mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLes USA demandent aux autres puissances d'agir contre l'Iran

Les USA demandent aux autres puissances d’agir contre l’Iran

Les USA demandent aux autres puissances d’agir contre l’IranGuy Faulconbridge

Reuters – Les Etats-Unis vont insister mardi pour que les autres principales puissances mondiales envisagent des sanctions ciblées contre l’Iran tandis que la date limite du 30 avril fixée par l’ONU est imminente pour Téhéran et son programme nucléaire.

 

Les prix mondiaux du pétrole brut ont atteint 70$ le baril lundi, le plus haut niveau depuis ces huit derniers mois, alors que la poursuite du programme nucléaire iranien intensifie la crainte sur les marchés que Washington entreprenne une action militaire contre la République Islamique, pays producteur de pétrole.

Mais les arguments des Etats-Unis concernant la possibilité d’utiliser la force ne devraient pas être entendus lors de la réunion des cinq membres permanents détenant un pouvoir de veto du Conseil de Sécurité de l’ONU (les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Chine et la Russie) et de l’Allemagne.

La Russie et la Chine s’opposent fermement à des sanctions et à l’usage de la force. Hormis les Etats-Unis, les autres (y compris la Grande-Bretagne, proche allié des USA) s’opposent à une action militaire.

L’Iran a annoncé la semaine dernière avoir enrichi de l’uranium pour alimenter ses centrales électriques, amplifiant ainsi les tensions dans ce conflit avec l’Occident qui suspecte Téhéran de tenter de développer la bombe atomique. Téhéran affirme que son programme nucléaire est destiné uniquement à la génération d’électricité.

Les Etats-Unis, qui appliquent déjà un large éventail de sanctions contre l’Iran, désirent que le Conseil de Sécurité soit prêt à entreprendre une action diplomatique ferme, dont des mesures ciblées telles que le gel d’actifs et la réduction du nombre de visas accordés.

Les Etats-Unis disent ne pas avoir l’intention d’imposer des restrictions sur les secteurs du pétrole et du gaz iraniens car ils ne veulent pas nuire à la population iranienne. L’Iran est le quatrième plus grand exportateur de pétrole dans le monde.

Echéance du 30 avril

Le Conseil de Sécurité demande à l’Iran de stopper toutes activités atomiques sensibles et a chargé le 29 mars son organe de surveillance nucléaire, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique basée à Vienne, de remettre dans un délai de 30 jours un rapport sur la coopération de l’Iran.

McCormack a déclaré à la presse qu’il ne s’attendait pas à ce qu’une quelconque décision majeure soit prise au meeting de Moscou.

« Nous espérons, lorsque le Conseil de Sécurité se réunira la prochaine fois afin d’aborder la question iranienne à la lumière du dernier rapport de l’AIEA, qu’ils seront prêts à entreprendre une action diplomatique ferme », a affirmé McCormack.

L’Iran a déclaré lundi qu’ils ne se laisseraient pas intimider ou menacer par les Etats-Unis pour qu’ils mettent fin à l’enrichissement d’uranium mais qu’ils coopéreraient avec l’AIEA.

Jusqu’à maintenant, après trois années d’enquêtes, l’AIEA se dit incapable de déterminer si le programme nucléaire de l’Iran est entièrement pacifique mais n’a trouvé aucune preuve indiquant que le pays produit des armes atomiques.

Un haut responsable iranien a reproché à la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice d’avoir dit la semaine dernière que les Nations Unies devaient envisager une action ferme contre l’Iran, telle qu’une résolution pouvant mener à des sanctions ou à l’usage de la force.

« Selon moi, l’ère des menaces et de l’intimidation est révolue. … En aucun cas ces menaces ne porteront leurs fruits », aurait dit le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, Ali Larijani, selon l’agence de presse officielle iranienne IRNA.

« Nous avons toujours fait savoir notre volonté de permettre aux inspecteurs de l’AIEA de venir en Iran et d’inspecter nos sites nucléaires. »

Inspection de l’ONU

Les hauts responsables de l’AIEA ont annoncé après la visite du secrétaire de l’agence, Mohamed ElBaradei, à Téhéran la semaine dernière que les inspecteurs de l’ONU arriveraient en Iran cette semaine.

Les Etats-Unis affirment que la déclaration d’Ahmadinejad la semaine dernière selon laquelle l’Iran menait des recherches sur la centrifugeuse P-2, qui peut enrichir de l’uranium rapidement, était une source grave d’inquiétude.

« Des travaux cachés sur des centrifugeuses P-2 constitueraient une violation supplémentaire des obligations de sauvegarde de l’Iran, en plus de celles déjà découvertes par le conseil (de l’AIEA) », a affirmé le porte-parole de la Maison Blanche Scott McClellan.

« De telles violations et le refus par le régime de respecter ses obligations internationales sont contraires aux déclarations du régime selon lesquelles son programme nucléaire est purement pacifique », selon Scott McClellan.

L’Iran avait précédemment déclaré mener des recherches et développer des centrifugeuses P-2, qui sont plus rapides que le modèle P-1 que le pays utilise pour enrichir de l’uranium.

« Le statut incertain des travaux sur les P-2 en Iran constitue un véritable obstacle dans les enquêtes de l’AIEA », selon un diplomate basé à Vienne familier avec les enquêtes de l’AIEA. Il a refusé que son nom soit divulgué.