jeudi, février 9, 2023
AccueilActualitésActualités: Iran RésistanceLe sit-in en défense d’Achraf continue à Paris

Le sit-in en défense d’Achraf continue à Paris

Paris, pravis des droits de l'homme, pour la libération des 36 otages d'AchrafCNRI – Chaque jour depuis plus d'un mois, au Trocadéro, aux Invalides ou au Châtelet, les Iraniens franciliens mènent une action pour faire entendre la voix d’Achraf et celles des 36 otages retenus aux mains des forces irakiennes. Parents ou amis d’Achrafiens, ils demandent la libération des 36 otages et appellent à une protection internationale de la Cité. A chaque fois également, personnalités et sympathisants prennent la parole. Dernièrement Jean-Pierre Guilloux, Auversois qui a fait le voyage jusqu’à Achraf, a voulu raconter ce qui l’a marqué le plus dans cette visite :

« Je suis ici à Paris place du Trocadéro, pour vous parler de témoignages émouvants et terrifiants, que nos sœurs et frères  nous ont racontés lors de notre visite en octobre 2008 à Achraf, bien avant l’attaque sauvage de l’armée irakienne le 28 juillet 2009

D’abord je voudrais vous dire quelques mots sur Achraf.
Achraf n’est pas une ville, Achraf n’est pas un camp militaire, cela serait trop réducteur ; Ashraf c’est le bastion de la liberté, petite parcelle de terre et d’espoir pour le peuple iranien sur le sol irakien.

Achraf est une oasis de fraternité où pour ses 3 500 hommes et femmes tout était possible. C’est aussi une oasis de verdure en plein désert aride et inhospitalier. A Achraf effectivement tout était possible. Depuis de nombreuses années nos amis Achrafiens ont construit une infrastructure routière (près de 40km de voirie), un hôpital avec bloc opératoire, une université( où sont dispensés des cours d’informatique, de langue arabe, des compléments scolaires pour les plus jeunes),  un ensemble hôtel pour accueillir les familles, un complexe sportif avec terrains de football, courts de tennis, 2 piscines ; une magnifique mosquée bleue, un étang d’agrément,des jardins potagers, un super marché, des monuments de mémoire, un musée des martyrs et un cimetière .

Nous pouvons admirer de magnifiques œuvres d’art et architecturales, telle que la tour de la liberté, haute de 30m. Nous y avions observé la qualité des études et recherches sur les hautes technologies, telle que l’énergie solaire pour compléter l’énergie électrique insuffisante. Nous avions remarqué l’autonomie des différentes unités qui fabriquent leur pain, leur coca, de succulentes pâtisseries, et cultivent leur jardin potager.

Nous avions eu un accueil, chaleureux, exceptionnel dans chaque unité d’hommes ou de femmes.
De nombreuses familles qui avaient fui les tortionnaires d’Iran avaient été recueillies à Achraf, où elles pouvaient enfin retrouver paix et fraternité.

Nous avions eu des témoignages bouleversants de jeunes gens qui avaient quittés l’Iran depuis quelques mois seulement, sur les visages desquels on pouvait lire toutes les souffrances passées.

Nous avions eu les yeux pleins de larmes, lorsqu’un valeureux moudjahidine, qui avait perdu ses deux pieds à la guerre, s’est levé de son fauteuil roulant pour nous dire toute l’admiration qu’il avait pour Madame Maryam Radjavi.

Nous étions à Achraf pour la grande joie de tous, pour les merveilleux moments certes, mais aussi pour partager certaines douleurs insoutenables. En effet nous avions appris la mort de Monsieur Abdulréza Rajabi, mort sous la torture après 7 ans de prison et de tortures physiques et morales dans les prisons de Téhéran.

Et aujourd’hui, le monde entier assiste dans l’indifférence générale à l’exécution de 11 martyrs, à la prise en otages de 36 personnes et à la souffrance de plusieurs centaines de blessés et grévistes de la faim.

Et maintenant après avoir vu ces sourires des 1000 femmes d’Achraf nous assistons aux pleurs insoutenables de ces courageuses combattantes de la liberté, qui sont menacées dans leur intégrité physique et morale.

Aux ordres de l’Iran, des mollahs et de Khamenei, Nouri Maléki
tu devras répondre un jour pour tous tes crimes.

L’ONU et le gouvernement américain auront à se justifier, car ils portent une grande responsabilité dans cette catastrophe humanitaire, puisqu’ils ont laissé faire.

Il est urgent que les états responsables prennent des mesures rapides, afin de mettre fin à ce génocide. »