mardi, février 7, 2023
AccueilActualitésActualités: FemmesLes femmes ne doivent pas quitter le pays sans l’autorisation de leur...

Les femmes ne doivent pas quitter le pays sans l’autorisation de leur époux – cheffe islamiste

Les femmes ne doivent pas quitter le pays sans l’autorisation de leur époux – cheffe islamiste

CNRI – La cheffe de la Société féminine du Basij, une milice extrémiste contrôlée par l’Etat iranien, s’est opposé au fait que les femmes puissent quitter le pays sans l’autorisation de leur époux. « Autoriser les femmes à quitter le pays sans l’autorisation de leur mari est contraire à la loi de la Charia islamique », a-t-elle déclarée.

Selon l’agence de presse Fars, Minoo Aslani, cheffe de la Société de mobilisation des femmes (organisation des femmes Basijis), a évoqué la question de l’autorisation des femmes et des filles à quitter le pays sans l’autorisation de leurs époux ou tuteurs masculins légaux. Cette question est actuellement à l’ordre du jour au parlement des mollahs. « La suppression de cette règle va affaiblir la base de la famille. Permettre aux femmes de quitter le pays sans l’autorisation du conjoint est contraire à la loi de notre pays. Une loi tirée de la religion sacrée et cruciale pour la consolidation des fondements de la vie familiale dans notre pays », a-t-elle martélé.

Affirmant que « la promotion des enseignements féministes déstabilisent les familles », elle a exhorté le président du Parlement des mollahs à faire preuve d’attachement aux principes de la Charia, « de sorte que la société ne s’éloigne pas des principes religieux ».

Concernant la suppression des lois sur le départ des filles à l’étranger, Aslani a alerté que « les nombreux exemples de départ des jeunes filles sans autorisation du père ont prouvé les nombreux dégâts que cela pouvait provoquer. »

La soi-disant Société de mobilisation des femmes Basijis est l’une des 22 sous-groupes de l’organisation Basij Mostazafin. Appelée originellement « les Sœurs Basijis », la sinistre organisation paramilitaire et sécuritaire est fortement impliquée dans la répression des femmes et des jeunes filles en Iran.