mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrismeLes pays musulmans lâchent Al Assad: Isoler davantage Damas, c'est bien le...

Les pays musulmans lâchent Al Assad: Isoler davantage Damas, c’est bien le but de cette sanction, unanimement admise par 56 des 57 membres de l’Organisation de coopération islamique, à l’exception et cela est sans surprise de l’Iran.

BBC – 16 août, 2012  – La Syrie a été suspendue ce jeudi matin de l’organisation de coopération islamique (OCI), à l’issue du sommet de cette organisation tenue à la Mecque, en Arabie Saoudite.

Presque seul au monde. Comme une peau de chagrin, les soutiens diplomatiques de Damas se rétrécissent. Cette fois-ci, c’est l’ensemble des pays musulmans qui se démarquent du régime de Bachar Al Assad, accusé de massacrer les populations syriennes.

« Ce monde ne peut plus accepter un régime qui massacre son peuple en utilisant avions, chars et artillerie lourde » a déclaré au cours d’une conférence de presse Ekmeleddin Ihsanoglu, le secrétaire général de l’OCI.
Plan musulman pour la paix

Isoler davantage Damas, c’est bien le but de cette sanction, unanimement admise par 56 des 57 membres de l’Organisation de coopération islamique, à l’exception et cela est sans surprise de l’Iran.

Téhéran demeure un fidèle allié de Damas.

Quand bien même ils ne caressent pas le régime de Damas dans le sens du poil, les Etats membres de l’OCI rejettent toute action militaire en Syrie. « le monde musulman soutient une solution pacifique , veut la fin de l’effusion de sang et refuse que ce problème dégénère en conflit confessionnel et déborde » sur la région, a poursuivi le chef de l’OCI.

Le communiqué final de la rencontre appelle à « la nécessité mettre fin immédiatement aux actes de violences en Syrie ».

Lesquelles violences auraient fait, selon l’observatoire syrien des droits de l’homme, plus de 23.000 morts depuis le début du conflit il y a 16 mois.

Cette mise à l’écart de la Syrie intervient alors qu’un nouveau rapport de la Commission d’enquête de l’ONU, tient les forces pro- Al Assad responsables de crimes contre l’humanité, dont des meurtres et des tortures.

L’opposition militaire syrienne y est également épinglée : ses troupes auraient commis les mêmes crimes, mais dans une moindre échelle.
Ce jeudi le Conseil de sécurité de l’ONU décidera, formellement, de la fin de la mission de ses observateurs en Syrie.