vendredi, janvier 27, 2023
AccueilActualitésActualités: Terrorisme & intégrisme"Les attentats à la bombe, les assassinats et les prises d’otages font...

« Les attentats à la bombe, les assassinats et les prises d’otages font partie de l’ADN du régime iranien » – Ken Blackwell

"Les attentats à la bombe, les assassinats et les prises d’otages font partie de l’ADN du régime iranien" – Ken Blackwell

Ken Blackwell est un ancien ambassadeur des États-Unis à la Commission des droits de l’homme des Nations Unies.

Le régime iranien a été décrit comme le plus grand parrainant le terrorisme international. Cependant, cela ne signifie pas que tous ceux qui ont un rôle à jouer dans la formulation de la politique à l’égard du régime prennent en compte la menace, a déclaré l’ambassadeur Ken Blackwell. L’année dernière, de multiples menaces terroristes sur le sol européen ont été neutralisées.

Ce fut certainement le cas en France, où un rassemblement de l’opposition organisé par des expatriés iraniens avait été visé en juin 2018, a écrit l’ambassadeur Blackwell pour Townhall.com le lundi 2 septembre 2019.

« A Villepinte, en banlieue de Paris, le rassemblement » Free Iran « a rassemblé environ 100 000 partisans de la démocratie iranienne, sous la bannière du Conseil national de la résistance iranienne. Il a également attiré près de deux poseurs de bombe en herbe contre un rassemblement le 30 juin 2018. Ils ont heureusement été stoppés. Peu de temps après, un «diplomate» iranien de haut rang, Assadollah Assadi, a également été arrêté et identifié comme étant le cerveau du complot terroriste. En poste à l’ambassade de Vienne, il a été placé en détention lors de son séjours en Allemagne, où il ne pouvait pas prétendre à une immunité diplomatique « .

L’opération qui a conduit à ces arrestations témoigne de la prise de conscience par les autorités européennes de la menace persistante émanant de Téhéran. Une enquête ultérieure des services de renseignement français n’a laissé aucun doute sur le fait qu’Assadi et ses actifs iraniens agissaient sur ordre des plus hauts rangs du régime.

Mais les agences de sécurité étaient sans doute déjà sur leurs gardes contre de tels ordres, car le complot parisien n’était pas unique. Environ trois mois plus tôt, des agents iraniens avaient également tenté d’attaquer un complexe en Albanie, qui abrite 3 000 membres de l’organisation des Moudjahidine du peuple, principal groupe de la coalition du CNRI.

Les complots français et albanais ne sont que deux des six exposés publiquement en 2018. Mais parmi tous les pays où Téhéran a cherché à commettre des attentats à la bombe ou des assassinats, seuls les États-Unis semblent avoir réagi de manière significative. A écrit Blackwell.

L’UE n’a jugé bon que d’imposer des sanctions limitées aux services secrets iraniens et à une poignée de ses agents connus. Mais même ce geste a finalement été compromis par une stratégie européenne plus large impliquant la poursuite de politiques de conciliation pour traiter avec le régime, Amb. Blackwell a ajouté.

Selon un rapport publié par Le Monde le 31 juillet, les autorités françaises ont ordonné à leurs propres chefs des services de renseignement de ne pas attirer l’attention sur le complot terroriste de l’année précédente pour des raisons politiques.

« Assadi n’est pas le seul diplomate à être impliqué dans le terrorisme des mollahs. Son arrestation a d’ailleurs incité un porte-parole de la police belge à affirmer que presque tous les diplomates iraniens jouent un rôle dans les services secrets iraniens. Des agents terroristes travaillant sous la direction du ministère des Affaires étrangères « .

« Et si le témoignage des autorités belges à ce sujet n’est pas suffisamment convaincant, il convient de noter que même des responsables iraniens ont souligné les liens étroits existant entre les entités paramilitaires et diplomatiques au sein du régime. Dans un récent entretien avec les médias iraniens, le ministre Abbas Araqchi a déclaré que le ministère des Affaires étrangères, le Corps des gardes de la révolution islamique (IRGC) et le ministère du Renseignement et de la Sécurité poursuivaient tous les mêmes objectifs. « 

« Cela montre que même les États-Unis pourraient faire davantage pour lutter contre le terrorisme iranien et ses multiples moyens d’atteindre les cibles occidentales. Les sanctions globales contre le CGR vont prendre du temps, mais elles devraient maintenant être étendues à l’ensemble du ministère du renseignement et Mohammad-Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères du régime. « 

« Les attentats à la bombe, les assassinats et les prises d’otages font tous partie de l’ADN du régime iranien, et aucune institution gouvernementale majeure ne peut être considérée comme isolée de l’utilisation du terrorisme en tant que forme d’État. Le seul moyen de contrer pleinement la menace en question est d’isoler le régime dans son ensemble, dans l’attente d’un changement profond de son comportement ou de son effondrement imminent. « 

« Si les États-Unis ne sont pas allés assez loin dans la réalisation de cet objectif, les nations européennes auront encore plus de chemin à parcourir. Suite aux complots terroristes déjoués de l’année dernière, une politique appropriée impliquerait une extension spectaculaire des sanctions économiques contre les diplomates iraniens. Mais dans le cas de la France et de certains autres États membres de l’UE, une telle stratégie ne pourra être adoptée de manière réaliste que si les dirigeants de ces pays reconnaissent le fait qu’une grande partie du monde fait face à un danger persistant du fait des activités pernicieuses du régime iranien « .

Ken Blackwell est un ancien ambassadeur des États-Unis auprès de la Commission des droits de l’homme des Nations unies.

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe