mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLes milices extrémistes liées au régime iranien derrière des rapts massifs en...

Les milices extrémistes liées au régime iranien derrière des rapts massifs en Irak

Les milices extrémistes liées au régime iranien derrière des rapts massifs en Irak

CNRI – Le chef du mouvement irakien Sadriste a accusé les milices Al-Hashd Al-Shaabi liées aux pasdaran iraniens d’être derrière les opérations massives de rapt en Irak. Muqtada al-Sadr a déclaré qu’en mettant d’énormes moyens militaires, sécuritaires et politiques entre les mains d’une milice funeste et scélérate, le gouvernement irakien permettait aux armes de régner sur les gens.

« Il est nécessaire de protéger les activistes et les journalistes contre ces milices (…) Les forces de sécurités doivent avoir l’autorisation de contrer ceux qui menacent la sécurité des citoyens. » Il a averti que les enlèvements de citoyens risque de s’accroître avec la reprise par les milices des zones occupées par Daech.

Pour sa part, le Premier ministre Haidar al-Abadi a estimé que le kidnapping était un acte terroriste et a promis de combattre cette situation en prenant des mesures décisives : « les kidnappeurs veulent effrayer la population et ceux qui osent les critiquer. »

Plus tôt, le vice-président irakien Osama Nujaifi avait accusé le gouvernement de traiter les cas de rapt d’un point de vue politique et partisan, ajoutant que des milliers d’Irakiens avaient été enlevés par des milices pour lesquels le gouvernement irakien est légalement et moralement responsable.

Qui sont les sinistres Al-Hashd Al-Shaabi

Formé en juin 2014, Al-Hashd Al-Shaabi est un conglomérat de milices soutenues par le régime iranien. En plus de recevoir des aides financières et militaires du régime iranien, le groupe est également soutenu par le gouvernement irakien qui leur fourni une protection juridique, ainsi que des millions de dollars de budget.

Al-Hashad Al-Shaabi regroupe 70 différentes milices, la plus importante étant l’organisation Badr, un groupe extrémiste lié aux pasdaran iraniens. Ce groupe est dirigé par Hadi al-Ameri, un mercenaire de Téhéran. Parmi les groupes composant Al-Hashd Al-Shaabi se trouve des milices comme Asa’ib, commandé par Qais Khazali, le Hezbollah irakien, dirigé par Akram al-Kaabi et la brigade Abolfazl-al-Abbas, une autre milice chiite fanatique.

Tous les groupes reçoivent leurs ordres de Téhéran et la plupart d’entre elles proclament allégeance au Guide suprême iranien, Ali Khamenei.

En plus de fournir des armes, de l’argent et des conseils, le régime iranien envoie également des gardiens de la révolution pour aider ces groupes à consolider leur emprise sur la société irakienne et créer une atmosphère de peur parmi les opposants.

Les milices se battent en Irak, mais aussi en Syrie aux côté des forces d’Assad. Il existe de nombreux cas de violation des droits de l’Homme dans les régions dans lesquelles ils sont entrés, notamment dans les provinces de Diali, Salaheddin, Al-Anbar, ainsi que la périphérie de Bagdad. Leurs crimes sont constitués de cas de kidnappings, d’assassinats, de corps brûlés, de tortures, d’exécutions sommaires et de bombardements de zones résidentielles.