mardi, novembre 29, 2022
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLes 36 résidents du camp d’Achraf libérés, mais l'OMCT demeure préoccupée par...

Les 36 résidents du camp d’Achraf libérés, mais l’OMCT demeure préoccupée par la situation d’Achraf

Retour à Achraf, 7 octobre 2009, après 72 jours de grève de la faim et 7 jours de grève de la soif OMCT, 12 octobre – L'Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) se félicite de la libération des 36 résidents du camp d’Achraf, qui avaient été arrêtés et aurait été torturés et maltraités au cours de leur détention à la suite du raid des forces de sécurité irakiennes contre le camp le 28 juillet 2009. Cependant, l'OMCT réitère son appel aux autorités des Etats-Unis et aux Nations Unies (ONU) à prendre des mesures efficaces pour protéger tous les résidents du camp d’Achraf.

Le 7 octobre 2009, les 36 résidents ont été libérés et sont rentrés au camp d'Achraf. Plusieurs ont été immédiatement hospitalisés à leur arrivée au camp en raison de leur mauvais état de santé. Ils auraient été torturés et maltraités pendant la détention et ont mené une grève de la faim pour protester contre leur arrestation. Selon les mêmes informations reçues, les 36 personnes ont d'abord été détenues dans un poste de police, à quelque 25 km du camp, puis déplacées vers un aérodrome militaire à Bagdad, en violation flagrante d'une ordonnance du juge d'instruction de la commune d’Al-Khalis de les libérer.

L'OMCT rappelle que près de 3.500 membres de l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), un groupe d'opposition iranien qui a quitté l'Iran pour des raisons politiques afin d'échapper Retour à Achraf 7 octobre 2009 à la persécution et organiser la résistance contre le régime iranien, vivent dans le camp d’Achraf depuis 1986. En avril 2009, les forces de sécurité irakiennes ont encerclé le camp après plusieurs déclarations de responsables tant iraniens qu’irakiens comme quoi l'OMPI devrait être expulsée d'Irak et le camp fermé, bien que leurs membres aient été désignées comme des «personnes protégées» en vertu de l'article 27 de la quatrième Convention de Genève, dont les garanties sont clairement stipulées dans divers protocoles signés par les forces américaines. Le 28 juillet 2009, les forces de sécurité irakiennes sont entrées dans le camp d'Achraf avec des bulldozers en utilisant des grenades, des gaz lacrymogènes, des canons à eau et du gaz poivré contre les résidents d'Achraf. Au moins huit personnes ont été tuées et plusieurs personnes blessées lors du raid.

À la lumière de ces événements, l'OMCT réitère ses appels précédents :

– aux autorités irakiennes :
• de ne renvoyer de force aucun résident du camp d'Achraf en Iran où il/elle risque torture et autres mauvais traitements ;

– aux autorités des États-Unis (US) :
• d'assurer la protection effective du camp d’Achraf avec le transfert immédiat de la responsabilité de sa protection aux forces américaines, en attendant la mise en place d'une force internationale ;
 
Retour à Achraf, après 72 jours de grève de la faim et 7 jours de lagrève de la soif, 7 octobre 2009 – à l'Organisation des Nations Unies (ONU):
• d'envoyer un représentant pour recueillir des informations sur la situation au camp d'Achraf en vue d'informer à ce sujet les organes des droits l'homme des Nations unies, notamment le Conseil des droits humains, et, si nécessaire, d'exhorter immédiatement le représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies (RSSG) pour l'Irak et la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Irak (MANUI) de mettre en place une présence permanente dans le camp afin de surveillance et de protection ;
• de décider de procéder sans délai à une enquête internationale sur les violations présumées des droits humains qui ont eu lieu pendant et après le raid des forces de sécurité irakiennes sur le camp le 28 Juillet.

Contact:
Eric Sottas, Secrétaire Général: + 41 22 809 49 39 / Email: [email protected]

(Traduit de l'original en anglais, NDLR)

FOLLOW NCRI

16,297FansLike
7,743FollowersFollow
377SubscribersSubscribe