samedi, février 4, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran & MondeLes coups des gardes n'arrêtent pas le scrutin, disent les étudiants en...

Les coups des gardes n’arrêtent pas le scrutin, disent les étudiants en Iran

Par Nazila Fathi

The New York Times, 7 mai – Les étudiants de l’université Amir Kabir ont paré les coups de matraques des gardes de la sécurité de l’université lundi et ont poursuivi les élections d’une association pro-démocratique.

Par Nazila Fathi

The New York Times, 7 mai – Les étudiants de l’université Amir Kabir ont paré les coups de matraques des gardes de la sécurité de l’université lundi et ont poursuivi les élections d’une association pro-démocratique. 

Malgré le succès des élections à Amir Kabir, on ne sait pas si ces scrutins pour les associations étudiantes seront autorisés dans d’autres universités. Les associations, un centre puissant de soutien et de communication chez les étudiants défenseurs de la démocratie, sont un sujet constant d’irritation pour le gouvernement qui cherche à maintenir un contrôle stricte sur les normes politqiues et culturelles. 

L’université des Sciences et de l’Industrie, où enseignait le président Mahmoud Ahmadinejad avant d’être élu, n’a pas reçu l’autorisation de tenir des élections depuis deux ans. Les étudiants de l’université de Téhéran se sont promis d’organiser un scrutin, mais ne l’ont pas encore fait.

L’université Amir Kabir est depuis longtemps un centre d’activités politiques étudiantes. Les étudiants ont lancé des slogans contre M. Ahmadinejad lorsqu’il a visité l’université à la fin de l’an dernier et brûlé sa photographie.

Un dirigeant étudiant, Mehrdad Khalilpour, a été arrêté lundi (7 mai) par  des officiers de la sécurité, mais deux de ses camarades ont réussi à prendre la fuite. Parmi d’autres dirigeants étudiants, Babak Zamanian a été arrêté à la fin du mois et Amad Ghassaban a été arrêté vendredi (4 mai).

Cependant, les défenseurs de la démocratie étudiante disent avoir remporté une victoire lundi quand ils ont réussi à tenir leurs élections annuelles.

“ Les étudiants ont atteint la conclusion que la seule solution était de résister”, a dit Ehsan Mansouri, un dirigeant étudiant interdit de cours. “Les étudiants protégeaient les urnes pendant qu’ils étaient attaqués et brutallement tabassés par  les gardes de la sécurité.”

Les protestations ont éclaté la semaine dernière après que quatre publications étudiantes aient fait paraître des articles offensant les sensibilités religieuses. Les défenseurs des étudiants dénoncent les articles, disant qu’ils ont été fabriqués pour porter tort aux étudiants.

Sous la loi islamique en Iran,le chatiment pour cette offense, techniquement « insulter le caractère sacré du religieux » peut être la mort. Un des articles soulevait ce qui a téé considéré comme des questions offensantes sur le retour du 12e Imam – le Messie de l’islam chi’ite.

Les conservateurs ont protesté la semaine dernière dans l’université et à l’extérieur du campus, appelant à une seconde révolution culturelle. Sous la première, qui avait suivi la révolution islamique en 1979, les universités du pays avaient été fermée et les étudiants et enseignants libéraux avaient été victimes de purges. 

La pression sur les défenseurs des étudiants semble s’inscrire dans le cadre d’une répression sociale et politique majeure. Les femmes et les jeunes ont été la cible de la police des moeurs ces deux dernières semaines, avec des patruoilles dans les rues, interpellant et arrêtant les gens qu’ils accusaient d’apparence immorale.

Un éminent professeur, Noureddine Zarrinkelk, a été radié de l’université de Téhéran la semaine dernière pour avoir fait un commentaire  sur la beaué des cheveux d’une étudiante de sa classe.

La police a également commencé à saisir des antennes satellite la semaine dernière. Parce que les antennes donnent l’accès aux télévisions de l’opposition, elles sont interdites, mais cela n’empêche pas un grand nombre de personnes de les utiliser.

Les réformateurs, qui ont été marginalisés après l’élection de M. Ahmadinejad il y a deux ans, se sont montrés inquiets la semaine dernière quand un ancien négociateur nucléaire, Mohammad Hussein Moussavian, a été arrêté pour espionnage. Pour beaucoup ici, l’arrestation semblait être le signal d’une nouvelle répression des libertés sociales.

“Personne ne serait surpris s’ils lançaient une autre révolution culturelle et fermaient les universités,” a dit Saïd Leylaz, un commentateur économique et politique à Téhéran. “La république islamique a atteint un degré où elle veut réprimer toute sorte de dissensions, même si cela signifie de créer un Etat policier ».

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe