mardi, décembre 6, 2022
AccueilActualitésActualités: Droits humainsAmnesty International exhorte le régime iranien à libérer les membres d'une minorité...

Amnesty International exhorte le régime iranien à libérer les membres d’une minorité illégalement détenus

L’organisation de défense des droits de l’homme, Amnesty International, a exhorté Téhéran à publier des informations sur le sort de centaines de personnes détenues en Iran. Ces personnes appartiennent à la minorité ethnique arabe Ahvazi et le fait que certaines personnes aient déjà été exécutées suscite de vives inquiétudes.

Amnesty International a été en contact avec des militants arabes Ahvazi qui vivent à l’étranger et, ces derniers jours, ils ont déclaré que le régime des mollahs avait secrètement tué 22 hommes, dont Mohammad Momeni Timas, un militant de la société civile.

L’organisation avait précédemment rapporté que des centaines de membres de la communauté arabe Ahvazi avaient été arrêtés dans la province méridionale du Khouzistan. Les arrestations ont eu lieu juste après l’attaque d’un cortège militaire en septembre dans la ville d’Ahvaz. Plus de 60 personnes ont été blessées dans l’attaque armée et au moins 24 personnes ont été tuées.

Amnesty International a déclaré que le moment de ces arrestations était préoccupant car il semble que les autorités iraniennes se servent de l’attaque contre le cortège militaire pour justifier le traitement inique des Arabes Ahvazi. L’organisation a estimé que les arrestations ont pour but d’annihiler la dissidence dans la province.

Philip Luther, un directeur d’Amnesty International pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, a déclaré : « Si elles étaient confirmées, les exécutions secrètes de ces hommes constitueraient non seulement un crime au regard du droit international, mais aussi une violation odieuse de leur droit à la vie et une véritable parodie de justice, même selon les normes scandaleuses du système judiciaire des mollahs. »

Luther a également remis en question le traitement de ces personnes depuis leur arrestation, soulignant qu’elles n’ont pas bénéficié d’un procès équitable au cours des semaines qui ont suivi leur arrestation. De plus, il est évident qu’elles n’ont pas eu la possibilité de faire appel de leur peine.

L’organisation a donné des détails sur M. Ahmad Heydari qui semble avoir déjà été exécuté. Il était un commerçant de céramique âgé de 30 ans et a été arrêté quelques jours seulement après l’attaque du cortège militaire.

Les membres de sa famille avaient essayé d’obtenir des informations sur son sort et ils n’avaient aucune idée de l’endroit où il se trouvait jusqu’au 11 novembre. Dimanche, ils ont été appelés et invités à se rendre au centre d’information du ministère du Renseignement à Ahvaz. A leur arrivée, on leur a dit que M. Heydari avait été exécuté trois jours plus tôt.

La famille a reçu un certificat de décès et a été informée qu’elle ne pouvait pas organiser un service commémoratif et que son corps ne serait pas livré.

 

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe