jeudi, février 9, 2023
AccueilActualitésActualités: EconomieLes « institutions religieuses » et les dirigeants corrompus du régime iranien...

Les « institutions religieuses » et les dirigeants corrompus du régime iranien exonérées d’impôts

 L’économie iranienne est entrée dans un cercle vicieux et le régime iranien blâme les autres pour les problèmes économiques du pays. Les Iraniens protestent depuis des mois contre la corruption du régime, dont plusieurs de ses institutions religieuses – dont la plupart sont contrôlées par le Guide suprême Ali Khamenei – sont exonérées d’impôts.

L’organisation fiscale du pays a annoncé la semaine dernière que les sociétés suivantes n’ont pas d’obligations fiscales :
• La fondation Mostazafan
• Setad – L’ordre de l’Imam Khomeiny
• Bonyade Shahid – La fondation des affaires des martyrs et des vétérans
• Komiteye Imdad – La fondation d’aide de l’Imam Khomeiny
• Sazman-e Tablighat-e Eslami – (l’organisation de la propagation islamique)
• l’Office de Propagation islamique du Séminaire de Qom
• Bonyad Maskan de la Révolution islamique (une fondation de logement)
• le Centre de Services du Séminaire
• l’Institut de recherche culturelle de la Révolution islamique
• L’université internationale Al-Mustafa de Qom

Par ailleurs, 7 000 milliards de tomans ont été attribués cette année à sept des sociétés susmentionnées. Une preuve que le régime iranien n’essaie pas du tout de s’attaquer à la corruption qui s’est institutionnalisée.

Le Guide suprême des mollahs a le contrôle de plus de 100 milliards de dollars à travers son empire financier. Le site d’information Javan, géré par l’État, a déclaré que la richesse de quatre pour cent de l’ensemble de la population de l’Iran est égale à celle du reste de la population. Il est très clair que ces quatre pour cent se sont enrichis aux dépens des Iraniens.

La pauvreté en Iran est endémique. On estime qu’environ 80 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Le régime a tenté de minimiser le problème et affirme que 35 % seulement d’Iraniens vivent dans la pauvreté.

De plus en plus de gens perdent leurs moyens de subsistance et le régime iranien ne veut rien faire pour changer la situation. Malgré des sanctions paralysantes, le régime choisit toujours de ne pas faire ce qu’il faut pour sa population.