mercredi, février 8, 2023
AccueilActualitésActualités: AchrafLes législateurs enquêtent sur le Département d'Etat au sujet des dissidents iraniens

Les législateurs enquêtent sur le Département d’Etat au sujet des dissidents iraniens

The Washington Times – Le 17 mai 2012 – Par Ashish Kumarsen – Les législateurs américains ont sommé un fonctionnaire de haut rang du département d’Etat sur la question de dire si l’administration Obama estime qu’un groupe de dissidents iraniens dans un camp irakien a  rendu ses armes.

Daniel Fried, conseiller spécial de la Secrétaire d’État Hillary Rodham Clinton pour le camp d’Achraf, où les dissidents sont basés, a déclaré que le ministère de la Défense avait considéré le camp comme « étant largement désarmé » lorsqu’ il était sous contrôle américain.

Les Etats-Unis transférèrent le contrôle du camp au gouvernement irakien en 2009.

M. Fried a témoigné, mercredi, devant les membres de la sous-comité de la Commission des Affaires Etrangères de la Maison Blanche pour la Surveillance et les Enquêtes.

Il  refusa de fournir une réponse plus détaillée, affirmant que le problème reste une affaire judiciaire en cours. Un tribunal fédéral a ordonné au Département d’Etat de répondre à la demande des dissidents d’être retirés de la liste américaine des organisations terroristes étrangères.
Quelques 2000 personnes du camp d’Achraf sur plus de 3000 habitants, qui appartiennent au groupe dissident les Moudjahidines du peuple (OMPI), ont été transférées au Camp Liberty près de l’aéroport international de Bagdad après un accord négocié par les Nations Unies.

Ils ont remis leurs armes en 2003 dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu avec les forces armées américaines.

Un avocat  du Département de la justice déclara, la semaine dernière, à la Cour d’appel américaine à Washington DC que le gouvernement américain n’avait aucun moyen de savoir si le OMPI n’était plus un groupe terroriste, puisque ses membres n’ont jamais permis une inspection approfondie du camp d’Achraf, d’une superficie  de 15 miles², au nord de Bagdad.

« Aucun pistolet, aucun fusil, aucun bazooka, aucune arme à feu BB, aucune fronde n’ont été trouvés dans le camp d’Achraf, » a dit Ted Poe, représentant Républicain de Texas. « Où sont les armes que l’on dit exister? »

Les responsables américains et irakiens ont cherché des armes dans le camp d’Achraf et ont seulement  trouvé des baïonnettes à  l’intérieur des casiers des membres du camp féminin », qu’on leur a permis de garder, a déclaré le Général de brigade de l’Armée, à la retraite, David Phillips, un ancien officier supérieur commandant au camp d’Achraf.

« Nous avons concentré nos efforts pour chercher partout …. Durant le temps que j’ai passé là-bas, j’ai cru qu’il y avait pas d’armes » a dit le Général Phillips au  Washington Times.

Il a dit qu’il ne pouvait pas dire avec certitude qu’il n’y avait plus d’armes au camp d’Achraf, mais il ajouta qu’il serait très difficile pour le groupe d’en obtenir car ils étaient gardés par les militaires irakiens et par les agents de sécurité.
Les résidents du camp d’Achraf ont demandé que les armes soient recherchées dans leur camp avant tout déplacement vers le camp Liberty. 

« J’espère que cela ne reflète pas un avis largement rependu »  a dit M. Fried aux législateurs.

Dana Rohrabacher, Républicain de Californie et Président du sous-comité, déclara que la demande était raisonnable, puisque que les Irakiens ou les Iraniens pourraient déposer des armes dans le camp d’Achraf après le départ des résidents.

Mme Clinton décidera de retirer l’OMPI de la liste des organisations terroristes dans les 60 jours à compter de la date à laquelle tous ses membres auront quitté Achraf, a déclaré M. Fried. (…)

La Grande-Bretagne et l’Union européenne ont retiré l’OMPI de leurs listes des organisations terroristes respectivement en 2008 et en 2009.