mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLes USA accentuent la pression contre l'Iran devant le siège de l'ONU

Les USA accentuent la pression contre l’Iran devant le siège de l’ONU

Les USA accentuent la pression contre l’Iran devant le siège de l’ONUAgence France Presse – Washington lutte pour renforcer sa campagne contre l’Iran et fait pression pour des sanctions officielles de l’ONU dans le cas où Téhéran refusait d’abandonner son programme d’armes nucléaires suspecté, a déclaré mardi un haut responsable du département d’Etat américain.

« Nous travaillons avec la communauté financière du monde entier pour bien faire comprendre ce qu’il en coûte de faire des affaires avec l’Iran et nous expliquons bien clairement pourquoi l’Iran n’est pas un bon investissement quel que soit le domaine », a déclaré le sous-secrétaire d’Etat Nicholas Burns à la Commission sénatoriale des Relations étrangères.

 

« Nous commençons à voir certaines banques décider qu’elles ne feront plus de nouveaux prêts à l’Iran et un certain nombre de banques européennes et asiatiques suspendent leurs opérations de manière significative », a-t-il dit.

Burns a affirmé que Washington restait ouvert à l’idée d’une résolution diplomatique du conflit avec l’Iran « mais si cela n’était pas possible, alors… nous chercherions à imposer un régime de sanctions au gouvernement iranien ».

Il a fait ces commentaires peu avant que le président George W. Bush et le président iranien Mahmoud Ahmadinejad ne prononcent leurs discours très attendus aux Nations Unies. Il a ajouté que les travaux nucléaires de l’Iran semblaient faire partie d’une politique régionale plus large et plus agressive.

« C’est différent de tout ce que nous avons pu voir ces dernières années », a affirmé Burns.

« Nous pensons que les dirigeants iraniens aspirent à préserver leur place au pouvoir et à étendre leur influence dans les pays voisins au Moyen-Orient », a-t-il déclaré.

« Ils considèrent la présence des Etats-Unis et de nos alliés dans la région comme un obstacle majeur à leurs ambitions régionales. Ils sont en quête d’un changement à l’intérieur de l’Iran, d’un retour à la ferveur et à la pureté des premières années qui ont suivi la révolution », selon Burns.

Il a répété les déclarations de son supérieur, la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice, selon lesquelles les puissances mondiales pouvaient s’unir autour d’une nouvelle résolution de l’ONU sur des sanctions si l’Iran persistait à refuser de suspendre l’enrichissement d’uranium, ajoutant qu’un « consensus international » large existait pour une telle initiative.