mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLes USA mettent en garde l'Iran contre les effets d'une "spirale" dangereuse

Les USA mettent en garde l’Iran contre les effets d’une « spirale » dangereuse

Agence France Presse – La Maison Blanche a mis en garde mercredi l’Iran contre les conséquences de la "spirale" dans laquelle il est engagé et qui ne fera qu’aggraver sa situation internationale, après un nouveau défi du Parlement de la République islamique dans le bras de fer nucléaire.

Un porte-parole de la Maison Blanche, Scott Stanzel, a exhorté le régime iranien à se conformer "immédiatement" avec les exigences du Conseil de sécurité de l’ONU, à commencer par la résolution du 23 décembre.

"En continuant à ne pas se conformer" à ses engagements, "l’Iran ne fera qu’aggraver sa situation aux yeux du monde", a dit M. Stanzel à Crawford (Texas, sud) où le président George W. Bush passe dans son ranch les derniers jours de l’année.

"Il est difficile de voir dans quelle mesure cette spirale entraînant (l’Iran) vers le bas sert les intérêts du peuple iranien", a ajouté M. Stanzel.

L’Iran s’expose aussi, de la part de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), à de nouveaux constats de non-conformité avec ses engagements au regard du Traité de non-prolifération et au regard des clauses de sauvegarde convenues avec l’agence onusienne de non-prolifération, a-t-il dit.

"Nous espérons donc que le régime iranien laissera de côté les menaces et les actes de confrontation et entreprendra immédiatement de satisfaire les exigences du Conseil de sécurité de l’ONU", a indiqué le porte-parole.

M. Stanzel réagissait à l’adoption mercredi par le Parlement iranien d’une loi obligeant le gouvernement à "accélérer le programme nucléaire et à réviser la coopération" avec l’AIEA. Le texte laisse au gouvernement iranien le soin de décider comment la coopération avec l’AIEA sera révisée.

Mais il se joue de l’inquiétude que l’Iran ne suive l’exemple nord-coréen et ne se soustraie au contrôle de l’AIEA, en représailles aux pressions internationales.

Par la résolution 1737, le Conseil de sécurité a infligé le 23 décembre des sanctions à l’Iran à cause de son refus de renoncer à ses activités nucléaires les plus sensibles. Il a donné deux mois à la République islamique pour suspendre l’enrichissement d’uranium, faute de quoi elle risque de nouvelles mesures coercitives.

Les Etats-Unis sont les plus ardents avocats des sanctions contre l’Iran.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe