mercredi, novembre 30, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes États-Unis et l'ONU n'ont pas tenu leurs promesses aux habitants du...

Les États-Unis et l’ONU n’ont pas tenu leurs promesses aux habitants du camp Liberty, déclare un général américain

CNRI – Une «crise humanitaire excessive» se déroule au camp Liberty malgré les promesses américaines, les promesses irakiennes et l’obligation de la communauté internationale de protéger ses résidents vulnérables non armés, a déclaré lors d’une conférence au Sénat à Washington, le général américain James Jones.

Chaque jour qui passe apporte la menace de plus d’attaques à la roquette et de plus de décès, a déclaré le Général.

« En Irak, aujourd’hui, 3100 réfugiés iraniens continuent de croupir dans des conditions déplorables. Ils sont toujours sans abri, privés de leurs droits, vivent dans l’isolement sous la menace constante d’attaque et de meurtre, et parce qu’ils espèrent en un avenir meilleur pour leur pays natal juste à côté.

 

« Malgré les promesses de l’Amérique, les promesses de l’Irak, et l’obligation de la communauté internationale de protéger ce groupe de réfugiés désarmés, une crise humanitaire inadmissible grince tandis que le monde y répond par une indifférence stupéfiante.

Le camp Liberty situé près de l’aéroport de Bagdad abrite des membres de l’Organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI) qui ont été expulsé de force de leur foyer depuis 26 ans, le camp d’Achraf qu’ils ont eux-mêmes bâtis.

Les réfugiés ont été sujets, à plusieurs reprises, « de harcèlement psychologique et physique, de violence et de menace de violence », tant par les autorités irakiennes que par les provocateurs iraniens, a déclaré le général Jones.

A ses yeuxLiberty – appelé aussi Hurriya – est « plus une prison qu’un camp » à hauteur de la prison de Guantanamo et il a suggéré qu’il soit rebaptisé le Camp de la Honte.

« La promesse selon laquelle le transfert des réfugiés au camp Hurriya serait suivie rapidement d’une réinstallation dans un pays tiers, s’est jusqu’à présent avérée être une autre fiction.

« Depuis le transfert d’Achraf à Liberty, il y a plus de personnes qui ont péri que de personnes qui ont été transférées à l’étranger.

« Alors il y a seulement quelques semaines le Camp Hurriya – et souvenez vous que nous parlons d’un camp de réfugiés sous la surveillance et sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies – a été attaqué, faisant six morts.

« Au cours des quatre semaines qui ont suivi l’attaque, le gouvernement irakien n’a toujours pas restitué les corps des personnes tuées lors de la dernière attaque.

«Tout le monde reconnaît que la meilleure solution pour résoudre la situation humanitaire est une rapide réinstallation des réfugiés dans des pays tiers. Pourtant, le processus reste extrêmement lent. A l’allure actuelle, ce processus devrait prendre trois à 10 ans.

« Il est de la responsabilité de tous les pays de bonne volonté de faire en sorte que la victimisation des réfugiés d’Achraf ne se perpétue pas et que cette tragédie aboutisse à une conclusion rapide et juste ».

Et il a dit que les Etats-Unis doivent assumer une part de responsabilité dans la situation critique des réfugiés, ajoutant : « cela me fait de la peine de dire qu’une partie importante du problème est que les États-Unis n’ont pas fourni le leadership que nous apportons habituellement aux tragédies humanitaires de ce type.

« Nous ne pouvons pas compter sur Bagdad ni sur Téhéran pour bien agir, et nous ne pouvons malheureusement pas compter sur certains de nos propres médias pour tirer la sonnette d’alarme.

« L’action commence par l’organisation de la communauté internationale à insister sur le traitement approprié des réfugiés d’Achraf et de Hurriya, y compris avec un suivi continu et une présence de rapporteurs ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe