lundi, novembre 28, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes Moudjahidine du peuple rêvent eux aussi d’un printemps iranien – France...

Les Moudjahidine du peuple rêvent eux aussi d’un printemps iranien – France Culture

CNRI –  France Culture a diffusé le 15 février dans son journal de 18 h un reportage de Laure De Vulpian sur la situation de la Résistance iranienne en France et à Achraf : « Parmi les 30 personnes mises en examen depuis 2003, Maryam Radjavi, la présidente du CNRI, le Conseil national de la Résistance iranienne. Elle s’étonne que sept ans après ce dossier judiciaire soit toujours à l’instruction et, dit-elle, au point mort : « Il faut clôturer ce dossier parce qu’il est totalement vide. Mais je pense que c’est totalement politique et derrière ce dossier il y a beaucoup de marchandages malheureusement et il faut arrêter ce marchandage avec le régime des mollahs. »

Omid connait Achraf, cette enclave en territoire irakien où vivent 3500 Moudjahidine du peuple et leur famille dans des conditions de plus en plus difficiles. Longtemps protégés par Saddam Hossein,  ils sont désormais assiégés par l’armée irakienne. En juillet 2009, une attaque a fait 11 morts et plus de  500 blessés. Quant au harcèlement, il est quotidien : « Un des harcèlements les plus graves, c’est la torture psychologique avec l’installation de plus de 180 haut-parleurs tout autour d’Achraf  qui diffusent 24h sur 24 des slogans, des injures, des menaces de mort pour finalement forcer les Achrafiens à quitter leur combat. Ce dont souffrent le plus les Achrafiens, c’est le blocus sur le plan médical, on empêche des médicaments d’entrer, on empêche notamment les grands malades d’avoir accès à des médecins qualifiés. Donc aujourd’hui les Achrafiens sont vraiment comme dans un no man’s land encerclés parce que le régime craint justement ces opposants. »

Alors que la procédure  judiciaire  française s’éternise, la justice espagnole met le turbo : son nom Juan Garcés, l’avocat qui avait obtenu l’arrestation d’Augusto Pinochet à Londres en 1998. La loi est de son côté, puisque les 3500 résidents d’Achraf bénéficient d’un statut d’extraterritorialité officiellement accordé par Saddam Hussein. 

Juan Garcés : « D’après la loi irakienne et la loi internationale ce statut a été maintenu sous l’invasion et l’occupation des Etats-Unis. Les forces d’occupation les ont déclarés personnes protégées sous le statut de la  4ème convention de Genève. Ça signifie que légalement, toute violation sérieuse  des droits que leur accorde cette convention devient un  crime de guerre et par conséquent tombe sous la juridiction des tribunaux de tous les pays du monde qui ont signé la Convention de Genève. »

Juan Garcés demande la comparution du général irakien qui a dirigé l’attaque d’Achraf en juillet 2009 ; elle est prévue le 8 mars.
A l’heure des révolutions tunisienne et égyptienne, les Moudjahidine du peuple rêvent eux aussi d’un printemps iranien.
Maryam Radjavi : « la seule solution pour le régime des mollahs, c’est un changement démocratique par le peuple iranien et sa résistance organisée. Nous pensons qu’une démocratie pluraliste basée sur la séparation de l’Etat et la religion est nécessaire pour la liberté et la démocratie en Iran. »

Mais on en reste encore loin. Apparemment le gouvernement irakien a demandé l’arrestation des avocats des résidents d’Achraf et l’annulation des plaintes qu’ils ont déposées. »

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe