ni bourreau » sur la campagne des élections organisée par Khamenei, l’escalade des protestation sociales et les vagues d’opposition régionales et internationales contre le régime.

Le fait que les protestations sociales des travailleurs et d’autres couches de la société, note la session du CNRI, aient monté en puissance malgré la vague d’exécutions et la répression massive exercé par la tyrannie religieuse et les gardiens de la révolution, traduit la pression intolérable que subit la grande majorité de la population excédée par le pillage des richesses et les catastrophes écologiques causées par ce régime alors qu’elle manque des besoins les plus élémentaires à la vie, comme de l’air pur.

Le CNRI a appelé à la solidarité entre toutes les couches sociales pour soutenir et alimenter ces protestations contre un régime divisé et criblé de crises.

La session a également débattu de la tournure des vagues d’opposition régionales et internationales contre le régime iranien, la fin des concessions majeures accordées aux mollahs par le précèdent gouvernement américain, des événements comme la conférence de Riyad en présence de plus de 50 chefs d’Etat, et des nouveaux développements dans la crise en Syrie comme le bombardement au missile par les USA sur le régime syrien après l’attaque chimique sur Khan Sheikhoun et l’attaque américaine sur les milices et des drones du régime iranien en Syrie.

Un certain nombre d’Iraniens, représentants d’associations iraniennes et d’alliés du CNRI, ont participé en qualité d’observateurs aux débats préliminaires de la première journée de cette session.

Secrétariat du Conseil national de la Résistance iranienne
Le 10 juillet 2017

 

Source: http://www.maryam-rajavi.com/fr/