vendredi, février 3, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLes USA et l'Iran entament leur dialogue le plus substantiel depuis 27...

Les USA et l’Iran entament leur dialogue le plus substantiel depuis 27 ans

Agence France Presse – Les Etats-Unis et l’Iran entament lundi à Bagdad leur dialogue le plus substantiel depuis 27 ans mais les deux pays se sont fixés des ambitions modestes, en limitant leurs discussions à l’Irak.

L’ambassadeur des Etats-Unis à Bagdad, Ryan Crocker, rencontrera lundi matin un représentant iranien qui devrait être l’ambassadeur sortant de la République islamique à l’ONU, Javad Sarif, selon la télévision iranienne.

Les deux pays, qui n’entretiennent plus de relations diplomatiques depuis 1980, ont confirmé leur participation, mais l’identité du représentant iranien n’a pas été confirmée officiellement par Téhéran.

Le lieu exact de la rencontre est resté secret pour des raisons de sécurité. Il s’agira d’un "btiment gouvernemental irakien", a indiqué un porte-parole du département d’Etat, Tom Casey, sans plus de précision.

Un représentant irakien pourrait participer au début des entretiens, qui se poursuivront ensuite en tête-à-tête. Aucun communiqué ne sera publié mais M. Crocker pourrait ensuite organiser une conférence de presse à l’ambassade des Etats-Unis à Bagdad.

Cette rencontre fait suite aux brefs entretiens tenus début mai à Charm el-Cheikh (Egypte) entre la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice et son homologue iranien Manouchehr Mottaki, à la demande du gouvernement irakien.

"De mauvaises relations entre les deux pays ne servent pas l’Irak, et l’Irak a payé le prix des tensions entre les deux pays", a noté Ali al-Dabbagh, le porte-parole du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki.

Washington accuse Téhéran d’armer les milices chiites pour déstabiliser l’Irak afin d’en prendre le contrôle. De son côté, Téhéran affirme que la sécurité en Irak ne pourra être rétablie qu’après un départ des forces américaines.

Malgré le poids symbolique de cette rencontre, sa portée réelle devrait rester limitée, les deux pays ayant prévenu que leurs entretiens ne porteraient que sur la sécurité de l’Irak.
 
"Nous avons décidé de faire cela pour aider le gouvernement irakien à répondre à ses inquiétudes, que nous partageons, sur la sécurité en Irak et sur certaines activités néfastes de l’Iran là-bas", a indiqué M. Casey. "Ce n’est pas un forum pour discuter d’autre chose".

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a souligné pour sa part que les discussions viseraient seulement à rappeler aux Américains "leur devoir d’occupants".
 
"Les Etats-Unis ne respectent pas leur devoir en tant qu’occupants pour restaurer la sécurité en Irak", a ajouté l’ayatollah Khamenei. Ils "ont lié les mains du gouvernement irakien, tentent de le renverser et soutiennent les terroristes".

Pour Anthony Cordesman, du Center for Strategic and International Studies (CSIS), cette rencontre a peu de chance de porter des fruits.

"L’hostilité manifestée par l’Iran au sujet de cette rencontre avec les Etats-Unis pour parler de l’Irak est allée bien au-delà des habituels gesticulations et chantages qui précèdent traditionnellement ce genre de conférences", a estimé cet expert du Proche-Orient.
 
M. Cordesman a cité l’arrestation récente en Iran de plusieurs chercheurs et journalistes irano-américains accusés de chercher à renverser le régime islamique. C’est "un avertissement cruel que le dialogue avec ce gouvernement iranien présente bien peu de bénéfice à court terme", a-t-il estimé.

Cinq Iraniens sont toujours détenus en Irak depuis leur arrestation le 11 janvier par les forces américaines à Erbil (nord). L’Iran affirme que ce sont des diplomates. Les Etats-Unis les soupçonnent d’être impliqués dans les réseaux d’approvisionnement en engins explosifs qui font des ravages dans les rangs militaires américains.

 
 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe