samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Droits humainsLes vies de 60% des patients atteints de thalassémie sont en danger

Les vies de 60% des patients atteints de thalassémie sont en danger

Les vies de 60% des patients atteints de thalassémie sont en danger

Le président de l’Association iranienne de Thalassémie, suite à la suspension de la couverture des médicaments vitaux pour patients atteints de thalassémie, a déclaré que plus de 60% des patients souffrant de ce mal ont consommé des médicaments importés, maintenant ils sont contraints d’utiliser des répliques produites dans le pays, causant le développement de problèmes mentales et physiques chez eux.

Le retrait de certains médicaments destinés aux patients, notamment le Desferal et les oxydants, de la liste des médicaments assurés, a été une source d’inquiétude pour de nombreux patients atteints de ce qu’on appelle aussi la « maladie méditerranéenne ».

Selon l’agence de presse officielle ILNA, le 24 Juillet 2017, Majid Arasteh, président de l’Association Thalassémie, a déclaré : « En raison du fait que la loi budgétaire de 2017 a annoncé que les marques de médicaments produits à l’intérieur du pays ne seraient pas couvertes par l’assurance, ces médicaments ont été retirés de la liste d’assurance. »

Il a déclaré qu’environ 60% des patients atteints de thalassémie s’injectent des médicaments et qu’environ 40% prennent des médicaments par voie orale. « Sur les 60% de patients qui s’injectent les médicaments, 60% également utilisent des médicaments de marque. Ce médicament a été mis sur le marché depuis de nombreuses années et les patients ont coutume d’en consommer, et pour ceux qui ont pris le médicament depuis près de 40 ans, y mettre fin aura des conséquences mentales et physiques. »

« L’aspect le plus important est que ces médicaments sont vitaux pour les patients, et par conséquent, le changement soudain d’un médicament qui a été utilisé pendant de nombreuses années par le patient au profit d’un autre médicament serait très difficile », a-t-il réitéré.

Faisant mention de la qualité des médicaments produits localement et de leur réactivité, Majid Arasteh a déclaré : « Les médicaments oraux produits localement pour les patients atteints de thalassémie au cours du deuxième semestre de l’année dernière sur une période allant de 4 à 5 mois étaient rares et difficiles à trouver sur le marché et n’étaient pas produits localement, causant beaucoup de désagréments aux patients. Si la loi est à mettre en œuvre, les entreprises manufacturières nationales doivent veiller à la qualité des produits et répondre aux exigences du marché, et ne pas laisser le médicament pénétrer le marché et, après un certain temps, suspendre sa production. »

Concernant la qualité des médicaments produits localement et ses complications pour les patients atteints de thalassémie, il a déclaré : « La substance de base des médicaments provient d’une multitude d’entreprises, et le produit d’une d’entreprise peut différer de celui d’autres entreprises. La molécule est la même, mais la formule est différente. Ce médicament peut provoquer des réactions différentes quand il pénètre le corps. »

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe